Dominique Ducassou, alias "le bulldozer" est mort

 |   |  491  mots
Dominique Ducassou
Dominique Ducassou (Crédits : DR-mairie de Bordeaux)
Pionnier dans la recherche sur les matériaux implantables et la valorisation de la recherche universitaire, Dominique Ducassou, ancien adjoint du maire de Bordeaux, Alain Juppé, est mort dans la nuit du mardi 27 au mercredi 28 mars.

Les réactions officielles se multiplient après l'annonce de la mort soudaine, dans la nuit de mardi à mercredi, à l'âge de 74 ans, de Dominique Ducassou, qui a été pendant 13 ans adjoint à la culture du maire de Bordeaux, Alain Juppé. Natif de Bayonne, Dominique Ducassou a été étudiant à l'Ecole de médecine navale de Rochefort, avant de venir à Bordeaux. Devenu médecin, il va ensuite gravir tous les échelons d'une brillante carrière qui va le porter à la direction du service de médecine nucléaire du centre hospitalier universitaire de Bordeaux et en 1987 à la présidence de l'université Bordeaux II Victor Segalen.

Vu de l'extérieur, Dominique Ducassou avait le profil d'un mandarin, ce qu'il n'était pas. Très impliqué dans les nouvelles technologies, direct et sympathique, il est ainsi à l'origine de la création de l'unité 306 "Biomatériaux" de l'Inserm, qu'il a dirigé de 1987 à 1992. Surnommé "le bulldozer" par les membres de son équipe, Dominique Ducassou ne va pas ménager ses efforts pour promouvoir la recherche sur la biocompatibilité des tissus organiques et des matériaux, en particulier à base d'alliages métalliques, comme pour la prothèse de hanche. Transformée ensuite en U577, baptisée "Biomatériaux et réparation cellulaire", l'U306 s'est finalement transformée en U1026 en 2011, sous l'impulsion de Joëlle Vilamitjana-Amédée.

Une deuxième carrière en politique

Rebaptisée "Bio-ingénierie tissulaire - BioTis" cette unité, qui est la descendante de celle de 1987, est dirigée par Jean-Christophe Fricain et se trouve au centre d'énormes enjeux. Comme le rappelle l'Inserm, il s'agit d'une recherche pluridisciplinaire associant des compétences en physicochimie des matériaux, en biologie des cellules souches et progéniteurs, et en modèles précliniques. Dominique Ducassou s'est aussi lancé dans la valorisation de la recherche avec la création de l'Office de valorisation industrielle. Suivant le canal ouvert à son époque par Jacques Valade, qui fut longtemps le dauphin désigné de Jacques Chaban-Delmas, Dominique Ducassou est finalement entré en politique sous les couleurs du RPR, occupant successivement les fonctions de conseiller régional d'Aquitaine puis pendant treize ans d'adjoint au maire de Bordeaux en charge des affaires culturelles.

Alain Juppé a tenu à saluer "un ami qui a marqué la vie universitaire et culturelle bordelaise pendant tant d'années. Grand humaniste au parcours très riche, il a toujours su s'investir avec force et passion dans chacun de ses différents engagements : dans le sport au BEC rugby (Bordeaux Etudiant Club), l'enseignement, la médecine, la musique, la politique ou la culture". Le président socialiste du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset fait lui aussi part de sa "profonde tristesse" à l'annonce du décès de Dominique Ducassou. "Médecin brillant, homme politique engagé et musicien de talent, Dominique Ducassou a été conseiller régional d'avril 1993 à décembre 2015, des mandats au service de l'action publique" relève le président de la Région.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/03/2018 à 19:08 :
J’ai passé la soirée de hier au soir avec lui lors d’un dîner donné par la FRM .Nous nous sommes salués chaleureusement ,je le connaissais depuis longtemps et l’appreciais pour tous ses engagements,sa carrière universitaire et politique ,sa personnalité attachante.Je suis bien triste et toute l’equipe de la soirée d’hier doit l’etre également.
a écrit le 28/03/2018 à 18:38 :
Je suis profondément attristé par la disparition brutale, cette nuit, de Dominique Ducassou qui a accompagné avec assiduité, professionnalisme et humanisme cette mouvance "culturo-artistique" qui embellit ma vie depuis si longtemps ... Loin de la politique politicienne et profondément attaché aux valeurs et au respect de l'autre, Dominique savait être toujours présent et bienveillant pour servir avec délicatesse et sincèrité cette grande famille dissipée de la Culture bordelaise. A dieu Dominique ...
a écrit le 28/03/2018 à 18:07 :
Cette annonce brutale me coupe de tout langage. Et si ne pas montrer ce que l'on ressent définit une certaine politesse sociale et que seul ce qui est exigé par la vie en société peut être exhibé entre proches, cette injonction au secret intime se réfugie tout entière dans la clandestinité des sentiments propres à chacun. Une chose est sûre, c'est que personne n'échappe à la perte des êtres aimés. Tu vas nous manquer Dominique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :