Vers un revenu universel en Gironde dès 2019 ?

 |   |  620  mots
Jean-Luc Gleyze, président socialiste du Conseil départemental de la Gironde
Jean-Luc Gleyze, président socialiste du Conseil départemental de la Gironde (Crédits : Alban Gilbert)
Avec sept de ses collègues, le président du Département, Jean-Luc Gleyze (PS), demande l'expérimentation dès 2019 d'un revenu de base en Gironde. Objectif : "élaborer un modèle robuste, crédible scientifiquement, audacieux socialement et soutenable financièrement".

En pointe depuis 2015 sur la question du revenu universel, le Conseil départemental de Gironde fait un pas supplémentaire vers une expérimentation locale. Son président, Jean-Luc Gleyze vient de convaincre sept de ses collègues socialistes de co-signer une tribune dans le Journal du Dimanche pour annoncer leur volonté de lancer des tests grandeur nature d'un revenu de base dans leurs territoires, si possible dès 2019.

Un outil à tester et à évaluer

"L'idée est de dire clairement au gouvernement et au président de la République que nous voulons expérimenter le revenu de base, d'abord en étude, puis en conditions réelles", explique Jean-Luc Gleyze, qui poursuit :

"Je n'ai pas d'avis arrêté sur le revenu universel mais je souhaite que cet outil puisse être testé et évalué. Il peut permettre de lutter contre la pauvreté et d'apporter des réponses à de multiples situations : étudiants sans ressources, travailleurs pauvres, parents d'enfants handicapés, aidants de personnes âgées, intermittents du spectacle, actifs en reconversion professionnelle, etc."

Les huit départements socialistes veulent prendre Emmanuel Macron au mot après que le chef de l'Etat a assuré, la semaine dernière, vouloir autoriser et favoriser les expérimentations locales au plus près du terrain. Dans un premier temps, ils cofinanceront une étude de faisabilité pour un montant de l'ordre de 100.000 €. Ce travail, dont les résultats seront présentés dans quatre à six mois, devra définir les modalités de l'expérimentation et, en particulier, le panel sélectionné (jeunes de 18 à 25 ans, personnes âgées, aidants, agriculteurs, etc.), la durée, le montant du revenu de base, les éventuelles conditions d'octroi et les différents critères d'évaluation scientifique.

Pour Jean-Luc Gleyze, le recours au revenu universel est aussi un moyen de répondre à trois évolutions majeurs de nos modes de vie : "La société du plein emploi n'existe plus, la transformation numérique bouleverse de nombreux emplois et la non linéarité des parcours professionnels tout au long de la vie est désormais la norme plutôt que l'exception."

Limiter le non-recours

Une fois le modèle arrêté, et sous réserve d'un feu vert de l'Etat, les départements pourraient lancer l'expérimentation grandeur nature dès 2019 pour une durée de deux à trois ans. Certains départements pourraient cibler les jeunes, d'autres les populations rurales par exemple.

"Mon sentiment personnel penche plutôt vers l'expérimentation d'un revenu universel et inconditionnel ce qui permettrait de limiter les cas de non recours qui atteignent 34 % en Gironde et près de 40 % au niveau national", fait valoir Jean-Luc Gleyze. Dans son esprit, ce revenu universel resterait dégressif en fonction des revenus de chacun et pourrait remplacer le RSA et la prime d'activité. En revanche, il n'aurait pas vocation à absorber la prestation handicap ou l'allocation personnalisée d'autonomie.

Pour autant, il ne faut pas s'attendre à toucher un revenu de base dès 2019, l'expérimentation ne sera menée que sur un échantillon de population ! En 2016, le département de la Gironde a consacré 240 millions d'euros à ses dépenses au titre du RSA versé à 109.000 bénéficiaires.

Le Sénat favorable à une expérimentation

Ce coup de communication des 8 départements s'inscrit pleinement dans la continuité de la mission d'information diligentée par le Sénat l'an dernier. Celle-ci recommandait de lancer des expérimentations d'une durée de trois ans avec des départements volontaires, notamment sur deux populations cibles : les 18-25 ans et les 50-65 ans. Pour pouvoir faire l'objet d'une évaluation scientifique pertinente, les sénateurs proposaient de retenir un échantillon de 20.000 à 30.000 personnes au niveau national, ce qui représenterait un coût de 100 à 150 M€ à la charge de l'Etat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/11/2017 à 6:51 :
Le revenu universel pourquoi pas ...Reste le financement et là je ne vois pas de taxes sur les tableaux de maitre ou l'amputation des revenus des deputes et senateurs qui pourraient etre payés comme les retraités riches à 1200 € . Bref encore de l'utopie par des incapables , incompétents , qui insultent les français par autant de nullité car la dette de la france augmente chaque jour , la pauvreté augmente chaque jour et eux ..les décideurs s'augmentent toujours au détriment de ceux qui travaillent. Ils veulent avoir un peuple a leur botte , soumis , pour encore plus se gaver ....Qu'on parle d'abord du financement ..alors qu'on sert toujours plsu de repas aux Restaus du Coeur ( autre signe de l'évolution d'un peuple ) ..Bref ..finalement on a ce qu'on mérite ...il faudra savoir etre plus vigilant prochainement.
a écrit le 28/11/2017 à 12:12 :
Le rêve socialiste du revenu universel : c'est l'appauvrissement d'un pays, le pillage des ressources, et au final une faillite. Rêve proudhominien et communiste qui n'a court que chez certains incultes de l'économie.
L'absurdité et l'inconséquence de certains politiques ignares du fonctionnement d'une économie. Cuba, l'URSS, le Vénézuela, l'Algérie etc. tous ces pays et d'autres qui ont voulu faire une expérience ''égalitariste''. Eux se sont ''protégés'' (non convertibilité de leur monnaie, spoliation des fortunes, etc.) et ça n'a pas marché.
Ce n'est pas avec des idées comme celles-ci que le PS va se redresser.
a écrit le 28/11/2017 à 0:02 :
Encore une ânerie Made in PS...à quand la faillite totale de ce parti
a écrit le 27/11/2017 à 21:08 :
C'est top. C'est trop bon. C'est trop beau. J'arrête de bosser à l'école.
a écrit le 27/11/2017 à 19:53 :
il suffit de lire la liste des gens dont il souhaite l'eligibilite.......... tout est dit...... tout le monde ira s'inscrire comme intermittent du travail, si apres 504 heures epuisantes on ne trouve pas de boulot on pourra se la couler douce sans chercher un vrai metier........
du moment qu'il finance ca tout seul avec l'argent de sa region, ca va, la ou ca pose pb c'est quand il va demander des aides et des perequations car il n'y arrive plus.........
a écrit le 27/11/2017 à 19:47 :
Le revenu universel ?
C’est comme le rsa ?
Aider les pauvres c’est très bien mais qui va financer ces fonds et avec quoi ?
Déjà le LR, le PS , le LREM n’ont pas modifié le décret sur les pensions de reversions , l’etat À amortie ces fonds cotise pendant plus de 20 ans par des ayants droits , aujourd’hui l’etat Bloque ces fonds aux veufs et aux veuves de France ... alors cherchez la logique...
Vous savez personne ne choisit de perdre un conjoint de mourir et de devenir handicapé ou malade
Bref la morale et le message pour le Sénat : donner le droit aux cotisants et rectifier ce décret des pensions de reversions , rendez la condition d’âge d’octroi au moment du «  drame »
Le juste c’est ça , la bon sens c’est ça .
Soyez honnête envers ceux qui cotisent à la sueur de leur front.
a écrit le 27/11/2017 à 16:39 :
Si c"est remplacer des allocations par une autre pour des personnes percevant les 1° ce n'est certainement pas un revenu universel. Par définition le revenu universel est sans condition de ressource, d'age etc. Sinon, et pourquoi pas, c'est une refonte du système social.

Comment faire une estimation si on sélectionne les bénéficiaire sur des critères sociaux. Pour une vrai évaluation il faudrait un tirage au sort. Cela représenterai mieux toute les couches sociales. Il serait alors possible de voir l’évolution comportementale des bénéficiaires en fonction de son niveau social et éducatif sans a priori.
Réponse de le 29/11/2017 à 9:01 :
Nous sommes une population de + - 66 millions, 325 000 sont soumis ponctionnés entre autre par l'Isf, l’impôt sur la fortune, ils vont prendre le train l'avion le bateau pour d'autres destinations , et laisser la France sombrer.
C'est mon modeste point de vue. Sénat de "droite" région de gauche même combat, on pille la nation et l'on endette les générations futures.
L'état les régions et les départements devraient être tous, sous le régime de tutelle.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :