Covid-19 : la Nouvelle-Aquitaine passe à la grande vitesse pour aider le Grand-Est

 |   |  972  mots
Arrivée à Bordeaux ce dimanche 29 mars 2020 de malades transférés du Grand-Est
Arrivée à Bordeaux ce dimanche 29 mars 2020 de malades transférés du Grand-Est (Crédits : Agence Appa/Thibault Moritz)
La Nouvelle-Aquitaine, base arrière de la lutte contre le Covid-19, a été ce week-end le théâtre du plus grand transfert de malades jamais organisé en France depuis le début de l'épidémie de coronavirus. Mais elle a été aussi le centre d'un des tous premiers envois de renforts en professionnels de santé à destination du Grand-Est. Cette nouvelle stratégie de lutte interrégionale contre le Covid-19 est appelée à durer en Nouvelle-Aquitaine, sauf explosion de la pandémie dans la région.

La région Nouvelle-Aquitaine n'est pas la plus touchée de France par la pandémie de Covid-19 mais elle se mobilise massivement dans la lutte contre ce virus. La région a tout d'abord accueilli 14 patients ce vendredi 27 mars, dont six à Bordeaux (trois au CHU et trois à l'hôpital d'instruction des armées Robert Picqué), et huit dans les CHU de Limoges et Poitiers (quatre chacun).

Arrivées auxquelles se sont ajoutés quatre autres patients dans ces deux derniers établissements le samedi 28 mars. Tout cela avant que la Nouvelle-Aquitaine ne soit le théâtre du plus grand transfert de malades jamais organisé en France depuis le début de l'épidémie ce dimanche 29 mars, avec l'arrivée dans deux TGV médicalisés de 36 patients répartis dans une dizaine de centres hospitaliers de la région (1). Un des deux TGV ayant terminé sa route à Poitiers et l'autre à Bayonne après un arrêt à Bordeaux.

Soulager le Grand-Est, en grande difficulté

"L'incidence de l'épidémie de Covid-19 en Nouvelle-Aquitaine étant à ce stade moins importante que dans certaines autres régions, l'ARS Nouvelle-Aquitaine a répondu à la demande du ministère de la Santé et des Solidarités de venir en appui de la région Grand-Est en grande difficulté. Cela ne remet pas en cause la prise en charge des patients néo-aquitains, puisque notre région conservera toujours, même en intégrant l'arrivée de ces patients hors région, 3/4 de ses capacités d'accueil en réanimation en soins critiques dans les hôpitaux de la région", recadre ainsi l'Agence régionale de la santé.

UN VIRUS QUI A DES SAUTES D'HUMEUR EN DORDOGNE

Ce département aquitain comptait 41 personnes hospitalisées le vendredi 27 mars, et alors que ce nombre augmente presque partout, il a dégringolé en Dordogne le samedi 28 mars à 11 hospitalisations, soit une chute de -73 % qui était encore d'actualité ce lundi matin 30 mars...

Covid-19 en Dordogne : hospitalisations (Santé Publique France)

Covid-19 Dordogne hospitalisations

Lire aussi : Covid-19 : à Bordeaux le BTP attend la signature du guide des bonnes pratiques

Rappelons qu'à la suite d'une forte mobilisation des établissements publics et privés d'hospitalisation, la Nouvelle-Aquitaine aligne 1.820 lits de réanimation et soins critiques, dont 600 étaient encore disponible le 24 mars dernier. Il y a une dizaine de jours le directeur général de l'Agence régionale de santé (ARS) de Nouvelle-Aquitaine, Michel Laforcade, avait ainsi souligné que la solidarité interrégionale serait mise en œuvre.

Bordeaux Covid-19-2 Grand-Est

Avec le Sdis, le Département de la Gironde a mobilisé de gros moyens pour accueillir les malades du Grand-Est (photo Agence Appa/Thibaud Moritz)

Les premiers renforts ont quitté la Nouvelle-Aquitaine ce dimanche

Jusqu'ici 60 professionnels de la santé néo-aquitains se sont portés volontaires et se tiennent prêts à partir. Le premier groupe qui a quitté la région ce dimanche 28 mars compte 19 professionnels de santé répartis en deux équipes de neuf et dix personnes, qui sont parties pour une mission de quatre jours.

Lire aussi : Coronavirus : les Parisiens débarquent dans une Nouvelle-Aquitaine peu touchée par l'épidémie

"19 professionnels répartis en deux équipes de neuf et dix personnes partent dimanche 28 mars en mission de quatre jours au CHR de Metz-Thionville et au CHU de Nancy grâce à la collaboration de la SNCF et de la mairie de Paris qui coordonnent leur transport. Ces deux établissements font partie de ceux identifiés par l'ARS Grand-Est, pour l'accueil prioritaire d'une aide permettant à leurs équipes de prendre un repos indispensable, relève l'ARS de Nouvelle-Aquitaine. Les équipes, poursuit l'agence, sont constituées de médecins anesthésistes-réanimateurs, médecins urgentistes, infirmières anesthésistes, infirmières de salle de réveil, médecins de soins palliatifs et psychologues, tous volontaires. Parmi eux, des libéraux et des personnels d'établissements publics et privés dont le départ est approuvé par leur direction."

Bordeaux Covid-19-3 Arrivées patients Grand-Est

Cette opération, qui a aussi mobilisé la police et l'armée, a nécessité une noria d'ambulances du Sdis, du Samu et des hôpitaux (Agence Appa/Thibaud Moritz)

160 personnes en réanimation ou soins intensifs

Cette première mission de quatre jours n'est que le prélude a un déploiement des moyens humains au long cours. Comme le précise ensuite l'ARS de Nouvelle-Aquitaine, il s'agit de l'activation d'un nouveau plan de lutte contre l'épidémie.

"Comme pour la question de l'accueil de patients, l'ARS Nouvelle-Aquitaine s'emploie à apporter tout le soutien possible aux régions fortement impactées par le Covid-19, tout en veillant à ne pas désarmer les équipes ni saturer les capacités des établissements de la région. C'est pourquoi ces décisions sont prises au jour le jour, au regard de l'évolution de l'épidémie et en appréhendant un éventuel pic d'hospitalisation en Nouvelle-Aquitaine dans les prochaines semaines. Ainsi, d'autres missions de renfort de personnels pourront être décidées en fonction de l'évolution de la situation sanitaire dans notre territoire", éclaire l'agence.

Le 29 mars l'ARS de Nouvelle-Aquitaine recensait 163 nouveaux cas confirmés par Santé publique France en date du 28 mars, ce qui porte le total de malades contaminés à 1.520 cas confirmés depuis le début de l'épidémie. Sachant que ces chiffres
ne comprennent pas toutes les personnes non testées Covid-19 identifiées par la médecine de ville. Avec le détail suivant : 558 personnes sont hospitalisées,
160 sont en réanimation ou soins intensifs et on recense 58 décès depuis le début de l'épidémie chez les patients hospitalisés en Nouvelle-Aquitaine.

(1) CHU Bordeaux : 1 patient, CHU Poitiers : 4 patients, CH (centre hospitalier) La Rochelle : 4 patients, CH Bayonne : 6 patients, CH Pau : 4 patients, Hôpital inter-Armée (HIA/Bordeaux) : 7 patients  supplémentaires, clinique Bordeaux Nord : 3 patients, CH Libourne : 3 patients, CH Angoulême : 2 patients, CH Niort : 2 patients.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2020 à 10:57 :
Les acheminements sont également réalisés par des privés. La compagnie aérienne OYONNAIR, basée à Bron (69) vient en effet prêter main forte à l'état en mettant à leur service ses avions et équipages.
Depuis vendredi leurs Piaggio Avanti acheminent des malades du Grand-Est vers des zones moins touchées.
Toutes les mesures de sécurité sont prises, avec nettoyage minutieux des avions et décontamination des personnels navigants.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :