Démission d'Alain Juppé : les premières réactions

 |   |  907  mots
Alain Juppé quitte son fauteuil de maire de Bordeaux et de président de la métropole
Alain Juppé quitte son fauteuil de maire de Bordeaux et de président de la métropole (Crédits : Objectif Aquitaine / Mikaël Lozano)
Alain Juppé s'apprête à quitter ses fonctions de maire de Bordeaux et de président de Bordeaux Métropole. L'information a surpris, toutes tendances politiques confondues. Voici les premières réactions.

Jean-Luc Gleyze, président PS du Conseil départemental de la Gironde : "C'est avec étonnement que je viens d'apprendre la décision d'Alain Juppé de quitter la mairie de Bordeaux et la présidence de Bordeaux Métropole, pour rejoindre le conseil constitutionnel. Je respecte le parcours d'un homme politique qui aura marqué la vie politique nationale et la ville de Bordeaux de son empreinte. Malgré nos divergences politiques, je tiens à saluer la qualité de nos échanges. Nous ne partagions pas la même vision de l'action politique, pour autant nous pouvions travailler ensemble en bonne intelligence. Je souhaite que ce travail commun se poursuive avec son successeur dans l'intérêt des Girondines et des Girondins. "

Nathalie Delattre, sénatrice de Gironde, secrétaire générale du Parti radical, évoque "une grande fierté pour Bordeaux de voir son maire, ancien Premier ministre, rejoindre cette institution si importante qui œuvre au quotidien pour préserver notre régime constitutionnel. Dans une société complexe, dans un contexte de remise en cause de notre modèle démocratique, il nous faut des hommes et des femmes solides. C'est rassurant de savoir Alain Juppé à ce poste. » Alain Juppé "a dû faire un choix difficile, et que dans la situation que connaît notre pays, il a choisi l'intérêt supérieur de l'Etat". Pour ce qui est de l'avenir de la mairie de Bordeaux, Nathalie Delattre estime qu' "Alain Juppé a formé une équipe, et que nous sommes prêts à assurer la succession. Il appartiendra à cette équipe de faire face à ce défi en poursuivant les nombreux projets initiés."

Il est plus que probable que les couteaux s'aiguisent maintenant en vue des prochaines élections municipales. Dans l'opposition socialiste, l'ancienne ministre Michèle Delaunay, conseillère municipale de Bordeaux, dit sur Twitter qu'elle "pressentait" qu'Alain Juppé ne se représenterait pas :

Quant au compte PS Bordeaux Centre, il ironise sur cette décision le jour où Olivier Faure, Premier secrétaire du Parti socialiste, est de passage à Bordeaux :

Il l'avait précédé dans le fauteuil de président de l'ex-Communauté urbaine de Bordeaux, avant d'être battu aux dernières municipales bordelaises. Vincent Feltesse, qui vient de quitter le Parti socialiste, réagit ainsi : "Comme toutes les Bordelaises et les Bordelais j'ai été surpris par la décision d'Alain Juppé de quitter ses fonctions de maire Bordeaux et de président de la métropole. Cependant Alain Juppé est un homme d'Etat et dans le moment particulier que nous vivons en France, sa nomination est une bonne chose pour le conseil constitutionnel et la République française. Pendant 7 mois nous nous sommes affrontés lors de la dernière élection municipale mais surtout pendant 7 ans nous avons travaillé ensemble à la tête de la Communauté urbaine de Bordeaux. Nous l'avons fait avec efficacité et parfois même avec complicité. J'ai donc aujourd'hui une pensée particulière pour Alain Juppé qui est très attachée à la ville de Bordeaux pour laquelle il a énormément œuvré, sa décision a dû être difficile à prendre ! Je la respecte et lui souhaite bonne chance pour la suite."

Maire de Libourne et président socialiste de la Communauté d'agglomération du Libournais, Philippe Buisson est compréhensif :

Patrick Seguin, le président de la CCI Bordeaux Gironde exprime toute sa reconnaissance à Alain Juppé d'avoir fait de Bordeaux une métropole de renomée internationale. « Chacun de nous reconnaitra son dévouement pour Bordeaux et sa capacité à faire avancer les dossiers. Son enthousiasme et sa passion pour sa ville ne se sont jamais démentis tout au long de ses différen

Matthieu Rouveyre (PS) est un peu "le taulier" de l'opposition municipale à Alain Juppé, qu'il n'a jamais épargné. Le militant socialiste ne déroge pas à la règle dans son commentaire sur le départ du maire de Bordeaux.

"Je ne m'y résous pas. Le maire de Bordeaux abandonne la ville pour un siège bien au chaud au Conseil constitutionnel ! C'est au moment où Bordeaux est traversée par des fragilités financières, politiques et sociales qu'Alain Juppé a décidé d'aller se planquer à Paris (...) il faut tout de même se souvenir de cette déclaration du maire de Bordeaux à ses adjoints : « Aucun n'a le profil pour prétendre à ma succession ». Depuis, il n'a jamais laissé penser qu'il avait changé d'avis et se montrait même plutôt agacé de l'ambiance délétère qui règne au sein de sa majorité (...) Un point positif tout de même, Alain Juppé ne briguera pas un énième mandat et avec ce départ les cartes sont largement rebattues à Bordeaux. Même pour la gauche. À condition toutefois qu'elle soit plus intelligente que ce qu'elle a pu montrer jusque-là".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/02/2019 à 9:31 :
Une des dernières prises de position publique d'Alain Juppé fut de soutenir avec ferveur le Pacte Finance Climat proposé par Anne Hessel, Jean Jouzel et Pierre Larrouturou. Qu'il en soit remercié, c'est tout à son honneur. https://www.pacte-climat.eu/fr/soutien-de-la-mairie-de-bordeaux/

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :