Grande région, à Bordeaux l’Europe fait consensus

 |   |  514  mots
Les quatre programmes d'aide européens sont précieux pour les territoires des trois régions.
Les quatre programmes d'aide européens sont précieux pour les territoires des trois régions. (Crédits : DR)
Le séminaire de ce vendredi matin consacré aux programmes territoriaux européens a fait le plein de l’hémicycle de la Région Aquitaine.

Avant la célébration, ce 21 septembre, des 25 ans de la politique de coopération territoriale européenne, les conseils régionaux d'Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes organisaient, ce vendredi 18 septembre, un séminaire centré sur l'évolution de cette coopération au cours de la période 2014 -2020 dans la perspective de la future grande région. Ce séminaire s'est ouvert en début de matinée dans un hémicycle du Conseil régional d'Aquitaine qui affichait complet. Evoquant les quatre programmes européens qui concernent tout ou partie de la future grande région Aquitaine, Limousin, Poitou-Charentes, François Maitia, vice-président (PS) de la Région Aquitaine, a souligné qu'ils ciblaient des territoires.

Ces programmes sont Sudoe (Sud-Ouest Européen) qui englobe, en plus des deux futures grandes régions Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes, et Languedoc-Roussillon - Midi-Pyrénées, le Portugal et l'Espagne ; Poctefa, qui associe les cinq départements pyrénéens, Andorre et plusieurs régions du nord de l'Espagne ; Espace Atlantique, qui s'étend du nord de l'Ecosse au sud de l'Espagne en passant par Poitou-Charentes et Aquitaine, et Interreg Europe (ensemble des territoires de l'Union européenne).

L' économie du bien vieillir


Christèle Coursat, vice-présidente (PS) du Conseil régional du Limousin, a notamment précisé de son côté que le Limousin bénéficiait des programmes Sudoe et Interreg IV-C. "Nos priorités sont le développement rural et la recherche. Il ne faut pas oublier que le Limousin est le territoire le plus vieux de France et que nous nous intéressons à l'économie du bien vieillir, via Silver Sudoe" a détaillé Christèle Coursat. Le portage des dossiers européens par les régions est un fait important, a ensuite souligné Alain Rousset, président (PS) du Conseil régional d'Aquitaine.

"Ici nous sommes en train de construire un petit bout d'Europe. Nous avons des priorités économiques et les programmes européens représentent des sommes considérables au service des territoires. Nous devons éviter de nous disperser", a conseillé Alain Rousset.

La région qui se réchauffe le plus  vite

Evoquant la COP 21 (21ème conférence des parties (COP21) à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques), qui se tient à Paris du 30 novembre au 15 décembre et à laquelle La Tribune - Objectif Aquitaine participe avec le Forum Climat Cop 21, organisé à Bordeaux le 17 novembre au stade Matmut Atlantique, Alain Rousset a rappelé que l'Aquitaine est la région de France qui se réchauffe le plus vite, sans que l'on sache encore pourquoi.

Revenant sur les questions hexagonales de financement, Alain Rousset a estimé qu'au final les régions avaient bénéficié de financements publics substantiels au cours de ces vingt dernières années, "nous aurions sans doute pu éviter de nous endetter, il n'est pas inutile de s'intéresser aujourd'hui au concept d'économie frugale", a-t-il observé. Ce séminaire encore interrégional, qui accueillait d'importantes délégations du Limousin et de Poitou-Charentes, s'est achevé en fin de matinée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :