La Gironde investit 640 M€ dans le plan collège le plus ambitieux de France

 |   |  750  mots
12 collèges seront construits et 10 réhabilités. Ici, le futur collège du Haillan dans la métropole bordelaise.
12 collèges seront construits et 10 réhabilités. Ici, le futur collège du Haillan dans la métropole bordelaise. (Crédits : Département de la Gironde)
Le plan collège 2018-2024 du Département de la Gironde a fait l’objet d’un point d’étape, ce jeudi 12 décembre, à l’occasion de la pose de la première pierre du futur établissement Jacques Ellul dans le quartier de La Bastide à Bordeaux. Douze collèges seront construits, dix réhabilités. En tout, ce sont 640 M€ qui seront consacrés à ce plan ambitieux par sa dimension, la qualité des projets, l’ambition écologique et l’innovation, précise la collectivité. C’est plus que ce qui avait été annoncé en 2017 en raison, notamment, d’un essor démographique.

Le Département de la Gironde investit dans ses collèges et son président, Jean-Luc Gleyze, le fait savoir sans rougir parce que "l'investissement public créé de l'emploi. Pour 1 € dépensé, ce sont entre 1,3 et 2,5 € de richesses estimées selon l'Observatoire français des conjonctures économiques." 640 millions d'euros devraient précisément être investis sur la période 2018-2024 dans le cadre du plan collège lancé en 2017 et qui se concrétise aujourd'hui avec le lancement des premiers chantiers. En tout, 22 collèges sur les 105 que compte le département sont concernés. Douze seront construits, dix réhabilités. Les premiers établissements seront livrés en septembre 2021.

390 M€ de retombées économiques

"En terme de retombées économiques, les 15 chantiers qui viennent de débuter représentent 390 M€ pour le territoire. Ils feront travailler des centaines d'entreprises et représenteront des milliers d'emplois. Si en 2019, 50 % des marchés publics du Département ont été attribués à des entreprises girondines pour 143,8 M€, avec ce plan les critères PME ont été renforcés. En moyenne 60 % du coût d'une opération sera confié à des PME."

Le budget global est en hausse par rapport à ce qui avait été annoncé il y a deux ans (470 M€). Depuis, les besoins ont augmenté pour des raisons démographiques. 20.000 nouveaux habitants s'installent chaque année en Gironde, et le nombre de collégiennes et collégiens supplémentaires attendus passera de 7.600 à 12.900 d'ici 2024. La création d'un 13e collège est d'ores et déjà envisagée dans le sud de la métropole. "Mais nous ne sommes pas non plus dans une période de décélération des prix de la construction. C'est la seconde explication", avance le président du Conseil départemental.

L'ambition environnementale

Et Jean-Luc Gleyze d'insister : "Il s'agit du plan collège le plus ambitieux de France en terme de chantiers, de montant d'investissement et de délai de réalisation. C'est aussi un plan inédit par l'ambition écologique. En 10 ans, malgré une augmentation des surfaces de 40.000 m2 et du nombre de collégiens accueillis, les consommations énergétique ont baissé de 20 % pour le gaz, de 36 % pour l'eau et de 21 % en matière d'émissions de gaz à effet de serre. Soit une économie de 4,3 M€." Objectif désormais : aller plus loin avec l'utilisation du photovoltaïque, de puits canadiens, de paille pour l'isolation ou de chauffages alimentés par des centrales de données. Plusieurs établissements seront labellisés Énergie + Carbone.

Un enjeu social

Mais au-delà d'un bâti innovant, de l'utilisation d'une maquette numérique depuis la conception jusqu'aux phases d'exploitation et de maintenance, "c'est la qualité de vie qui a été privilégiée", explique Anaïs Luquedey, directrice des collèges pour le Département de la Gironde. Les salles de classe feront 60 m2. Autre exemple : l'espace extérieur a été repensé en faveur de l'égalité filles/garçons.

"Nous avons établi un programme à partir des travaux de la sociologue Edith Maruéjouls qui montrent que les filles et les garçons n'utilisent pas la cour de recréation de la même façon. Les garçons sont plutôt dans les grands espaces, au centre, pour faire du sport, les filles plutôt autour ou dans de petits espaces. Pour le collège de Ginko au nord de Bordeaux, la cour a ainsi par exemple été cassée par de la végétalisation et des bancs. Le plateau sportif sera, quant à lui, un peu plus à l'écart. Ce n'est plus un plateau avec des spectateurs autour", explique Anaïs Luquedey.

Collège Ginko

Ici, le futur établissement du quartier Ginko à Bordeaux, avec cour végétalisée et terrain de sport à côté.

Chaque nouvelle établissement concerné disposera également de 4 équipements sportifs : une piste d'accélération, un plateau sportif extérieur, un gymnase et une salle d'activité. Le montant de l'investissement s'élève à 4 M€. "Il s'agit de créer des équipements et de les ouvrir aux associations extérieures." "Une collectivité se doit d'innover, sinon elle se condamne à dépérir. Nous ne faisons pas ce choix", en a profité pour lancer Jean-Luc Gleyze sans passer sous silence la sanction du Département dans le cadre de la limitation de la croissance des dépenses de fonctionnement à 1,2 %. Une sanction qu'il conteste. "Les dépenses de fonctionnement correspondent à la somme des innovations sociales menées par notre institution, sorte de R&D dans le domaine du social", a t-il insisté.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :