L’écologiste Pierre Hurmic, candidat à la mairie de Bordeaux, a dévoilé ses "colistiers capés"

 |   |  622  mots
Pierre Hurmic, en bleu au centre, avec 11 de ses colistiers.
Pierre Hurmic, en bleu au centre, avec 11 de ses colistiers. (Crédits : Celine Afonso-Tiren)
Les douze candidats, dont la liste Bordeaux Respire !, a dévoilé hier l’identité ne sont pas les apôtres de Pierre Hurmic mais des candidats qui devraient jouer un rôle important en cas de victoire à la municipale bordelaise.

L'écologiste Pierre Hurmic, tête de liste de Bordeaux Respire !, a présenté ce jeudi 6 février les douze colistiers qui seront amenés à piloter la ville s'il remporte l'élection municipale de Bordeaux en mars prochain. Bordeaux Respire ! est une coalition d'Europe Ecologie-Les Verst (EELV), du Parti Socialiste (PS) et du Parti Communiste Français (PCF).

"Ces douze colistiers donnent un aperçu de ce que sera notre liste, qui sera dévoilée dans quelques jours. C'est une liste de compétences, de personnalités politiques et non politiques", a expliqué Pierre Hurmic, qui a souligné que ces colistiers assureraient la future gouvernance de la ville en cas de victoire et qu'il s'agissait pour lui de respecter ce qu'il avait déjà annoncé.

Le vivier initial de Bordeaux Respire ! a été constitué lors de l'Appel de Bordeaux et, conformément à ce qui était prévu, a souligné le candidat, cette liste sera bien constituée de 50 % de primo arrivants en politique, de 25 % de militants appartenant à divers courant de l'écologie et 25 % de personnalités de la gauche bordelaise. Parce que comme l'a relevé Pierre Hurmic, "on ne peut pas se rassembler qu'entre écologistes".

Pierre Hurmic entend répondre à "trois urgences" : climatique, sociale et démocratique et, avec une entame un peu rugbystique, a précisé qu'il présentait des « personnalités suffisamment capées pour rassurer les électeurs et électrices de Bordeaux ».

Lire aussi : Municipales à Bordeaux : Pierre Hurmic dévoile son programme "de rupture"

1/ Les colistiers primo arrivants (société civile)

  • Bernard Blanc, ancien patron d'Aquitanis (office public de l'habitat de Bordeaux Métropole).
  • Isabelle Faure, praticienne hospitalière au CHU (centre hospitalier universitaire) de Bordeaux, responsable des urgences de l'hôpital Saint-André et de la permanence d'accès aux soins pour les patients en situation de précarité.
  • Tiphaine Ardouin, engagée dans le développement de la solidarité internationale, coordonne un réseau régional d'organisations non gouvernementales (ONG) composé de 65 structures associatives.
  • Sandrine Jacotot, commerçante, caviste Bio qui soutient les artisans vignerons bordelais respectueux de l'environnement.
  • Tanguy Baron, juriste et ex-avocat, engagé dans l'innovation au service du handicap, dirigeant de deux associations, coordinateur de projets à l'écosystème Darwin.

2/ Les colistiers Europe Ecologie-Les Verts (EELV)

  • Harmonie Lecerf, intervenante sociale pendant neuf ans, sous-officier dans la Marine nationale, désormais engagée dans l'aide aux associations militant pour l'accès aux droits des personnes vulnérables et des populations migrantes.
  • Maxime Ghesquière, professionnel de la gestion de l'eau, il a cofondé une association qui œuvre à l'accès à l'eau et à l'assainissement pour les populations en difficulté, sur les plans local et international.
  • Claudine Bichet, directrice financière, elle a travaillé dans de grands groupes, y compris sur des sujets stratégiques, avant de s'impliquer dans des projets à forte utilité écologique et sociale.

3/ Les personnalités politiques

  • Pascale Bousquet Pitt (PS), responsable logement social : engagée dans le combat pour l'égalité des entre les femmes et les hommes et pour le progrès social, elle préside une association de défense des droits des femmes, en charge des questions de laïcité au PS.
  • Olivier Escots (PCF), inspecteur du travail installé depuis plus dix ans dans le quartier Bacalan, cet ex-journaliste engagé dans le syndicalisme entend se battre pour l'humain et le climat.
  • Stéphane Pfeiffer (GénérationS), très engagé dans la vie associative et coopérative étudiante sur les campus universitaires, il a ensuite travaillé dans le secteur de l'économie sociale et solidaire, et sur l'emploi partagé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/02/2020 à 10:52 :
Ils ont l'air bien trop gentil pour faire de la politique au milieu de chiens assoiffés de fric.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :