Comment Bordeaux devient le laboratoire de la nouvelle gauche anti-capitaliste

 |  | 1739 mots
Lecture 9 min.
Philippe Poutou, à gauche, en compagnie des deux autres élus à la mairie de Bordeaux : Evelyne Descubes-Cervantes (France Insoumise) et Antoine Boudinet (Gilet jaune).
Philippe Poutou, à gauche, en compagnie des deux autres élus à la mairie de Bordeaux : Evelyne Descubes-Cervantes (France Insoumise) et Antoine Boudinet (Gilet jaune). (Crédits : Thibaud Moritz / Agence APPA)
Chef de file de la liste Bordeaux en Luttes, Philippe Poutou, ex-candidat trotskyste du NPA à la présidentielle, a fait son entrée au conseil municipal de Bordeaux avec deux autres élus France Insoumise et Gilets jaunes. L’alliance réussie à Bordeaux du NPA avec la France Insoumise attise pourtant des tensions déjà fortes à la tête du parti trotskyste et pourrait précipiter son implosion. Philippe Poutou en est très conscient et ne s’inquiète pas vraiment d'une éventuelle disparition du NPA, que quelque chose de nouveau a commencé à remplacer à Bordeaux à l'occasion de ces municipales 2020.

Figure de proue du combat syndical de la CGT contre la fermeture de l'usine Ford Aquitaine Industries (FAI), à Blanquefort (Gironde/Bordeaux Métropole), finalement advenue en septembre 2019, Philippe Poutou est aussi le candidat NPA qui, lors de l'élection présidentielle de 2017, s'est distingué par son sens de la répartie lors d'un débat télévisé qui n'est pas passé inaperçu.

Lire aussi : Logement, transports publics, commerce : ce que propose Philippe Poutou pour Bordeaux

Ce candidat, par deux fois malheureux à la présidentielle, aura néanmoins réussi à se faire élire au conseil municipal de Bordeaux en 2020, lors de sa deuxième participation à ce scrutin municipal. Après avoir recueilli 2,5 % des voix en 2014 avec une liste NPA, Philippe Poutou a réussi à renverser la vapeur cette année en devenant chef de file de l'improbable collectif Bordeaux en luttes, où se sont coalisés NPA, France Insoumise et Gilets jaunes. Une liste qui a terminé le second tour avec 9,39 % des voix et trois élus, dont Evelyne Descubes-Cervantes (France Insoumise) et Antoine Boudinet (Gilet jaune).

Dispensaires de santé et sécurité alimentaire

Ce début de mandature municipale, Philippe Poutou entend l'attaquer en mettant la pression sur le tout nouveau maire EELV de Bordeaux, Pierre Hurmic. Dans la ligne de mire des élus de Bordeaux en luttes, les mesures jugées répressives annoncées par la préfète de la Gironde, Fabienne Buccio, pour faire face à la remontée de la pandémie de Covid-19 dans le département. Des mesures annoncées par la préfète en compagnie de Pierre Hurmic et Alain Anziani, président (PS) de Bordeaux Métropole.

"Les seuls éléments annoncés par la préfète à cette occasion portent sur la répression, avec l'arrivée à Bordeaux d'une compagnie de CRS, mais rien sur l'hôpital, ni la médecine générale. C'est lamentable ! Nous demandons l'ouverture de dispensaires de santé dans les quartiers, le développement d'une sécurité alimentaire et un accès au logement pour tous. La mairie pourrait bloquer des programmes...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/09/2020 à 1:41 :
Il manque la pastèque !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :