Bordeaux Métropole : l'impact économique de la fibre quantifié

 |   |  1018  mots
(Crédits : Capture d'écran / Arcep)
Le cabinet indépendant Teritéo a étudié l'impact du déploiement du réseau de fibre optique, permettant des connexions internet à très haut débit, sur la métropole bordelaise. Il ressort de son étude que l'infrastructure aurait permis la création ou le maintien de 32.000 emplois et de 2,7 milliards d'euros de PIB. Conseiller métropolitain délégué à la Métropole numérique et maire de Carbon-Blanc, Alain Turby dévoile pour La Tribune les contours de cette étude.

Le cabinet indépendant Teritéo a été missionné par Bordeaux Métropole pour jauger l'impact de la politique d'aménagement numérique sur le territoire métropolitain.

"Nous souhaitions évaluer les retombées de la politique publique menée, explique Alain Turby, conseiller métropolitain délégué à la Métropole numérique et maire de Carbon-Blanc. Nous avons donc confié cette étude, qui s'est déroulée entre février et avril 2018 auprès d'un panel important dans 26 des 28 communes de la métropole, à un cabinet indépendant spécialisé dans ce type de travaux. En matière de déploiement de la fibre optique, Bordeaux a longtemps eu un profil de dernier de la classe. Mais l'étude prouve une très nette accélération puisque la métropole bordelaise est désormais la 1re en France pour le rythme de déploiement. On parle même d'une rapidité de déploiement du réseau deux à trois fois plus forte que les autres métropoles. Nous devions atteindre les 100 % de logements éligibles à la fibre à l'horizon 2022 mais au rythme actuel, nous devrions avoir fini bien avant, peut-être même dès fin 2020."

Au-delà de la vitesse de déploiement, la Métropole a le sourire car les conclusions de l'étude de Teritéo, que La Tribune a pu consulter, montrent que "32.000 emplois ont été créés ou maintenus sur le territoire métropolitain grâce à l'arrivée de la fibre", ajoute Alain Turby. Dans le détail, le cabinet les évalue à :

  • 15.000 dans les services (hors TPE)
  • 5.000 dans l'industrie (hors TPE)
  • 4.100 dans les TPE et start-up
  • 3.000 dans le commerce
  • 1.000 dans l'artisanat

Teritéo a fait ses calculs ainsi : 10 % des entreprises interrogées ont identifié la fibre comme facteur discriminant de leur installation ou du maintien de leur activité sur Bordeaux Métropole. Autrement dit, sans la fibre elles auraient déplacé leur site ou ne seront pas venues. Ces 10 % d'entreprises cumulent au total 32.000 emplois. Par extension, l'étude montre que "l'arrivée de la fibre optique a permis le maintien ou la création de 2,7 milliards d'euros de PIB". Cette fois, pour aboutir à ce chiffre, Teritéo a calculé le PIB moyen par emploi sur la métropole rapporté au nombre d'emploi créé ou maintenu grâce à l'arrivée de la fibre.

Un gain mensuel de 4,5 € par ménage

L'étude commandée indique également que le passage du haut au très haut débit représenterait "un gain de 4,5 € par ménage et par mois", soit "1.668.586 € à l'échelle de la métropole". Teritéo croise ainsi plusieurs critères comme la rapidité d'affichage des pages, essentielle au e-commerce notamment, les possibilités de télétravail offertes et donc la baisse des coûts de transport pour les foyers, la meilleure capacité à utiliser les différentes plateformes web, notamment liées à l'économie collaborative... Précisément, le cabinet a évalué "le gain de pouvoir d'achat lié au commerce en ligne, aux revenus additionnels procurés par les plateformes de mises en relations entre particuliers, à la valeur d'usage des service gratuits offerts par Internet, à l'accès à une plus grande variété de produits et à une économie de temps grâce à l'utilisation des outils numériques très haut débit".

Pour mémoire, la Métropole conduit depuis le début des années 2000 une politique de construction, d'exploitation et de commercialisation d'un réseau d'initiative publique pour raccorder plus de 700 sites accueillant entreprises et acteurs publics, confié à Inolia via une délégation de service public. Inolia est ouvert aux opérateurs qui peuvent utiliser ce réseau et commercialiser des offres "professionnelles" assorties de services. Pour la fibre grand public, destinée aux particuliers ainsi qu'aux entreprises non présentes sur les sites raccordés par Inolia, un réseau couvrant l'ensemble des communes hors Bordeaux est exclusivement construit par Orange sur ses fonds propres. Le réseau construit est ensuite ouvert à tous les autres opérateurs qui peuvent ainsi proposer leurs offres. Sur Bordeaux, zone considérée comme très dense, plusieurs opérateurs sont à l'œuvre dans la construction du réseau.

"60 % des logements du territoire métropolitain sont déjà éligibles à la fibre, indique Alain Turby. La Métropole intervient en tant que facilitateur pour favoriser le déploiement. On ne déploie pas nous-mêmes mais on accompagne. Plutôt que de nous cantonner à un seul rôle de contrôle des travaux effectués, nous avons cherché à mettre en place des accords préalables larges facilitant le déploiement du réseau, dans une démarche proactive de ville-plateforme appuyée sur notre connaissance de la ville."

La construction d'un réseau fibre est effectivement soumise à une réglementation lourde et contraignante. Le choix de l'emplacement d'armoires desservant 500 logements dans des parkings souterrains s'est notamment avérée être un petit casse-tête.

Parallèlement, Bordeaux est également ville-test pour la 5G. Bouygues Telecom et son partenaire Huawei y mènent, ainsi qu'à Mérignac, des expérimentations "en temps réel" avec cette technologie destinée à terme à remplacer la 4G actuelle utilisée par nos appareils mobiles et qui promet d'offrir des débits très élevés ainsi qu'une latence très faible, autrement dit une grande réactivité. 5G et réseau fibré seront-ils en concurrence, sans oublier le déploiement de réseaux bas débits pour les objets connectés, indispensables dans la construction de la ville dite intelligente car connectée ? Pas pour Alain Turby, qui estime que les différentes technologies seront complémentaires, destinées à des usages différents, et que la fibre offre de solides garanties de robustesse et une fiabilité constante nécessaires pour certaines utilisations.

--------------------

Méthodologie : Teritéo a mené trois enquêtes de février à avril 2018 auprès de plus de 1.000 entreprises (dont 500 ayant opté pour la fibre dans les 12 derniers mois) et plus de 850 ménages sur 26 des 28 communes de la métropole bordelaise.

>> la carte des déploiements de la fibre sur le site de l'Arcep

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :