Manque de vision et renoncements : l'opposition tance les débuts de Pierre Hurmic à Bordeaux

 |  | 1025 mots
Lecture 5 min.
L'ancien maire de Bordeaux, Nicolas Florian (Bordeaux Ensemble), et Thomas Cazenave (Renouveau Bordeaux), nouvel élu au conseil municipal, pilotent chacun un groupe d'élus d'opposition.
L'ancien maire de Bordeaux, Nicolas Florian (Bordeaux Ensemble), et Thomas Cazenave (Renouveau Bordeaux), nouvel élu au conseil municipal, pilotent chacun un groupe d'élus d'opposition. (Crédits : Agence APPA)
A l'occasion du conseil municipal de rentrée, les oppositions au maire ELLV de Bordeaux, Pierre Hurmic, ont éreinté la gestion de la nouvelle majorité écologiste. Chacun dans son couloir, le maire sortant Nicolas Florian (droite et centre) et son ancien allié Thomas Cazenave (LREM) déplorent le "manque de vision politique", le contraste entre les engagements de campagne et les premières décisions politiques mais aussi le manque d'annonces en matière économique.

Face aux 48 conseillers municipaux de la nouvelle majorité écologiste à Bordeaux, trois groupes d'opposition se sont constitués : Bordeaux Ensemble, avec dix élus, réunit l'équipe et la liste du maire sortant Nicolas Florian ; Renouveau Bordeaux, regroupe Thomas Cazenave et trois autres élus LREM ; Bordeaux en Luttes compte trois élus NPA, France insoumise et Giles jaunes, dont Philippe Poutou.

Lire aussi : Comment Bordeaux devient le laboratoire de la nouvelle gauche anti-capitaliste

Et, sans surprise, trois mois après l'élection de Pierre Hurmic et de son équipe, aucun de ses adversaires politiques ne se montre tendre quand il s'agit de juger ses premiers pas et ses premières décisions. "On attend toujours de connaitre sa vision de la ville sur les six prochaines années... Vers où on va ? Quelle est sa boussole ? Pour l'instant, on est très loin de la rupture promise pendant la campagne", lâche Thomas Cazenave, à la tête du groupe Renouveaux Bordeaux. Ce dernier partage à nouveau son temps entre Bordeaux et la capitale, où il a réintégré l'inspection générale des finances et enseigne à Sciences Po Paris un cours sur "le droit à l'erreur".

"Une écologie finalement assez conservatrice"

A Bordeaux, jugeant les premiers...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :