Frictions après la validation des LGV Sud-Ouest par le Conseil d’Etat

 |   |  875  mots
(Crédits : SNCF)
Les réactions des partisans et des opposants aux projets de lignes à grande vitesse Toulouse-Bordeaux et Bordeaux-Dax fusent après la validation, mercredi 25 mai par le Conseil d’Etat, du projet de décret de déclaration d'utilité publique relatif au projet.

Les projets de lignes à grande vitesse sont sujets à controverses depuis les prémices du Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO). L'avis favorable rendu par le Conseil d'Etat sur le projet de décret déclarant d'utilité publique les lignes à grande vitesse Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, annoncé par Alain Vidalies, secrétaire d'Etat chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, attise les tensions. La question du financement, estimé à 8,3 milliards d'euros, fait débat.

Le décret qui doit être signé avant le 8 juin marquera le réel point de départ du projet de LGV dont les ouvertures sont prévues en 2024 pour Bordeaux-Toulouse et en 2027 pour Bordeaux-Dax. La décision du Conseil d'Etat fait suite à la réaffirmation, le 26 septembre 2015, du gouvernement de sa volonté de voir foncer les deux LGV malgré un avis négatif émis par la commission d'enquête publique. Le rapport remis le 30 mars 2015 informait "[qu']aucune catégorie, même les entreprises, n'[était] majoritairement favorable au projet".

Les enquêteurs, évoquant le gain de temps relatif de certains trajets (de seulement 6 minutes entre Bordeaux et Dax), écrivaient :

"Le porteur du projet, en annonçant un investissement de 8,307 milliards d'euros compensés par des gains de temps monétarisés à 20 euros par heure n'est pas convaincant car la commission ne pense pas que l'on gagne des millions d'heures à coup de minutes de trajet."

L'engouement de certains élus régionaux

Le député et président PS du Conseil départemental des Landes, Henri Emmanuelli, se réjouit de cette "très bonne nouvelle pour le Sud Aquitaine et les Landes". Les LGV qui vont réduire le temps de voyage de 2 heures entre Toulouse et Paris, permettront, selon lui, aux "habitants au sud de Bordeaux [de ne plus] rester à l'écart des grandes voies de communication les reliant à la capitale".  

Même satisfaction pour Alain Rousset, président du Conseil régional d'Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, qui prédit dans un communiqué, les bénéfices économiques, culturels, touristiques et sociaux pour la région et ses habitants. Il rappelle dans le même communiqué et sur Twitter que la Région ne participera pas au financement des travaux.

Pour Alain Rousset et la Fédération nationale des associations d'usagers des transports (FNAUT), ces projets de LGV représentent aussi un enjeu environnemental.

D'après la FNAUT, la "mutualisation des deux lignes jusqu'au triangle de Bernos-Beaulac minimise l'impact environnemental et les coûts.(...) La réduction notable des temps de parcours ferroviaires entre Bordeaux et les principales agglomérations de la région (Agen, Pau, BAB, Dax, Mont-de-Marsan, Tarbes) permettent une alternative réaliste à la voiture."

Pour d'autres, la rénovation des lignes existantes aurait largement suffi...

Un "déni de réalité" pour certains, qui en amène d'autres à la résistance

Dans un communiqué daté du 26 mai, les conseillers régionaux d'Aquitaine Limousin Poitou-Charentes du groupe écologiste et citoyen EELV, Françoise Coutant et Jean-Louis Pagès, qualifient de "déni de réalité" le prochain décret déclarant "d'utilité publique" les projets de LGV. Le coût de ces projets d'infrastructure leur paraît incohérent avec le discours du gouvernement.

"Le gouvernement n'est pas crédible de constamment marteler qu'il faut réduire drastiquement la dette tout en faisant en sorte de l'aggraver en voulant financer des projets inutiles, destructeurs et ruineux pour les finances publiques. Les élus locaux et acteurs économiques qui ont exprimé leur satisfaction n'en seront que plus déçus lorsque la réalité s'imposera."

En rappelant "la pertinence et la qualité de l'argumentaire" des opposants au projet, ils réaffirment leur soutien auprès des associations et citoyens se battant contre le démarrage des travaux.

"Coordination Vigilance LGV Gironde", qui milite contre la réalisation des projets de LGV dans le Sud-Ouest, avait prévu le coup : en 2011, 140 membres de cette association ont acheté en indivision deux parcelles d'une surface totale de 1.868 m2 sur le tracé de la LGV dans la commune de Landiras, en sud-Gironde. "Cette acquisition s'est réalisée dans la plus grande discrétion pour éviter que RFF (Réseau ferré de France) n'entrave la vente", précise l'association qui se veut belliqueuse et qui organise une journée de mobilisation sur leur "lopin collectif" samedi 4 juin.

"Nous sommes déterminés à aller jusqu'au procès en expropriation en refusant tout accord à l'amiable ce qui entraînera une longue et complexe procédure juridique pour retrouver les 140 copropriétaires un peu partout en France... et à l'étranger."

Pour cette association, les LGV "n'ont jamais enlevé les camions des routes", la très grande vitesse est beaucoup trop énergivore et les grands chantiers sont nuisibles aux humains et à la nature. L'aménagement de voies existantes serait moins coûteux et conduirait à un service ferroviaire de proximité efficace.

Les projets de LGV Toulouse-Bordeaux et Bordeaux-Dax s'inscrivent dans la continuité de la LGV Tours-Bordeaux, dont la mise en service est prévue fin juillet 2017. Cinq à 7 ans de travaux seront peut-être bientôt engagés, mais à quel prix pour l'Etat ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/05/2016 à 11:00 :
Ce n'est sans doute pas facile quand on est soit même touché dans son environnement quotidien par une nouvelle balafre paysagère, mais que les opposants à la LGV - du moins ceux qui se revendiquent de la protection de l'environnement - n'oublient pas les enjeux environnementaux plus globaux.
La déclaration d’utilité publique de la LGV Bordeaux -Toulouse est une très bonne nouvelle pour le climat et pour la biodiversité ! En effet, le changement climatique aggrave la perte de biodiversité et augmente les risques d'extinction de nombreuses espèces animales et végétales, bien plus que la création de nouvelles infrastructures (si elle est correctement accompagnée de mesures de compensation des impacts sur l'environnement).
La lutte contre le changement climatique est une priorité, de la France qui s’est fixée comme objectif de diviser par quatre ses émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050 (cf. loi Grenelle 1). Avec 1/4 des émissions de gaz à effet, le secteur des transports est le premier secteur émetteur en France. D'où l'enjeu majeur d'avoir une infrastructure de transport durable qui favorise le report vers le train :
- des passagers de la route (notamment entre Bordeaux et Toulouse)
- et des passagers de l'avion (notamment entre Toulouse et Paris)
et donc qui contribue à réduire la perte de biodiversité.
a écrit le 30/05/2016 à 6:27 :
Bjr !
Quand les articles seront-ils relus avant que d'être publiés ?
Orthographe déplorable :
- "les prémisses", dans cette acception, s'écrit "les prémices" ;
- "aurait largement suffit", le participe passé est "suffi".
Enfin, que signifie ceci : "volonté de voir foncer les deux LGV" ?
Slts,
DB
Réponse de le 30/05/2016 à 16:29 :
Fautes d'orthographes corrigées, merci pour votre lecture attentive

Les articles sont relus avant d'être publiés, mais dans l'urgence, certaines fautes passent à la trappe.
a écrit le 28/05/2016 à 11:13 :
Quoi faire contre cette absurdité ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :