La Nouvelle-Aquitaine crée une agence régionale pour l'orientation, la formation et l'emploi

 |   |  400  mots
Alain Rousset, le président (PS) du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, lors de ses vœux en janvier 2018.
Alain Rousset, le président (PS) du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, lors de ses vœux en janvier 2018. (Crédits : La Tribune / Mikaël Lozano)
L'Agence régionale pour l'orientation, la formation et l'emploi, créée début avril, fusionne les trois structures dédiées des anciennes régions. Dotée de 5,5 M€ de budget en 2018, elle mettra notamment l'accent sur l'orientation professionnelle dans les collèges et les lycées.

L'assemblée constitutive de la nouvelle Agence régionale pour l'orientation, la formation et l'emploi s'est réunie le 3 avril dernier à Pessac. A l'initiative de l'Etat et de la Région, cette nouvelle structure est issue de la fusion des trois Carif-Oref (centres d'animation, de ressources et d'information sur la formation / observatoires régionaux de l'emploi et de la formation) qui existaient jusque là dans la région : Aquitaine Cap métiers (Pessac), l'Agence régionale de la formation tout au long de la vie (Poitiers-La-Rochelle) et Prisme Limousin (Limoges).

Une nouvelle mission d'information

Les missions des Carif-Oref s'articulent autour de quatre axes : observation, information, animation et professionnalisation. En créant une agence à l'échelle de la Nouvelle-Aquitaine, la Région espère développer une réponse innovante à ce que peuvent attendre les habitants de Nouvelle-Aquitaine. Le but de l'agence est de mettre en commun les ressources des acteurs de l'orientation, de l'emploi et du développement économique.

Les sites actuels des trois Carif-Oref sont maintenus et l'agence souhaite s'appuyer leurs acquis, en y ajoutant une nouvelle mission d'information sur l'orientation des publics scolaires, avec l'objectif de mieux répondre aux besoins des élèves dès le collège et le lycée.

"Cette nouvelle association devra favoriser les passerelles dans les parcours de formation professionnelle initiale puis continue, faciliter la porosité avec le monde de l'entreprise et agir pour répondre aux besoins des entreprises dans les territoires" a annoncé Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, tandis que du côté de la préfecture de région, on insiste sur l'importance de donner "des clés de lecture, en particulier pour les publics les plus fragiles et à toutes les étapes de la vie professionnelle" et d'être "un facilitateur pour les opérateurs de terrain".

Le budget primitif prévoit 5,5 M€ en 2018 pour les structures préexistantes et l'agence issue de la fusion. Une trentaine d'institutions représentées par 60 personnes constituent l'association, dont la présidence a été confiée à Pierre-Yves Duwoye, ancien directeur de cabinet de Vincent Peillon au ministère de l'Education nationale dont il a également été secrétaire général, ancien recteur des académies de Versailles et de Limoges et conseiller maître à la Cour des comptes. La structure comptera cinq vice-présidents, dont deux représentants de l'Etat et deux de la Région.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/05/2018 à 14:46 :
On comprend rien à quoi sert cette structure ou plus exactement que vont devenir les directions de la région qui s'occupait de l'emploi et formation qui financaient des porteurs de projet innovant, et quel est le devenir des agents directeurs et chef de service travaillant sur ces sujets au conseil regional ?...
a écrit le 02/05/2018 à 17:50 :
Et pendant ce temps, le ministère de l'éducation nationale projette de fermer progressivement tous les CIO de France et de Navarre, de faire disparaître le service public de l'orientation de l'éducation nationale. Vous ne pourrez plus à l'avenir être reçu gratuitement dans un CIO par un psychologue de l'éducation national (PsyEN EDO), il faudra payer, place libre aux seules officines privées, en marche vers la privatisation de l'orientation ! Selon que vous soyez riche ou pauvre, à qui profite le crime ? C'est un choix de société du gouvernement Macron. Les psychologues de l'éducation nationale en lutte ne laisseront pas faire (Site Facebook : Sauvons nos CIO pour suivre l'actualité des luttes et site du SNES-FSU rubrique PsyEN EDO)
a écrit le 30/04/2018 à 18:10 :
Une scandaleuse dilapidation des fonds européens et nationaux. Ces agences n'ont jamais créé un seul emploi, bien orienté un demandeur d'emploi et sont ''planquées'' dans des zones où jamais un chômeur ne s'est aventuré. Mais c'est un porte-voix de M. Rousset qui prétend faire des choses et en la matière. Il ne fait qu'embaucher d'ancien collègues. Et comme aucune agence contrôle ces activités, l'impunité est garantie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :