Municipales à Bordeaux : le maire Nicolas Florian enrôle le LREM Benoît Simian

 |   |  957  mots
Nicolas Florian avec ses 14 colistiers face à la presse
Nicolas Florian avec ses 14 colistiers face à la presse (Crédits : Agence Appa/Thibault Moritz)
C'est la surprise du chef : Nicolas Florian, maire sortant (LR) de Bordeaux candidat à sa succession, a annoncé ce vendredi matin que le député LREM de la Gironde, Benoît Simian, le rejoignait sur sa liste. Un coup dur pour le candidat LREM à la mairie de Bordeaux, Thomas Cazenave. Entre militants de La République en Marche les couteaux sont une fois de plus tirés. Mais ce n'était pas la seule surprise de la matinée.

Le 14e et dernier des colistiers qu'il a présenté ce vendredi 31 janvier, Nicolas Florian n'a pas prétendu qu'il n'était pas, comme les 13 autres, sans attachement partisan, "personne ne me croirait" a-t-il observé en souriant. Difficile de ne pas croire que le maire sortant de Bordeaux n'avait pas gardé le meilleur (sur le plan médiatique s'entend) pour la fin. En révélant à la dernière minute la candidature du LREM Benoît Simian, le maire Nicolas Florian s'est ménagé un coup de théâtre réussi. Tout en égrenant benoitement les raisons de ce rapprochement, qui n'ont pas fini de faire couler de l'encre.

"Le dernier de ces 14 premiers colistiers est engagé en politique. C'est un parlementaire qui porte la voix de Bordeaux au national... c'est un vrai politique. On étaient copains et nous sommes devenus amis" a éclairé en substance Nicolas Florian.

Tandis que Benoît Simian a tenu à repousser par avance tout soupçon de trahison, car ce que prônait Emmanuel Macron jusqu'à présent, "c'est ce qu'a fait Nicolas Florian" a-t-il lancé.

Benoît Simian : une passerelle entre Bordeaux et Paris

Les deux hommes se fréquentent assidument depuis plusieurs semaines et Benoît Simian ne s'est pas laissé impressionner par le contexte.

"J'ai historiquement démarré avant toi avec Alain Juppé, a adressé Benoît Simian à Nicolas Florian, en travaillant sur un dossier compliqué, celui de Ford Aquitaine Industries (à Blanquefort -NDLR). Les clivages partisans il est bon de les laisser à Paris pour travailler sur des sujets girondins, comme le projet de RER Métropolitain ou encore le fleuve. En tant qu'enfant du Médoc je suis lié au fleuve et c'est un sujet sur lequel je souhaite m'investir. Je veux servir de passerelle avec Paris" a déroulé le député.

Benoît Simian a ensuite expliqué qu'il était un "député hybride", à cheval sur le rural et l'urbain, d'où un "engagement naturel" pour Bordeaux... Avant de rappeler tout ce que Bordeaux doit au Médoc : le gaz naturel,  le vin et bientôt les réserves d'eau... Si la présentation des 14 premiers colistiers s'est déroulée sur l'air de la bonne franquette, elle était finement préparée, avec des transitions de talk show mitonné aux petits oignons.

Chaban Delmas, le petit fils de son grand-père

C'est ainsi qu'à la fin de sa présentation Clarisse Casanova, avocate mère de trois enfants, engagée sur le logement de demain, a souligné "on ne parle pas d'avenir quand on ne maîtrise pas l'histoire", avant de rajouter que "Nicolas Florian a les clés de la transformation de la ville et de son évolution récente", et ceci quelques poignées de seconde avant qu'un colistier au nom historiquement célèbre ne soit introduit par le maire, en la personne de Guillaume Chaban Delmas. "Je suis le petit-fils de mon grand-père" a confirmé l'intéressé, diplômé de Sciences Po Paris, consultant dans un cabinet parisien de conseil en implantation d'entreprises, qui ne veut surtout pas passer pour la nouvelle pousse d'une dynastie Jacques Chaban Delmas. "J'espère que vous m'appellerez par mon prénom" a-t-il plaidé.

Nicolas Florian a choisi le marché d'intérêt national (MIN) de Bordeaux Brienne pour présenter ces 14 colistiers. Le maire a expliqué ce choix en insistant sur le fait que le MIN, qui se trouve à la lisière de la ville, doit être un marqueur de Bordeaux, l'alimentation et la santé étant au coeur des préoccupations de Nicolas Florian et puis, a-t-il souligné, "d'un point de vue géographique c'est l'accès au fleuve".

Il y aura 39 nouvelles têtes sur les 65 noms de la liste

Le MIN se situe au ras du futur débouché rive gauche du pont Simone Veil, dans le quartier en plein développement d'Euratlantique, et à quelques enjambées de la gare Saint-Jean. Nicolas Florian, que les sondages disent talonné par la liste EELV-PS conduite par Pierre Hurmic, s'est montré lyrique. "Le défi climatique doit être une source jaillissante d'innovations, un générateur d'emplois et de bonheur" s'est-il en substance enthousiasmé. Deux médecins se trouvent parmi les 14 premiers colistiers de Nicolas Florian, à commencer par Albert Roche, à la retraite, président du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) Bordeaux-Aquitaine, également membre du Fonds social juif unifié, à Paris.

Mais aussi Christophe Adam, très impliqué dans les actions menées par Médecins du Monde, praticiens intervenant au Foyer Leydet, pour les sans domiciles, et qui s'est battu notamment contre le saturnisme. Il y a aussi deux chefs d'entreprises : Julia Mouzon, qui forme les élus, emploie 10 personnes et est membre du Haut conseil à l'égalité femmes-hommes, ainsi que Lionel Lepouder, qui dirige une entreprise tout en étant président bénévole de la structure Invest in Bordeaux. Dans la liste aussi un professeur d'histoire de l'Université Bordeaux Montaigne, Christophe Lastecouères, une directrice d'école, Fanny Guermonprez, une cadre au groupe La Poste, Béatrice Sabouret, un directeur marketing et développement à la Chambre d'agriculture de la Gironde, Louis Fleury, une fonctionnaire territoriale également conseillère départementale de la Gironde, Géraldine Amouroux, mais aussi une très active correspondante de presse et militante associative Véronique Berge.

Sans oublier une militante associative familiale très active à Bacalan, Charline Fournier, qui rééquilibre un peu au profit du nord de la ville le poids assez accusé des quartiers ouest. Les 65 noms de la liste seront connus le 14 février et compteront 39 nouvelles têtes. Nicolas Florian vient par ailleurs d'éditer un fascicule couleur, qui décline ses priorités quartier par quartier et qui sera diffusé dans les prochains jours.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :