Gironde : le Département s'attaque au très haut débit

 |   |  633  mots
La fibre optique est l'une des solutions pour le très haut débit mais le Département utilisera d'autres technologies quand ce sera nécessaire comme la montée en débit cuivre, le satellite ou les réseaux hertziens terrestres. Des expérimentations sur la 4G à usage fixe sont également en cours.
La fibre optique est l'une des solutions pour le très haut débit mais le Département utilisera d'autres technologies quand ce sera nécessaire comme la montée en débit cuivre, le satellite ou les réseaux hertziens terrestres. Des expérimentations sur la 4G à usage fixe sont également en cours. (Crédits : reuters.com)
Le Département de la Gironde lance un plan très haut débit qui doit permettre d'équiper dans les 10 ans quelque 410.000 foyers girondins, hors métropole bordelaise et Libourne. Montant estimé de l'investissement : 650 M€.

Le très haut débit ne relève pas des compétences du Département. Mais pour son président (PS) Jean-Luc Gleyze, il s'agit bel et bien d'une mission de service public, destinée à rééquilibrer les territoires. Menant avec Gironde Numérique une politique en faveur du haut débit qui concernait plus particulièrement les collectivités et les entreprises, la Gironde s'attaque désormais au très haut débit. Avec un objectif beaucoup plus large, puisqu'il s'agit d'équiper dans les 10 ans quelque 410.000 foyers girondins.

Un élément stratégique

Partant du constant que l'équipement numérique était un facteur essentiel de l'attractivité des territoires, interpellé sans cesse par les maires de communes sous-équipées confrontés au mécontentement de leurs habitants ou des entreprises implantées sur leur territoire, le Département se saisit d'une question primordiale à plus d'un titre. Pour l'installation des entreprises d'abord, quelle que soit leur taille et qui ne peuvent plus se passer de réseaux performants pour exercer leur activité. Pour les citoyens ensuite : rester en contact avec le monde extérieur et faire ses démarches pour de personnes handicapées qui ont du mal à se déplacer, rechercher un emploi, programmer ses déplacements par l'intermodalité ou le covoiturage, accéder à la culture, à l'information, sans parler des services publics qui dématérialisent de plus en plus de démarches administratives, échanger sur Skype avec des membres de sa famille éloignés, etc. Autant d'usages de la vie quotidienne qui nécessitent d'être équipés.

Et si le Département se saisit de ce problème ne relevant pas de ses compétences, c'est que les opérateurs privés ne déploient leurs réseaux de fibre optique jusqu'à l'abonné que dans les grandes agglomérations et chefs-lieux de départements. Hors de ces zones, l'opération n'est pas rentable pour eux. C'est le cas en Gironde, avec la métropole bordelaise et Libourne. Pour le reste du Département, c'est la collectivité qui prend donc le relais avec le "Plan Haut Méga".

"Nous ne voulons pas d'une Gironde à deux débits, explique Jean-Luc Gleyze, président du Conseil départemental de la Gironde. Il faut veiller à ce que la vitesse ne soit pas l'apanage du milieu urbain et bénéficie à tout le territoire."

650 M€ d'investissement sur 10 ans

L'investissement estimé pour équiper les 410.000 foyers d'ici dix ans (210.000 dans cinq ans), à travers un réseau de 23.500 km, est estimé à 650 M€. L'Etat devrait abonder ces fonds par une enveloppe de 43 à 57 M€, auxquels s'ajouteront les participations financières du Conseil régional Aquitaine Limousin Poitou-Charentes et des EPCI (Etablissements publics de coopération intercommunale). Les opérateurs privés entrent également dans ce financement puisqu'ils seront sollicités à travers les recettes d'exploitation du réseau et le cofinancement issu des FAI (fournisseurs d'accès à Internet).

Le Département investira 3,2 M€ en 2016 et 3 M€ en 2017, les investissements pour les années suivantes seront évalués en fonction de montants investis par les autres partenaires de ce plan.

Le Département a d'ores et déjà engagé des discussions avec les opérateurs à travers une consultation publique et a choisi ses assistants à maîtrise d'ouvrage pour l'accompagner dans la signature de ces marchés, en l'occurrence Tactis (technique), Bird and Bird (juridique) et le Cabinet Michel Klopfer (finances). Une délégation de service public concessive va être lancée en septembre ; l'opérateur qui construira et exploitera la fibre sera choisi début 2017. Les FAI susceptibles de proposer leurs services sur ce réseau entreront alors en jeu.

Le suivi en temps réel du déploiement du très haut débit dans le département sera disponible sur le site Gironde Haut Méga.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/04/2016 à 8:22 :
Une fois le bassin et des villes comme Langon ou Blaye, combien de village seront connectés?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :