La Gironde préserve son équilibre budgétaire

 |   |  585  mots
Jean-Luc Gleyze, président du Conseil départemental de la Gironde
Jean-Luc Gleyze, président du Conseil départemental de la Gironde (Crédits : Appa)
A 1,6 Md€, le budget primitif 2018 du Conseil départemental de la Gironde reste dans les clous d’une gestion financière maîtrisée. Son président Jean-Luc Gleyze (PS) met le soutien aux villes moyennes au cœur de ses priorités.

Comme celui de la Région, le budget primitif 2018 du Conseil départemental de la Gironde, présidé par Jean-Luc Gleyze, est marqué par une prudence certaine, avec une hausse budgétaire limitée de +3 %, à 1.690 M€ (contre +3,3 % pour la Région). A ce propos Jean-Marie Darmian, vice-président en charge des finances, a préféré parler de posture stratégique plutôt que de budget stricto sensu. Parce que les dotations de l'Etat prévues pour le Département en 2018 pourraient baisser de 20 M€. Sans doute aussi  parce que le gouvernement d'Edouard Philippe a annoncé qu'il allait adopter un taux directeur contraignant les collectivités territoriales à plafonner la hausse de leurs dépenses à +1,2 %. Jean-Luc Gleyze a tenu à souligner qu'il maintiendrait son programme d'investissement à 1 Md€ pendant la mandature, avec une enveloppe de 224 M€ pour 2018.

Une motion a été adoptée par l'assemblée départementale girondine contre le projet d'Edouard Philippe, qui, selon la majorité, "contrevient au principe de libre administration des collectivités territoriales prévu par l'article 72 de la Constitution française". Le Département n'accepte pas que l'Etat revienne sur la loi de décentralisation et qu'il fasse payer à la collectivité territoriale des dépenses qui lui incombent, comme le revenu de solidarité active (RSA). "On nous fait la leçon alors que nos comptes administratifs sont systématiquement excédentaires et en plus l'Etat nous impose des transferts de charges déguisés, ce qui me pose une question éthique" a notamment observé Jean-Luc Gleyze.

Une motion de soutien à Ford Aquitaine Industries

 Lors de la présentation du programme de cette assemblée à la presse, Jean-Luc Gleyze n'a pas manqué de rappeler que l'agence de notation financière Standard & Poor's a confirmé le classement du Conseil départemental de la Gironde, qui décroche la deuxième meilleure note nationale pour une assemblée départementale (AA- à long terme et A-1+ à court terme), juste derrière le département des Hauts-de-Seine.

L'assemblée départementale a adopté une deuxième motion en soutien aux 900 salariés de Ford Aquitaine Industries (FAI), à Blanquefort, filiale girondine du constructeur automobile Ford spécialisée dans la fabrication de boîtes de vitesses automatiques que, comme les syndicats de l'entreprise, les élus craignent désormais de voir fermer en 2018.

L'équilibre des territoires est une préoccupation politique centrale du président Jean-Luc Gleyze qui entend développer en 2018 des contrats de villes d'équilibre.

Eviter le décrochage des villes rurales

"Quand des villes moyennes comme Lesparre ou Coutras décrochent, elles entrainent leur périphérie immédiate. L'idée des contrats de villes d'équilibre, c'est de fournir des appuis spécifiques dans le domaine des infrastructures ou des services publics, relevant par exemple des missions du Service départemental d'incendie et de secours, ainsi qu'un accompagnement financier plus global. Afin que ces villes puissent tenir leur périphérie et pour éviter tout sentiment d'abandon. Le Département va investir 27 M€ au titre de l'aide aux intercommunalités en 2018, sans aucune baisse" a déroulé Jean-Luc Gleyze.

Le Conseil départemental de la Gironde va également adopter son Schéma départemental d'amélioration de l'accessibilité des services au public partout dans le département, qui est le plus grand de France métropolitaine. Pour les grands projets structurants, le Département passera par un ensemble de pactes territoriaux, tandis que le développement du très haut débit (Gironde Haut Méga) va passer à la vitesse supérieure.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/01/2018 à 14:59 :
3% pour le budget 2018. Merci la DMTO (droits de mutation à titre onéreux). Un budget contrait.....La métropole bordelaise construit, le département encaisse.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :