Municipales à Bordeaux : les élus socialistes font bloc autour de Pierre Hurmic

 |   |  848  mots
Jean-Luc Gleyze, Pierre Hurmic, Alain Rousset et Philippe Barre, le 12 juin à Darwin, à Bordeaux.
Jean-Luc Gleyze, Pierre Hurmic, Alain Rousset et Philippe Barre, le 12 juin à Darwin, à Bordeaux. (Crédits : Thibaud Moritz / Agence APPA)
Alain Rousset, le président PS du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, et Jean-Luc Gleyze, son homologue au conseil départemental, sont venus ce vendredi soutenir Pierre Hurmic, tête de liste de Bordeaux Respire, en vue du second tour des élections municipales. Un déplacement à Darwin consacré aux propositions en matière de souveraineté alimentaire, d'urbanisme et de coopération entre les territoires

Faire bloc derrière le candidat de l'alternance à Bordeaux : c'était l'objectif des deux présidents socialistes, Alain Rousset et Jean-Luc Gleyze, ce vendredi 12 juin à Darwin. S'ils comptent des adjoints, dont Emmanuelle Ajon et Mathieu Hazouard, bien placés dans la liste Bordeaux Respire menée par l'écologiste Pierre Hurmic, ils étaient restés jusque-là plutôt en retrait de la campagne électorale. Le resserrement des rangs à droite, avec l'alliance scellée entre Nicolas Florian, le maire sortant, et Thomas Cazenave, son concurrent LREM, mais aussi le bon score de Pierre Hurmic le 15 mars dernier, les ont convaincu de s'afficher ensemble publiquement pour soutenir la vision urbaine défendue par le candidat d'union des écologistes et des socialistes.

Lire aussi : Municipales : quel projet pour la liste Florian-Cazenave "d'union pour Bordeaux" ?

"Darwin incarne davantage la ville de demain"

"Je partage les valeurs de Pierre Hurmic et de Bordeaux Respire autour de l'écologie, de la solidarité, de la coopération et de l'humanité. Il faut que nous construisions la ville à partir des espaces et équipements publics et ensuite y ajouter l'habitat, pas l'inverse [... C'est parfois compliqué de trouver du foncier à Bordeaux pour bâtir des collèges", affirme ainsi Jean-Luc Gleyze, qui préside le conseil départemental de Gironde, tandis qu'Alain Rousset se montre un cran plus offensif : "Il faut tout faire pour permettre à ce modèle de solidarité et de création d'entreprises défendu par Darwin de se développer. Les barrières qui entravent Darwin me révoltent de plus en plus. Arrêtons de bétonner cette agglomération avec des opérations immobilières qui créeront demain des copropriétés dégradées ! Bordeaux est fantastiquement attractive mais il faut trouver un équilibre"

Pierre Hurmic Bordeaux Respire

Jean-Luc Gleyze, Emmanuelle Ajon, Pierre Hurmic, Alain Rousset et Philippe Barre (crédits : Thibaud Moritz / Agence Appa).

De quoi conforter la prise de position tranchée de Pierre Hurmic qui promet "le zéro nouvelle artificialisation" et pour qui l'écosystème Darwin est "un îlot de résistance face au business du foncier qui domine à Bordeaux." "Darwin incarne davantage la ville de demain que Bordeaux Métropole Aménagement car on ne peut pas bétonner la ville à l'infini. Il faut redonner de la nature aux Bordelais", poursuit le candidat. De son côté, Philippe Barre, l'un des fondateurs de Darwin, reste prudent politiquement en précisant qu'il a également accueilli ces derniers mois les équipes des autres candidats. Il précise néanmoins avoir adressé ce 12 juin au maire de Bordeaux Nicolas Florian, une nouvelle demande formelle pour que Bordeaux Métropole Aménagement respecte ses engagements de libérer les accès aux nouveaux bâtiments de Darwin.

Lire aussi : Bordeaux Métropole Aménagement renonce temporairement à expulser Darwin

Alimentation et coopération

Au-delà du symbole et du soutien politique alors que l'issue du scrutin reste incertaine, Pierre Hurmic a également avancé des propositions en matière d'autonomie alimentaire quelques jours après une prise de parole de Nicolas Florian sur ce sujet. Le candidat de Bordeaux Respire propose notamment la création d'une ferme urbaine de sept hectares au Haillan, sur un terrain municipal à côté du lycée horticole Camille Godard, la généralisation des jardins partagés et de la permaculture en ville et la création d'épiceries solidaires dans chaque quartier. "Tout cela permet de reconstruire un tissu économique local avec des emplois non délocalisables. Et nous souhaitons aussi aller vers une forme de sécurité sociale alimentaire avec des chèques permettant aux Bordelaises et Bordelais d'accéder à une alimentation bio et abordable", complète Emmanuelle Ajon, co-listière PS de Pierre Hurmic.

Lire aussi : Alimentation : Epi C'Tout, l'épicerie solidaire qui veut faire bouger les lignes à Bordeaux

En matière de décentralisation les trois élus ont plaidé à l'unisson pour "la République des territoires qui a été au premier rang pendant la crise sanitaire et le confinement" et défendent une approche souple des coopérations territoriales. "Aujourd'hui, les différentes collectivités sont trop souvent en compétition plutôt qu'en coopération. Il faut mettre un terme à ces guerres stériles, stupides et coûteuses en coopérant de manière plus étoffée", attaque Pierre Hurmic qui cite le cas des fonds d'aides aux entreprises.

"La Région Nouvelle-Aquitaine a mis en place un fonds de soutien et de proximité qui couvre 95 % du territoire à l'exception des agglomérations de Bordeaux et de Pau parce qu'elles ont souhaité avoir leur propre outil dans un contexte de pré-campagne électorale. Ils ont voulu leur propre chapelle mais il aurait été plus efficace d'abonder le fonds régional existant. Résultat : le fonds de Bordeaux Métropole ne trouve pas preneur. Les hôteliers et les restaurateurs veulent d'abord de la lisibilité !", poursuit-il. Et le candidat écologiste de promettre qu'en cas de victoire il abondera les dispositifs régionaux et départementaux de soutien à l'économie à hauteur de 2 €/hab.

Lire aussi : Municipales à Bordeaux : suivez le débat La Tribune du second tour lundi 22 juin

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/06/2020 à 18:34 :
Darwin : ce fut (et j'écris bien au passé) une belle aventure fumeuse et idéaliste hébergeant les néo-68ard ou leurs enfants. Pas étonnant que la gauche aime, car liberté de pensée équivaut chez eux à pensée anarchisante,entreprendre se dit moissonner les subventions, rentabilité se dit survivre. Enfin Darwin n'a rien de demain mais tout du passé. J'ai trop vu à Darwin des gens bricoler des business plans foireux et irréalistes avec des idées passéistes et très peu d'avenir.Que Rousset n'ai pas mis en avant Unitec, etc. m'étonne. Quant à parler d'autonomie alimentaire, l'épicerie de Darwin est hors de prix, avec de faux produits bios (venant de l'autre bout du monde !!). Il y a beaucoup d'autres structure locales de distribution agricole réellement bios qui fonctionnent mieux que leur Magasin Général. Etonnant que ces politiques aient répondus à l'appel du "capitaliste" propriétaire de Darwin !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :