La SCET se met au format grande région

 |   |  469  mots
Stéphane Keïta, PDG de la SCET
Stéphane Keïta, PDG de la SCET (Crédits : LTOA / Mikaël Lozano)
Filiale de la Caisse des dépôts, la SCET vient de fêter son 60e anniversaire. L’agence se charge d’accompagner les collectivités locales et leurs satellites dans leurs projets. Elle compte aujourd’hui 12 structures adhérentes au réseau SCET Aquitaine, qui passeront à 20 au 1er janvier 2016. Parmi les enjeux figurent l’élargissement des interventions auprès des collectivités ou encore les efforts d’innovation en ingénierie financière, dans un contexte ne poussant pas à l’investissement de la puissance publique.

12 structures adhèrent aujourd'hui au réseau Scet en Aquitaine : des entreprises publiques locales, des entreprises sociales pour l'habitat, des offices publics pour l'habitat. Bordeaux Aéroparc, Aquitanis, Incité, Parcub, la Fab, les sociétés d'économie mixte (SEM) d'aménagement de Périgueux ou d'Agen... en font partie. De 12, elles seront bientôt 20 au 1er janvier 2016, dans le cadre du passage à la grande région.

L'agence de Bordeaux, forte de 10 emplois, totalise une centaine de missions assurées sur le territoire aquitain depuis 2010, comme de l'assistance à maîtrise d'ouvrage, des mandats en aménagement et construction, de l'assistance foncière...

"Nous allons désormais élargir notre réseau, sur le territoire de la grande région, auprès des ESH et OPH en proposant une plateforme documentaire dédiée dotée de plus de 800 références allant de dossiers de fond aux documents types et fiches pratiques permettant aux opérateurs de sécuriser leurs process, détaille son directeur Pierre Rochery. Nous élargissons également nos interventions auprès des collectivités en proposant des expertises dans les domaines du tourisme (aménagement du territoire et positionnement marketing, création ou redéploiement d'équipements touristiques et culturels, organisation et gouvernance de l'activité touristique), de l'énergie (schéma stratégique énergétique, conception rénovation immobilière...), de l'aménagement, de l'immobilier, des services."

Complexe ingénierie financière

Les adhérents de l'agence bordelaise avaient rendez-vous il y a quelques jours pour souffler ses 60 bougies et évoquer leurs actions. Jacques Mangon, président de La Fab, était notamment présent. Stéphane Keïta, PDG de la SCET, en a profité pour dresser un panorama de la situation actuelle. Il a évoqué "l'effet de stop and go" récent lié aux élections, avec de nouvelles équipes municipales et communautaires qui n'avaient pas forcément anticipé le devenir des structures satellites gravitant autour d'elles.

"Nous sommes dans une période où le caractère vertueux de l'investissement n'est plus bien perçu, déplore Stéphane Keïta. On peut également souligner le fait que la pression des citoyens contribue à pousser les élus à veiller à la maîtrise des dépenses. Ce contexte qui n'est ni le plus emballant, ni le plus joyeux, est une période test où nous devons être actifs, repenser nos stratégies en incluant les transitions économique, énergétique, démographique. Nous devons à la SCET refondre nos outils pour les adapter à des ressources plus faibles des collectivités, travailler sur le coût de l'acquisition de l'information."

La SCET a recruté pour se muscler en matière d'ingénierie financière et proposer ses services à des collectivités et organismes pouvant rapidement se perdre dans la multitude des dispositifs existants. Elle entend également renforcer son activité de gestionnaire de patrimoine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :