Municipales à Bordeaux : un duel Florian / Hurmic se précise, Cazenave progresse

 |   |  1468  mots
Nicolas Florian, Pierre Hurmic et Thomas Cazenave
Nicolas Florian, Pierre Hurmic et Thomas Cazenave (Crédits : Montage La Tribune)
Le maire sortant de Bordeaux Nicolas Florian domine le sondage réalisé par Ipsos pour Sud Ouest/TV7 et France Bleu Gironde, avec 33 % des intentions de vote. Il est talonné par l'élu d'opposition Pierre Hurmic, qui mènera une liste associant écologistes, socialistes et plusieurs mouvements de gauche et qui atteint la barre des 30 %. Le duel pressenti semble donc se préciser, mais le Marcheur Thomas Cazenave progresse laissant présager une triangulaire au second tour.

La tendance avait été amorcée dès le 9 octobre et la publication du sondage Elabe pour La Tribune. Cette enquête laissait entrevoir un match qui se dessinait entre Nicolas Florian, maire de Bordeaux depuis mars dernier et le retrait d'Alain Juppé, et Pierre Hurmic, élu d'opposition à la mairie de Bordeaux, candidat des mouvements écologistes rassemblés et de différents courants de gauche. A l'époque, Nicolas Florian, pas encore entré en campagne, était crédité de 32,5 % des intentions de vote alors que Pierre Hurmic atteignait les 30,5 %. Le sondage réalisé par Ipsos Sopra-Steria pour Sud Ouest/TV7 et France Bleu Gironde, publié hier soir, a été réalisé entre le 12 et le 17 décembre 2019 selon la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée, quartier de résidence). Il fixe ces deux candidats dans les mêmes eaux. Réalisé sur un échantillon légèrement plus réduit de 814 personnes inscrites sur les listes électorales, l'enquête d'opinion crédite Nicolas Florian (soutenu par Les Républicains, le Modem, l'UDI, Agir et le Mouvement radical) de 33 % des intentions de vote. Une progression de moins d'un point pour le maire sortant, entré depuis en campagne active et qui devrait présenter liste et programme en janvier prochain.

🔵La confiance que m'accordent 33% des personnes interrogées me plaçant en tête des intentions de vote et la satisfaction qu'elles témoignent à l'égard de l'action municipale nous encouragent à poursuivre, ensemble, notre travail au service des Bordelaises et des Bordelais. pic.twitter.com/3YugKlTPW7

— Nicolas Florian (@nflorian33) December 19, 2019

Pierre Hurmic se maintient également, à 30 % des intentions de vote, soutenu par Europe Ecologie - Les Verts, le Parti socialiste, le Parti communiste, le Parti radical de gauche, Place publique et Nouvelle Donne. Depuis l'annonce de sa candidature, le chef de file écologiste s'est pour l'instant fait assez discret, contrairement aux autres principaux candidats, qui multiplient les points presse pour distiller leurs éléments de campagne au compte-gouttes, et au maire sortant qui enchaîne les déplacements de proximité. Ce qui laisse augurer d'un potentiel encore important pour Pierre Hurmic, compte-tenu de sa notoriété toujours assez faible.

Ce sondage confirme que la liste écologiste et de rassemblement #BordeauxRespire, que j'ai l'honneur de conduire, est en position de gagner la ville de Bordeaux.

Il nous place au coude à coude avec le maire sortant. 1/3https://t.co/QQHeaVfz4p

— Pierre HURMIC (@PierreHurmic) December 19, 2019

Mode d'emploi : cliquez sur le sondage souhaité dans le menu déroulant

>> Consultez l'infographie interactive en plein écran

Désigné par La République en Marche, Thomas Cazenave progresse quant à lui et passe de 11,5 (selon l'hypothèse 2 testée en octobre, la plus fidèle à la situation actuelle) à 16 % des intentions de vote. Une petite percée pour le candidat marcheur qui confirme sa position stratégique car s'il se maintient, le premier tour pourrait potentiellement déboucher sur une triangulaire au second tour. Précédemment délégué interministériel à la Transformation publique, Thomas Cazenave a été libéré de ces fonctions pour s'engager à temps plein dans la campagne.

La dynamique positive que nous observons sur le terrain se confirme aujourd'hui par ce sondage. Je suis plus que jamais déterminé à poursuivre cet engagement avec vous et pour vous. Continuons de travailler ensemble pour porter ce renouveau dont #Bordeaux a besoin. @RenouveauBdx

— Thomas Cazenave (@T_Cazenave) December 19, 2019

Ancien président de la Communauté urbaine de Bordeaux, Vincent Feltesse (Divers gauche) est crédité de 7 % des intentions de vote, en retrait de 2,5 points par rapport à octobre.

Il est au coude à coude avec Bruno Paluteau, chef de file du Rassemblement national, qui lui progresse de deux points, à 7 % également.

La France insoumise n'a pas encore indiqué ce qu'elle comptait faire mais la possibilité qu'elle présente une liste citoyenne est malgré tout testée et recueille 6 % des intentions de vote.

Enfin, le candidat sans étiquette Pascal Jarty ferme la marche avec 1 % des intentions de voix.

Le sondage publié hier montre également que le bilan de l'équipe municipale actuelle, menée par Nicolas Florian, est globalement jugé bon par 63 % des sondés et excellent par 14 %. Sans surprise, ce sont les sympathisants de Bruno Paluteau puis de Pierre Hurmic qui sont les moins convaincus du travail de la majorité actuelle. A contrario, les sympathisants de Nicolas Florian et de Thomas Cazenave ont sensiblement le même regard.

Bien entendu, les sondages ne restent que des enquêtes d'opinion et ne montrent que des tendances qui peuvent être démenties au soir du 15 mars. Mais d'ores et déjà, chacun a sorti sa calculette. Dans la perspective du second tour, qui sera lui-même une première depuis l'Après-Guerre, Pierre Hurmic bénéficie d'une réserve de voix assez importante à gauche alors que celle de Nicolas Florian ne se trouve probablement que chez Thomas Cazenave. Les doux chuchotis des discussions pour créer des alliances devraient donc reprendre durant les prochaines semaines...

Le trio de tête des sujets de préoccupation des électeurs reste sensiblement le même mais dans des ordres différents. Cette fois, la circulation et le stationnement dominent le classement, devant l'environnement et la lutte contre la pollution, et le logement.

////////////////////////

Le 21 janvier Bordeaux Debout lance la construction de sa liste sur Internet

Soutenu par la France Insoumise, Bordeaux Debout va coconstruire sa liste pour les municipales à partir du 21 janvier via Internet. Ce mouvement garde le contact avec le NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste) de Philippe Poutou, à l'extrême gauche, et annonce qu'il va parler avec Bordeaux Maintenant (Réactualisé 23/12/2019)

Matthieu Rouveyre Bordeaux Maintenant

Matthieu Rouveyre a annoncé son retrait progressif de la vie politique mais reste membre de Bordeaux Maintenant.

Très à l'écart du peloton de tête, ce dernier sondage sur les municipales 2020 à Bordeaux maintient Pascal Jarty (sans étiquette) à 1 %. Mais il élimine l'hypothèse d'une liste d'extrême gauche pourtant pointée par le sondage La Tribune/Elabe à 3,5 %, quelle que soit la configuration. La liste Bordeaux Debout, soutenue par la France Insoumise, est créditée de 6 % des voix, dans ce dernier sondage comme dans le nôtre. Bordeaux Debout avait dans un premier temps envisagé de présenter sa liste le 13 décembre, option qui a été remise à plus tard notamment à cause du mouvement social dans lequel s'impliquent les militants.

"Bordeaux Debout organise son assemblée générale le 21 janvier prochain à 20 h à l'Athénée municipal de Bordeaux. Nous allons y travailler sur les méthodes de décision pour constituer notre liste. Démarche qui va passer par l'inscription des volontaires sur un site Internet. Ce qui veulent être sur la liste mais pas en position éligible pourront le préciser, chacun pourra dire quelle place il veut occuper dans la liste Bordeaux Debout. Ensuite nous nous donnons un mois pour travailler sur ces propositions et nous présenterons notre liste le 17 février" déroule Clément Agostini, délégué France Insoumise à Bordeaux, membre de Bordeaux Debout.

Bordeaux Debout veut transformer le mouvement social contre la réforme des retraites en force politique municipale. Clément Agostini confirme que Bordeaux Debout, qui a déjà rencontré le NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste) et Philippe Poutou, devrait remettre le couvert. Rien n'a pourtant encore été conclu entre ces deux forces. D'autre part Bordeaux Debout a pris contact avec Bordeaux Maintenant. Ce second collectif était mené jusqu'ici par Matthieu Rouveyre, conseiller départemental de Gironde et leader de l'opposition PS à la mairie de Bordeaux, qui a fondé le mouvement et a décidé de jeter l'éponge faute d'avoir pu s'entendre avec le leader des Verts Pierre Hurmic, qui a préféré négocier et s'entendre avec la socialiste Emmanuelle Ajon...

Matthieu Rouveyre a ainsi annoncé qu'il quittait la vie politique : il ne se présentera pas aux municipales en 2020 à Bordeaux, mais cet élu, dont la précision dans le travail des dossiers municipaux et la pugnacité ont marqué la vie politique bordelaise, va continuer à apporter son expertise technique et politique au collectif Bordeaux Maintenant qui a vu le jour en vue des municipales et dont il reste membre. Ce qui ne semble pas perturber Clément Agositini outre mesure.

"Le groupe Bordeaux Maintenant entend continuer même sans Matthieu Rouveyre et nous allons voir avec eux s'il est possible de faire quelque chose ensemble", veut croire le coordinateur de la France Insoumise. Il semble pourtant que les deux collectifs ne soient pas vraiment d'accord sur la politique à suivre en matière de transports collectifs, Bordeaux Debout exigeant leur passage à la gratuité dès l'élection de la nouvelle majorité municipale, tandis que Bordeaux Maintenant estimerait que les conditions ne sont pas réunies pour un changement de cap aussi rapide. Cette divergence serait susceptible de bloquer tout rapprochement entre les deux mouvements.
Jean-Philippe Déjean

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :