Un plan de relance pour la Cité de l’océan

 |   |  451  mots
L’architecte américain Steven Holl a conçu le projet de la Cité de l'océan comme une prise de conscience autour de l'océan et la forme du bâtiment provient du concept spatial sous le ciel / sous l’océan.
L’architecte américain Steven Holl a conçu le projet de la Cité de l'océan comme une prise de conscience autour de l'océan et la forme du bâtiment provient du concept spatial "sous le ciel / sous l’océan". (Crédits : Biarritz)
Depuis son inauguration en 2011, la Cité de l’océan de Biarritz a connu beaucoup de déboires juridiques et financiers sans rencontrer son public. La ville a décidé de reprendre la main.

Le maire de la station balnéaire basque, Michel Veunac (Modem), a présenté mercredi soir au conseil municipal un plan de relance pour la Cité de l'océan. Après de multiples soubresauts juridiques qui ont abouti à l'annulation du PPP (Partenariat public privé) et un bilan financier déficitaire depuis l'ouverture en 2011, la ville de Biarritz a décidé de réagir. Avec un déficit de 682.000 € en 2013 et 597.000 € en 2014, la Cité de l'océan prend l'eau. Désormais propriétaire du site, la ville propose un plan de relance sur 3 ans. Partant du constat que le contenu n'était pas assez attractif, plusieurs axes de relance ont été présentés. Le surf, qui devait être un des piliers de cette structure et qui avait été abandonné en route, va faire son retour. Ainsi, un travail réalisé conjointement avec l'Estia de Bidart (Ecole supérieure des technologies industrielles avancées) et Cap Sciences à Bordeaux va permettre de mettre en œuvre une nouvelle attraction autour du "surf virtuel". Une cité pour les enfants est également en projet, de même qu'un pôle sur les enjeux de l'océan. Les entreprises et les startups autour de l'économie bleue devraient également y avoir une place. L'édile a également annoncé une nouvelle exposition qui démarrera en novembre prochain sur le thème de l'océan et du climat en partenariat avec Nausicaa, le Centre national de la mer implanté à Boulogne-sur-Mer (62).

Une recapitalisation institutionnelle

Selon le maire de Biarritz, une augmentation du nombre de visiteurs de l'ordre de 20 % est observée depuis le début de l'année, sans pour autant préciser les chiffres exacts. Afin de booster la fréquentation de la structure dirigée par Françoise Pautrizel, également à la tête du Musée de la mer local, les équipes commerciales et marketing vont être renforcées avec l'arrivée en juillet d'une directrice dédiée. Côté gros sous, si les modalités financières de la restructuration ne seront présentées que le 23 juillet prochain à l'occasion du prochain conseil municipal biarrot, il a d'ores et déjà été annoncé la venue de nouveaux partenaires au sein de la société de gestion de la Cité de l'océan. Ainsi, le Conseil régional d'Aquitaine, le Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques, l'Agglomération Côte basque Adour ou encore la Caisse des dépôts et consignations vont faire leur entrée au capital et participeront aux investissements a indiqué Michel Veunac en concluant : "Ces institutions envoient le message qu'elles y croient". Reste à savoir comment la ville et les institutionnels financeront cette relance dans un climat de disette budgétaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/06/2015 à 16:22 :
Pour avoir visiter ce musée je confirme qu'il y a besoin de revoir de fond en comble l'orientation de ce lieu.
Le contenu multimédia est vieux et littéralement ennuyeux.
Lieu à éviter tant qu'il n'aura pas été reformé profondément.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :