L’Aquitaine se mobilise pour les jeunes chômeurs

 |   |  494  mots
Sessions en entreprise, formation, accompagnement à la recherche d'emploi : l'AIJ propose un package bien rempli
Sessions en entreprise, formation, accompagnement à la recherche d'emploi : l'AIJ propose un package bien rempli (Crédits : reuters.com)
Deux dispositifs d’accompagnement destinés aux jeunes en recherche d’emploi ont été présentés ce lundi matin à l’agence Pôle emploi de Bordeaux Bastide.

Le préfet de Région, Michel Delpuech, Frédéric Toubeau, directeur régional de Pôle emploi et Fatima Figues, vice-présidente de l'Association régionale des missions locales (ARML) ont présenté ce lundi matin, à l'agence Pôle emploi de Bordeaux Bastide, deux nouveaux dispositifs d'accompagnement dédiés aux jeunes demandeurs d'emploi.

Ces dispositifs ciblent deux populations différentes. Le plus récent des deux, l'accompagnement intensif des jeunes (AIJ), a été lancé en novembre. Faisant l'objet d'un cofinancement par le fonds social européen (FSE), il sera porté en Aquitaine par 40 conseillers Pôle emploi dédiés à 100 % à cette tâche, dont 19 conseillers en Gironde, qui auront à gérer un portefeuille de 50 à 70 jeunes maximum. "Les expériences déjà menées, avec un accompagnement similaire, montrent que le taux de retour à l'emploi des jeunes concernés est de l'ordre de 62 %" observe Michel Delpuech. L'AIJ reprend en effet les méthodes et principes d'intervention adoptés lors de l'accord national interprofessionnel d'avril 2011 et des clubs jeunes en zone urbaine sensible (ZUS).

Le code à 20 €

Appelé à durer jusqu'à 2020, l'AIJ, "systématiquement mis en œuvre dans les agences (Pôle emploi) situées en ZUS", propose un accompagnement individualisé pouvant comporter des phases collectives y compris dans le cadre de clubs classiques de chercheurs d'emploi. Les jeunes concernés, susceptibles d'un retour rapide à l'emploi, sont âgés de moins de 26 ans, jusqu'à 29 ans dans certaines conditions. Structuré selon les règles de l'alternance, l'AIJ implique sessions en entreprise, formation et aide à la recherche d'emploi.

Mise en application pour la première fois en Aquitaine dans la ville de Marmande (47), début 2014, la "Garantie jeunes" vise de son côté un public plus éloigné de l'emploi que celui de l'AIJ et se déploie en étroite coopération entre Pôle emploi et les missions locales. Ce dispositif concerne les jeunes de 18 - 25 ans qui notamment ne sont pas hébergés par leurs parents, ne reçoivent aucune aide de ces derniers et disposent de faibles ressources. "Avec la Garantie jeunes, les 18 - 25 ans concernés bénéficient d'une aide de 420 € par mois, pour débloquer des situations difficiles, et d'un accompagnement au retour à l'emploi" rappelle Frédéric Toubeau.

"Il ne s'agit pas d'un RSA pour les jeunes, mais d'une aide ponctuelle sous condition de ressources qui permet par exemple de passer son code de la route moyennant 20 €" souligne Michel Delpuech.

La détection de ces jeunes désocialisés ou en voie de l'être passe aussi par les missions locales. "Les missions locales, ce sont 400 points d'accueil en Aquitaine, qui assurent le suivi et l'accompagnement renforcé des jeunes en situation précaire" confirme Fatima Figues.

Après le Lot-et-Garonne, ce dispositif sera opérationnel en Dordogne au 1er janvier 2015, avant d'être déployé dans le courant de l'année en Gironde et dans les Landes. Le département des Pyrénées-Atlantiques suivra dans une phase ultérieure.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/02/2015 à 17:26 :
beaucoup de bla bla et de parutions publiques d effets d annonces mais sur le terrain il en va autrement Il faudrait remotiver d abord les travailleurs des missions locales notamment dans le 64 , ils sont soient incompétents , par manque de formation, soit en arret maladie ,le pire est à craindre pour les jeunes sans famille qui se tournent vers des economies paralleles
a écrit le 23/02/2015 à 17:18 :
vivement que ce dispositif arrive à billere 64 ; ma fille y réside depuis 2012 elle va avoir 22 ans ,sans travail et sans revenus , suivie par la mission locale de Billere depuis 2012 il ne se passe rien de concret pour lui permettre de demarrer dans la vie active .Merci de me lire

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :