Le Lot-et-Garonne veut rester actif

 |   |  451  mots
Pierre Camani, président du Conseil départemental de Lot-et-Garonne
Pierre Camani, président du Conseil départemental de Lot-et-Garonne (Crédits : Appa)
Le Conseil départemental de Lot-et-Garonne, qui vient de voter son budget primitif, annonce maintenir un volant d’investissement important, sans hausse de la fiscalité directe.

Le Conseil départemental de Lot-et-Garonne, dont Pierre Camani est le président (PS), a adopté le 24 avril son budget primitif 2015. Ce budget s'élève à 434,6 M€. La présidence de l'assemblée départementale souligne qu'elle n'a pas usé "de hausse de la fiscalité directe sur les ménages pour la 6e année consécutive (à savoir la taxe foncière sur les propriétés bâties, seule taxe sur laquelle le Département dispose d'un pouvoir de taux)", qu'elle a assuré une "limitation au strict minimum des dépenses de fonctionnement obligatoires", limité le "recours à l'emprunt pour la 2e année consécutive" et assuré un "maintien des dépenses d'investissement à un niveau élevé (sensiblement identique à celui de 2014) alors que beaucoup de départements ont choisi de réduire leurs investissements". Le Conseil départemental de Lot-et-Garonne annonce ainsi qu'il va de son côté investir 91,2 M€.

Le très haut débit dans 18 mois

Sans surprise, puisque c'est encore une des prérogatives essentielles des départements, l'action sociale et la prévention médico-sociale représentent globalement 53,4 % des dépenses, à 232,2 M€. Le Département lance en particulier un appel à projets ciblé sur trois dispositifs : l'accompagnement socioprofessionnel des bénéficiaires du RSA (revenu de solidarité active), la mobilisation des acteurs de l'emploi dans les parcours d'insertion, le développement des projets de coordination et d'animation de l'offre en faveur de l'insertion et de l'économie sociale et solidaire. Présenté en détails début mai, cet appel à projets sera doté d'une enveloppe de 4,9 M€ sur la période 2015 - 2020. Appuyé en particulier par la Région, le Département poursuit également sa politique d'aménagement numérique, par la montée en débit de la voie hertzienne, avec adoption du standard Wifi (après Wimax) et le déploiement du très haut débit avec la fibre optique. Ce dernier volet représente un investissement de 128 M€ sur 10 ans, dont 21 M€ financés par le Département. Ce programme doit permettre de couvrir 70 % de la population lot-et-garonnaise en très haut débit par fibre optique. Sans cet investissement des pouvoirs publics, "seules 14 communes lot-et-garonnaises seraient couvertes en très haut débit" précise l'assemblée.

Le Département, qui intervient par le biais du syndicat mixte Lot-et-Garonne Numérique, fait également monter en puissance le réseau par voie hertzienne, avec des débits proposés plus importants, le déploiement du Wifi, ainsi qu'une sécurisation accrue du fonctionnement du réseau. L'assemblée se donne 18 mois maximum et une enveloppe de 2,7 M€, dont 1,7 M€ qu'il financera lui-même, pour assurer cette montée en puissance du réseau hertzien.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :