Industrie : à l'Ensam de Talence, l'innovation au chevet de l'usine 4.0

Avec son démonstrateur d'une vingtaine d'innovations, la plateforme Practice 4.0, accueillie au sein de l'Ensam (Ecole nationale supérieure d'arts et métiers) à Bordeaux Métropole, attire les industriels en quête d'optimisation opérationnelle et de transformation numérique. De quoi proposer une réponse au problème d'industrialisation des technologies.
Une dizaine de partenaires se sont associés pour lancer un démonstrateur d'innovations à Talence.
Une dizaine de partenaires se sont associés pour lancer un démonstrateur d'innovations à Talence. (Crédits : Thibaut Moritz / Agence APPA)

Les années passent mais le constat reste identique ou presque : "Très peu d'entreprises ont vraiment franchi le pas sur la transition numérique alors que les plans stratégiques nationaux ont été lancés depuis des années !" Les initiateurs de la plateforme Practice 4.0, à l'image de Philippe Fioravanti, responsable du projet industrie d'Aerospace Valley, sont là pour les aider. C'est dans les locaux de l'Ensam (Ecole nationale supérieure d'arts et métiers), à Talence, près de Bordeaux, qu'on prépare l'usine du futur entre un incubateur, des étudiants-chercheurs... et un démonstrateur grandeur nature.

Lire aussi 4 mnBruno Darboux nouveau président du pôle Aerospace Valley

Lancée en décembre 2020, la plateforme Practice 4.0 héberge une vingtaine de solutions innovantes que les industriels peuvent découvrir puis pourquoi pas intégrer dans leurs propres chaînes de valeur. Par cette structure d'environ 100 m2 située au milieu des ateliers, les associations et institutions porteuses du projet veulent "établir un lien entre les besoins des donneurs d'ordres et les pratiques de l'écosystème."

Un dispositif de même nature, mais à l'envergure plus importante est également en cours de lancement du côté de l'agglomération toulousaine, et doit allier étudiants et industriels pour imaginer l'usine du futur.

Au total, 190.000 euros ont été nécessaires pour constituer le démonstrateur de Talence, dont 50 % ont été financés par la Région Nouvelle-Aquitaine. "Un montage frugal" mais qui n'en demeure pas moins une vitrine saillante pour la vingtaine d'offreurs de solution. C'est principalement un ingénieur de recherche de l'Ensam, Robin Chavanne, qui est en charge de l'accueil des visiteurs. Les porteurs des solutions exposées, tous originaires de la région, se déplacent dans un second temps pour compléter la présentation.

Lire aussi 5 mn« Avec Propuls, nous voulons déployer l'usine du futur dans les PME en six mois ! »

Structures partenaires


  • Le projet regroupe des établissements académiques avec Arts & Métiers, l'Estia, Bordeaux INP, l'Université de Bordeaux et le Cnrs. Ainsi que des clusters et associations tels que Aerospace Valley, Alpha RLH, Aquitaine Robotics, Digital Aquitaine et Urisa.

(Seuls) 25 % des visiteurs sont des industriels

Les dispositifs proposés par les entreprises régionales et présentés sur le démonstrateur interviennent sur différents segments de la chaîne de valeur. Solution d'anticipation de la maintenance des machines, de modélisation, lunettes connectées pour détecter les défauts d'une pièce, unité de fabrication additive ou encore outil de communication : une diversité qui permet de s'adresser à tous types de secteurs d'activité, tant que les besoins énoncés sont particuliers.

"Pour 90 % des cas, le besoin de l'entreprise tient en une phrase. Dans les 10 % restants, c'est à nous de faire ce que l'on appelle du "technopush" : nous montrons ce qui existe dans son secteur d'activité et c'est à elle de choisir un outil pour l'adapter à sa chaîne de production", mime Philippe Fioravanti, pointant un à un les modules de présentation exposés.

Lire aussi 7 mnStartups : « La dimension industrielle est devenue un élément de différenciation important en 2021 »

Pour sa première année, Practice 4.0 a accueilli 880 visiteurs, principalement originaires de la région. Là-dedans, ils ne sont que 25 % d'industriels, alors que la plateforme leur est destinée. Le reste se partage essentiellement entre les académiques et les offreurs, qui portent des solutions semblables à celles exposées. Signe d'un intérêt des industriels, certes croissant, mais encore faible à engager leur mue technologique ? La raison se trouve aussi dans la préférence des entreprises à répondre elles-mêmes à leurs besoins pour ne pas rencontrer de difficultés d'usage sur les nouveaux dispositifs qu'elles intègrent. Une problématique bien prise en compte à l'Ensam, qui fait plancher ses étudiants sur l'amélioration du démonstrateur.

"Il manque une organisation en format industriel à l'école, qui est encore segmentée en différents ateliers. Sur Pratice 4.0, on met les étudiants sur des cas d'usage", illustre Robin Chavanne, ingénieur de recherche et responsable de la plateforme.

Lire aussi 4 mnElisa Aerospace s'offre une nouvelle école d'ingénieurs près de Bordeaux pour la rentrée 2022

Talon d'Achille

Une façon de convaincre les entreprises qu'elles peuvent trouver dans ces outils une nouvelle source de gains de productivité. Mais pour accélérer ou se lancer sur une phase d'industrialisation, l'appropriation de ses outils demeure insuffisant. Comme l'a démontré une étude publiée en novembre 2021 sur les domaines stratégiques de la Nouvelle-Aquitaine, l'industrialisation des dispositifs issus de recherches de pointe demeure le talon d'Achille des entreprises. Notamment pour celles qui viennent visiter la plateforme de Talence.

"Beaucoup d'entreprises ont lancé des "proof of concept" [preuve de concept, ndlr] mais 90 % restent sur une étagère. Si on ne prend pas le temps de répondre à un usage adapté, tout ça n'ira pas plus loin", martèle Philippe Fioravanti. Pour poursuivre l'acculturation aux pratiques et aux métiers industriels, les meneurs de Practice 4.0 veulent diversifier leurs visiteurs. Et pourrait ainsi très bientôt faire de la pédagogie auprès des collégiens et lycéens.

Lire aussi 8 mnLa Nouvelle-Aquitaine face au défi d'industrialiser ses technologies

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.