Europlasma rachète Satma PPC, une entreprise grenobloise stratégique

Satma PCC n'a pas réussi à traverser la longue et périlleuse séquence de Covid-19 sans encombres. D'où sa reprise à la barre du tribunal de commerce de Grenoble par Europlasma. Le groupe landais a déjà identifié des synergies entre cette entreprise qui conçoit et réalise des condensateurs de pointe et ses propres technologies disruptives.

4 mn

Europlasma est l'un des grands acteurs mondiaux de la vitrification des déchets d'amiante (ici son site de Morcenx avant sa rénovation).
Europlasma est l'un des grands acteurs mondiaux de la vitrification des déchets d'amiante (ici son site de Morcenx avant sa rénovation). (Crédits : Agence Appa)

Après les Forges de Tarbes (ex-Tarbes Industry), dans les Hautes-Pyrénées l'an dernier, puis le lancement du projet « Les forges de Gerzat », dans le Puy-de-Dôme, il y a quelques semaines, le groupe Europlasma, à Morcenx (Landes), annonce le rachat à la barre du tribunal de commerce de Grenoble de l'entreprise Satma PPC, à Goncelin, à une trentaine de kilomètres du chef-lieu de l'Isère. Satma PPC est un fabricant d'anodes en aluminium pour les condensateurs électrolytiques.

Lire aussi 5 mnEuroplasma : Inertam s'est redressé en 2021 et fait face à la hausse du coût de l'électricité

Membre de la French Fab, cette ancienne filiale de Pechiney créée en 1945 est une spécialiste de la production d'anodes : des composants électroniques qui sont indispensables à la fabrication des condensateurs électrolytiques, par traitement électrochimique de feuilles d'aluminium de haute pureté. Avec au bout du compte une offre composée de feuilles "courant continu en haute tension" et de feuilles "courants alternatifs de démarrage" destinés principalement à des condensateurs électrolytiques utilisés dans des secteurs comme les cimenteries ou bien le traitement de l'eau.

Satma PCC a commencé à se redresser dès 2021

Europlasma reprend l'usine Satma PPC, qui restera à Goncelin, ainsi que son effectif de 48 salariés. Le repreneur explique qu'en 2020 cette entreprise a réalisé un chiffre d'affaires de 8,7 millions d'euros, avec un résultat net en perte de 1,3 million d'euros. Bonne nouvelle selon Europlasma, l'exercice 2021 en cours d'audit enregistre une hausse du chiffre d'affaires de plus de 10 % avec des niveaux de rentabilité proches ou supérieurs à l'équilibre ! Le groupe landais, spécialiste de la dépollution via la technologie de la torche à plasma, met en avant la cohérence de cette acquisition dans sa stratégie de développement.

"Cette reprise vise la création d'une filière intégrée de production puis de transformation de produits finis en aluminium, aluminium-composite et autres matériaux (acier-laiton, superalliage, etc.) à destination notamment des secteurs de la défense et de l'énergie", souligne la direction du groupe landais dont Jérôme Garnache-Creuillot est le PDG.

Lire aussi 4 mnEuroplasma réussit une première mondiale en Chine en neutralisant des déchets d'aluminium

De fait, Europlasma compte relancer la production sur site dans les prochaines semaines, tout en réduisant de façon drastique le consommation d'électricité, et prévoit à terme un investissement de 4 millions d'euros sur trois ans. Objectifs : booster le chiffre d'affaires et la rentabilité de l'outil industriel pour pouvoir atteindre un doublement du chiffre d'affaires 2021 d'ici 2024.

Un acteur majeur et une référence sur des produits stratégiques

La direction d'Europlasma analyse l'échec précédent de Satma PPC comme le résultat d'un manque d'investissements conjugué au choc frontal de la crise sanitaire. Deux éléments dont la combinaison a provoqué la dégradation de l'activité commerciale et de la rentabilité en 2020, conduisant l'entreprise à une mise en redressement judiciaire en janvier 2021.

"Cette reprise conforte la stratégie du groupe de devenir un acteur incontournable de la dépollution et de la décarbonation des industries... notre choix s'est naturellement porté vers Satma PPC et la consolidation d'un acteur industriel de référence sur des produits stratégiques dont la production a été fortement délocalisée. Certes, le contexte géopolitique démontre la nécessité de préserver cette industrie, mais en l'associant à nos technologies disruptives en matière de valorisation et de conversion énergétique, nous entendons lui conférer une compétitivité sensiblement accrue", déroule PDG d'Europlasma.

Un nouveau contrat triennal de 500 tonnes annuel pour Inertam

Cette opération est par ailleurs annoncée quelques jours après la signature par le groupe landais d'un contrat-cadre avec "un acteur majeur des déchets en Suisse". Ce client helvétique historique dont Europlasma ne veut pas dévoiler l'identité s'est à nouveau manifesté après la relance d'Inertam, la filiale d'Europlasma spécialisée dans l'inertage définitif des déchets d'amiante par la torche à plasma. Au terme de ce contrat, le client suisse s'engage à fournir à Europlasma 500 tonnes de déchets amiantés par an. Ceci pour une durée de trois ans, à compter de la signature du contrat.

Malgré son interdiction dans la Confédération helvétique depuis 1990, Europlasma souligne que ce très dangereux polluant est, selon le Réseau suisse de repérage de l'amiante Diagamiante, présent dans 80 % des 82.000 bâtiments que compte Genève.

Lire aussi 4 mnEuroplasma se dote d'une stratégie de croissance à 100 millions d'euros

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.