Revenu de base : le village laboratoire qui confronte l'utopie à la réalité

REPORTAGE. Aux confins du Lot-et-Garonne, il est Tera. Un projet associatif et solidaire qui pousse l'expérience économique très loin. Ses partisans veulent créer un revenu de base inconditionnel grâce à la relocalisation des productions sur le territoire. La première tentative vient d'échouer mais la deuxième est déjà en pleine réflexion. De quoi nourrir une attractivité remarquée à l'heure où cette zone rurale délaissée exprime un profond malaise social.
A l'épicerie de Tournon d'Agenais, tenue par l'association Tera, les clients peuvent régler leurs achats en euros. Ou en monnaie locale.
A l'épicerie de Tournon d'Agenais, tenue par l'association Tera, les clients peuvent régler leurs achats en euros. Ou en monnaie locale. (Crédits : Maxime Giraudeau)

Quand la rivière Lot descend du Massif central, elle parcourt le département du même nom et dessine des cingles, le nom donné aux méandres dans le Sud-Ouest. Mais dès que ses courbes s'aplanissent, c'est là qu'elle entre dans le Lot-et-Garonne. Et qu'elle salue, de loin, le rocher de Tournon d'Agenais. La petite bastide perchée, avec ses ruelles étroites et sa place d'arcades inscrites aux Plus beaux villages de France depuis l'été 2021, aurait tout pour séduire les âmes urbaines en quête de calme. Ne manquent qu'une salle de badminton, un cinéma art et essai et, surtout, des commerces. Il n'y en a qu'un dans la ville haute, une épicerie, tenue par l'association Tera. La devanture est sommaire, au rez-de-chaussée d'une bâtisse en pierre blanche. Mais pousser sa porte fait entrer le simple client dans une entreprise économique qui le dépasse.

A première vue, l'étalage est tout à fait conventionnel : des légumes d'hiver parmi lesquels salades, radis et betteraves bios cultivés en Lot-et-Garonne. Le genre de boutique en circuit court très "monde d'après". Elle a ouvert en juin. Les produits respirent la fraîcheur et leurs couleurs vives invitent le chaland à engager l'achat. A la caisse, il pourra s'acquitter des trésors du cru à l'aide de sa monnaie locale. C'est souvent très amusant de régler son panier avec les "abeilles" - la monnaie locale complémentaire du Lot-et-Garonne - comme on le fait avec les autres devises départementales en Charente, à Bordeaux ou au Pays basque par exemple. Mais dans l'Agenais, faire entrer de l'argent dans l'écosystème Tera, c'est s'engager dans un cycle de redistribution de la valeur très singulier. Leur totem : réunir des ressources pour créer une aide complémentaire de subsistance.

Tera Lot-et-Garonne

L'épicerie l'Alvéole est tenue par cinq salariés, du mardi au samedi. (Crédits : Maxime Giraudeau)

"La phrase complète, ce serait : garantir un revenu de base inconditionnel contre-garanti par une production locale respectueuse des humains et de la nature." Il faut suivre Vincent Dupuy à l'étage de l'épicerie pour creuser la piste de cette curiosité.

Le trésorier de l'association, en poste depuis 2019, est arrivé des Pays-de-la-Loire, attiré par la pure expérience économique. Ici, l'accroc aux théories académiques et modèles sociétaux alternatifs est heureux. Expliquer le montage juridique de l'univers Tera nécessite six téléphones. Intimidant. En réalité, chaque entité possède le sien avec son logo apposé au dos. C'est en les disposant sur une table que le trésorier esquisse leurs connexions et leurs interdépendances. Deux associations spécialisées, deux SCI (Sociétés civiles immobilières), dont l'une encore au stade de coopérative, et un fonds de dotation regroupés sous l'association mère Tera. "On voit ça comme les organes d'un corps, range l'homme longiligne. Chaque structure a une fonction." Et un même but.

Tera Lot-et-Garonne

Vincent Dupuy explique le fonctionnement de Tera grâce aux téléphones des six structures et un schéma en étoile. (Crédits : Maxime Giraudeau)

Le rêve et la proposition de loi balayée

La production maraîchère, la boulangerie, la menuiserie et l'épicerie sont autant d'activités qui créent de la valeur au sein du projet. Une fois les travailleurs rémunérés grâce à la vente de leurs produits, ils sont engagés à verser le surplus de bénéfice au fonds de dotation qui organise sa redistribution. Le montage financier - ou "pot commun" - est également alimenté par la fondation Zoein, qui soutient les projets d'expérimentation coopérative. C'est de là qu'éclot le fameux revenu de base inconditionnel : 896 euros par mois, versé à cinq bénéficiaires pendant un à trois ans. Sur le papier, le circuit fonctionne si les consommateurs réinvestissent régulièrement leurs ressources. En pratique, il s'est écroulé.

D'abord la faute au versement de l'aide via la monnaie locale (une abeille = un euro), qui offre trop peu de possibilités d'achat. "Les bénéficiaires n'avaient pas assez de débouchés. Ils ne pouvaient pas payer le transport, le loyer ou l'énergie" déplore Vincent Dupuy. Ensuite parce que le financement du revenu de base était conditionné aux seules aides publiques et privées recueillies. Les activités de Tera, au stade de jeunes pousses, n'étaient pas encore matures pour créer assez de valeur. Les cinq allocataires accompagnés depuis 2017 se sont retrouvés avec des abeilles sans ailes. 2021, fin de l'expérimentation.

L'association a échoué, mais elle a au moins pu mener l'essai. D'ailleurs, sur le territoire, l'innovation économique est une entreprise adulée. Le conseil départemental du Lot-et-Garonne lui-même ambitionnait un doux rêve il y a peu. Fin 2018, son président Pierre Camani a rejoint 17 homologues socialistes pour déposer une proposition de loi d'envergure. Les édiles ont mis sur la table l'attribution d'un revenu de base allant de 461 à 725 euros versé sans condition. Et proposaient leurs territoires respectifs pour lancer l'expérimentation. Le président du conseil départemental de la Gironde, à la tête du mouvement, parlait alors d'une action "en résonance avec les questions actuelles sur la précarité de certains ménages et travailleurs". A l'époque, les Gilets jaunes exprimaient la colère sociale du pays. Mais la proposition de loi n'a même pas été débattue par la majorité LREM à l'Assemblée nationale.

"Quel que soit le porteur de projet, et même s'il échoue, ce genre d'initiative doit essaimer. Il ne faut pas sous-estimer leur impact car il y a quelque chose à tirer de ce revenu de base", relance Anne Musson, économiste spécialisée sur les questions de développement durable local. Avant d'ajouter : "En revanche, l'expérience est difficilement généralisable sur une large population car on a besoin que les personnes qui y participent partagent des mêmes valeurs."

Lire aussi 5 mnRevenu de base : "la question d'une protection sociale plus efficace se pose plus que jamais"

Repopulation

Rien qu'entre les élus locaux et ces sorciers d'une nouvelle économie, l'entente a parfois coincé. Le maire, aujourd'hui emballé par les gains d'attractivité pour son territoire, s'est montré très circonspect au début du projet Tera. "Je les avais invités en conseil municipal. Ils avaient présenté un principe de revenu universel. Les conseillers municipaux l'avaient très mal perçu. On est à la campagne, ici tout le monde travaille. Les gens ont du mal à penser, et moi aussi, qu'on peut toucher un salaire sans rien fournir de l'autre côté", désavoue Didier Balsac, le marie de Tournon d'Agenais.

Pas de quoi démoraliser l'association. Une nouvelle expérimentation doit débuter d'ici quelques mois. Cette fois, trente personnes seront aidées pendant deux ans avec un revenu moindre, d'une centaine d'abeilles, mais plus facile à dépenser. "A nous de travailler pour créer les offres" mobilise le trésorier. Le reste de Tera s'active pour préparer la prochaine tentative. A peine peut-on croiser l'initiateur du mouvement, Frédéric Bosquet, qui circule entre une formalité administrative et un déplacement. C'est donc lui l'idée du revenu de base. "Ah non ! C'est Thomas Paine au 18e siècle" renvoie-t-il.

Le projet promu par le Lot-et-garonnais s'étend maintenant sur trois lieux dans un périmètre de dix kilomètres : Tournon-d'Agenais où se trouve le siège social, la ferme de Lartel et le hameau de Lustrac avec son opération de quartier rural. Au total, les responsables estiment que 60 personnes sont venues habiter dans le secteur grâce à l'attractivité du projet depuis son lancement en 2014. Soit une augmentation de 10% de la population de Tournon d'Agenais.

Thomas Paine, aux origines du revenu de base


  • En 1795, l'intellectuel britannique Thomas Paine est l'un des premiers à poser les fondements théoriques d'un revenu de base. Dans son ouvrage La Justice Agraire, il plaide pour la création d'un fonds national garantissant le principe d'accès à l'héritage naturel commun. L'auteur estime que l'acte de propriété sur les terres a conduit à la privation d'un droit fondamental et inaliénable d'accès aux ressources. Il propose, en compensation, le versement d'un revenu d'1,7 pound par an pour tous les hommes et femmes d'Angleterre de 21 à 50 ans.

"Un collectif, pas une communauté"

Tera séduit. D'autant plus avec une période propice, dans l'idée, au retour à la terre. Mais s'imaginer une belle utopie n'a pas grand chose à voir avec la réalisation proposée. Ici, on construit une société complémentaire en percevant son déploiement comme une globalité. "Quand les curieux découvrent notre fonctionnement, ils rentrent dans le gras : le juridique, l'économique, l'interdépendance" liste Simon Decock, responsable maraîcher. Et ils n'y sont pas toujours préparés. Les idéaux liés aux préoccupations environnementales et solidaires sont plébiscités, les considérations techniques un peu moins. La gouvernance véhiculée dans les différentes entités est pourtant le socle de toutes les actions qui en découlent ; elle est façonnée en mode "opale" selon ce principe instaurant une liberté de décision pour les personnes référentes dans leur domaine. Dans l'Agenais, on pense loin. Sans tomber dans la caricature.

Tera Lot-et-Garonne

La ferme de Lartel a été mise à disposition de l'association en 2015. (Crédits : Maxime Giraudeau)

Les membres refusent aujourd'hui la dénomination d'éco-village. C'était leur premier credo au commencement. Une installation inopinée, des toiles de tente et du mouvement au fond d'un vallon : tout pour perturber la vie d'une campagne à la frontière de deux départements. En 2016, une pétition d'une centaine de signatures dénonce l'implantation d'un "village autogéré". "Au départ, ils vivaient un peu en autarcie tout en disant qu'ils voulaient participer à la vie du village. J'étais fâché car certaines familles faisaient école à la maison. Je leur ai dit qu'une des meilleures façons de s'intégrer au village c'était d'inscrire ses enfants à l'école. J'ai réussi à en convaincre quelques-unes" explique le maire à La Tribune.

Depuis, les nouveaux arrivants ont revu leurs fondamentaux et abandonné tout élément de langage en opposition, et qui pourrait, par erreur, faire penser au camp de hippies, ou même, à une ZAD. "Le projet n'a jamais été d'habiter tous ensemble. Nous sommes un collectif, pas une communauté" balaye Vincent Dupuy.

Lire aussi 5 mnAprès la flambée RN en Lot-et-Garonne, ressorts et conséquences du vote d'extrême-droite

A la ferme de Lartel, à 10 minutes de Tournon d'Agenais, les forces vives de l'association mettent la main dans la pâte à pain - la boulangerie doit accueillir prochainement un nouveau four. Ou dans la terre, sous la serre qui accueille la production potagère hivernale. Son responsable, Simon Decock, est à la recherche de bras pour développer les activités primaires du lieu. "En se lançant seule dans un appareil de production, la personne va se confronter à un modèle économique et social délétère", dégaine-t-il avant d'inviter. "Ici, tu es accompagné par plein de gens qui disposent de compétences." Côté bonheur social, rien de mirobolant pourtant. La cuisinière qui travaille à Lartel depuis 2019 est sous CAPE pour Contrat d'appui au projet d'entreprise. "Un coup de pouce" doté d'une aide financière sans pour autant constituer un contrat de travail. Au total, une quinzaine de personnes tire des revenus du projet Tera.

Les poules du service public

Le budget annuel de l'écosystème s'élève à 125.000 euros, en grande partie abondé par les collectivités, du département jusqu'à l'Europe. Un soutien autant indispensable que paradoxal quand on affiche la volonté de construire une société alternative aux institutions établies. Il a fallu quelques temps pour prouver à Monsieur le maire que la démarche n'était ni utopiste ni en opposition avec son action politique. Didier Balsac se satisfait pleinement du développement du projet et de l'implantation de l'épicerie dans le cœur de la bastide, "là où, avant, il n'y avait plus grand chose". Mais l'édile a de quoi être jaloux. Il y a davantage de citoyens dans les réunions de coordination de Tera qu'en conseil municipal.

Le soleil n'aura pas percé de l'après-midi sur la contrée en incubation. Le crachin s'invite sur la soirée. Dans la maison à côté des jardins maraîchers, une poignée de membres discute en vue de la prochaine assemblée hebdomadaire. Mais le vrai débat tourne autour de la recette des œufs au lait que l'un d'eux vient de servir. "Le secret, c'est mes poules qui l'ont" élude-t-il. Être dans le collectif, c'est savoir se rendre utile et, surtout, proposer une offre là où il y en a besoin. "Nous sommes des prestataires à part entière des collectivités en créant un véritable service public ici", illustre Vincent Dupuy, le trésorier de Tera.

Nécessaire dans un département qui se sent abandonné par l'État. Pour la première fois au second tour d'une élection présidentielle, le Lot-et-Garonne a porté l'extrême-droite en tête. A Tournon d'Agenais, où Emmanuel Macron l'a emporté avec 16 bulletins d'avance, on veut prouver qu'une autre voie, coopérative, est possible. "Nous savons qu'ici tout est en train de disparaître : les capitaux, les emplois... constate le responsable. Alors nous essayons, autant que possible, de répondre aux besoins primaires."

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 07/05/2022 à 9:32
Signaler
Aux États Unis quand vous échouez avec votre première entreprise ensuite les banquiers vous ouvrent grand les bras parce qu'ils savent que vous avez acquis une expérience indispensable qui ne s'apprend pas à l'école. En France ils vous crachent dessu...

à écrit le 06/05/2022 à 21:31
Signaler
les gauchistes francais sont d'indecrottables conards a faible culture, qui font bcp de philo, comme mon ex beau frere.........la realite reprend toujours ses droits, comme la nature, que ca plaise a la gauche ou pas.........des initiatives coherents...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.