Aquitaine : la participation fait mieux qu’attendu, le FN et la gauche aussi

 |   |  447  mots
Il reste encore quelques incertitudes, notamment en Pyrénées Atlantiques, mais la gauche, qui présidait tous les Conseils généraux en Aquitaine peuvent encore réaliser la passe de cinq
Il reste encore quelques incertitudes, notamment en Pyrénées Atlantiques, mais la gauche, qui présidait tous les Conseils généraux en Aquitaine peuvent encore réaliser la passe de cinq (Crédits : P.R)
On s’attendait à une abstention forte (1), à une poussée du FN et à un fort recul du PS. Finalement, tout le monde a fait mieux qu’attendu. Même si rien n’est complètement joué avant dimanche prochain, le seul vrai suspense concerne les Pyrénées-Atlantiques. Entre la gauche et la droite l’écart est ténu, et le Front national n'y est pas, et c'est une exception, en mesure de jouer les arbitres.

A moins d'une grosse surprise, la majorité présidentielle devrait garder la présidence du Conseil général de la Gironde, où le Front national a quand même réussi une forte percée, notamment dans les zones les plus rurales comme le Nord Médoc et le Nord Libournais. Fait marquant, le champion de la droite pour le fauteuil de président, Yves d'Amécourt, en deuxième position derrière le PS dans le canton du Réolais et des Bastides, est en position très délicate : le FN entend clairement le faire battre à l'issue de la triangulaire de dimanche prochain.
Il ne devrait pas y avoir de surprise dans les Landes où le Parti socialiste, à l'image du président Henri Emmanuelli, réélu au premier tour (50,77 % des voix), a bien mieux résisté que prévu et semble bien parti pour faire échouer le projet de basculement de la majorité voulu par l'union de la droite et du centre.
La lutte sera plus vive en Lot-et-Garonne où le FN apparait, avec 35.671 voix sur 138.421 votants comme le premier parti de ce département présent dans 18 des 21 cantons qui vont tous revoter dimanche prochain. Pour conserver sa présidence, la gauche va devoir jouer serré... et surtout resserrer ses rangs.

La palme du suspense aux Pyrénées-Atlantiques

En Dordogne, où le taux de participation dépasse les 61 %, le PS vire en tête avant le second tour. La majorité de gauche (30 % des suffrages exprimés) profite de la poussée du Front national qui a surtout pris des voix à la droite républicaine.
Dans les Pyrénées-Atlantiques, le centriste Jean-Jacques Lasserre va connaître (ce soir) son adversaire principal de la gauche pour le fauteuil de président du parlement de Navarre. Un fauteuil qui ne connaîtra son président qu'en toute fin de dépouillement dimanche prochain tant les scores sont serrés entre la gauche et la droite. Le successeur de Georges Labazée (PS) ne sera pas un candidat issu des rangs du FN. Le Front national n'a pas réussi à passer la barre des 12 % dans les Pyrénées-Atlantiques où les sortants ont été placés en tête du second tour par les électeurs qui ont décidé qu'il n'y aurait pas une seule triangulaire dimanche prochain... ni aucun binôme élu au premier tour.
Dernier enseignement de ce premier tour : a priori les 12 départements de la future grande région Aquitaine-Poitou-Charentes-Limousin vont rester majoritairement à gauche (2 départements seulement étaient jusque-là dirigés par l'UMP : la Vienne et la Charente-Maritime).

(1) Chiffres de la participation (1er tour)
Dordogne : 60,1 %
Gironde : 50,54 %
Landes : 57,2 %
Lot-et-Garonne : 57,81 %
Pyrénées-Atlantiques : 52,81 %

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :