A Bordeaux la décharge de Labarde transformée en centrale solaire, avec dix embauches

 |   |  474  mots
La centrale sera opérationnelle d'ici 2020.
La centrale sera opérationnelle d'ici 2020. (Crédits : Pexels.com)
L’ex-décharge de Labarde, au nord de Bordeaux, ne peut être retransformée ni en quartier d’habitations ni en surface agricole. C’est ainsi que va naître la plus grande unité de production d’énergie solaire sur une ancienne décharge construite par JPee. L’entreprise normande, implantée notamment à Paris, confirme ainsi sa montée en puissance et annonce l'ouverture d'une agence à Bordeaux avec dix recrutements.

La décharge de Labarde, au nord de Bordeaux, vouée aux déchets ménagers et qui, en 2017, selon la base de données Basol, consacrée aux sols pollués, qui relève du ministère de la Transition écologique et solidaire, représentait 2 à 3 millions de mètres cubes de déchets. Cette ancienne décharge à ciel ouvert, qui s'étend sur près de 70 hectares, entre le Bois de Bordeaux et long de la Garonne (face à Bassens), pose encore quelques problèmes, dont l'échappement annuel dans les fossés puis les marais de 190.000 mètres cubes d'une eau plus ou moins polluée. Ce qui va de pair avec un impact en sous-sol.

Ce site très abimé a été fermé mais recèle toujours des risques de pollution ce qui lui  a valu d'être retenu au titre d'installation classée pour la protection de l'environnement (ICPE). Malgré de gros travaux effectués sur place depuis quelques années, Labarde est loin d'avoir atteint le risque zéro. Au point que cette ex-déchetterie ne peut être retransformée ni en zone constructible ni en surface agricole. D'où l'idée d'y installer une centrale solaire pour produire de l'énergie propre.

62 hectares pour une puissance de 59 MWc installé

C'est l'opérateur JP énergie environnement (JPee - groupe Nass), producteur indépendant et familial d'énergie renouvelable (70 salariés) fondé en Normandie, à Caen, en 1995, qui a été retenu tout d'abord en 2017 pour les deux premières tranches du programme, représentant une production totale d'énergie de 33 MWc. Ce premier appel d'offre a été comme prévu suivi en février 2019 par un second, toujours dans le cadre de la Commission de régulation de l'énergie (CRE), qui l'a également octroyé à JP énergie environnement, représentant 26 MWc d'énergie à produire. Avec une puissance totale installée de 59 MWc, la centrale photovoltaïque deviendra la plus puissante du genre en France.

Au bout du compte la déchetterie de Labarde va se faire une nouvelle identité nettement plus porteuse.

"C'est avec fierté qu'en 2020 nous mettrons en service la plus grande centrale solaire de France sur une ancienne décharge sur la commune de Bordeaux. Elle s'étendra sur 62 hectares pour une puissance installée de 59 MWc, et une production de 74.600 MWh/an (mégawatt-heure/an -Ndlr) soit l'alimentation en électricité (chauffage inclus) d'environ 35.000 habitants, représentant l'équivalent de 14 % de la population de Bordeaux", illustre Sylvain Vasseur, directeur du développement et de la construction à JPee, dont Xavier Nass est le directeur général.

Malgré cette production photovoltaïque d'énergie, Labarde reste une ICPE qui pourrait faire encore l'objet de travaux d'assainissements. JPee, qui dispose d'antennes hors de Normandie, en particulier à Paris, va ouvrir une nouvelle agence à Bordeaux où vont être embauchées une dizaine de personnes d'ici 2020.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :