Ilasis met au point un laser frugal pour opérer la cataracte

La société Ilasis, basée à la cité de la photonique à Pessac, vient de lever 2,2 millions d’euros auprès d’un pool de business angels et d'Irdi Capital Investissement. Elle prépare la mise sur le marché, en 2023, d’un bistouri laser conçu selon le concept de l’innovation frugale. Il sera réservé à l’opération de la cataracte.

3 mn

La trace du laser, développé par Ilasis, dans l'oeil.
La trace du laser, développé par Ilasis, dans l'oeil. (Crédits : Ilasis)

Plus de 30 millions d'opérations de la cataracte sont réalisées chaque année dans le monde. "C'est une opération qui se fait en grande majorité à main nue, le laser utilisé pour la myopie n'étant utilisé que par 2 % du marché car trop coûteux, lourd et gros. Or, la courbe d'apprentissage est particulièrement longue car, pour qu'un médecin maîtrise le geste, il faut opérer en moyenne 200 patients. Une partie du geste demande beaucoup l'habilité", explique François Salin, président de la startup Ilasis.

Lire aussi 5 mnAbys Medical entend faire basculer la chirurgie dans le 4.0

Créée à Pessac en 2019 et implantée à la cité de la photonique, l'entreprise a donc mis au point un bistouri laser pour limiter les risques et accompagner le chirurgien qui reste au centre de l'opération. Et elle l'a développé selon le concept de l'innovation frugale.

"C'est faire plus avec moins. En l'occurrence, notre laser est plus simple, autonome et déplaçable car sur batterie, mais pas moins poussé technologiquement. Plutôt que d'ajouter de nombreuses fonctions complexes, nous préférons nous concentrer sur la commodité et l'essentiel. Du coup, cela permet de limiter les coûts, c'est plus facile à fabriquer et plus solide", explique-t-il.

Ilasis réalise actuellement des tests à Nantes sur de premiers patients. Mais pour finaliser les investigations cliniques en cours, obtenir l'autorisation de mise sur le marché et lancer la commercialisation du produit en 2023, la société vient de boucler un tour d'amorçage de 2,2 millions d'euros mené par un pool de Business Angels et Irdi Capital Investissement. Une dizaine de personnes devraient être embauchées dès cette année sur la partie marketing, commercial et technique car l'assemblage du produit sera réalisé en interne.

Vendre l'usage

Le modèle économique reposera sur la vente de la machine à un prix modique par rapport aux lasers actuellement utilisés et vendus 400.000 euros. En revanche, l'entreprise fera payer chaque opération. "Nous nous orientons sur un schéma similaire à ce qui se fait dans la téléphonie. Nous vendons l'usage", décrit François Salin qui confirme par ailleurs, que l'ambition n'est pas d'être mono-produit sur un mono-marché. D'autres pistes, non révélées, sont à l'étude toujours selon le concept de l'innovation frugale.

Lire aussi 3 mnL'économie de la fonctionnalité ou comment sortir de la dépendance volumique

"Il y a des besoins car il y a des tas d'appareils très compliqués dans les blocs opératoires. Ce n'est plus l'humain qui doit aller à la machine, c'est la machine qui doit être suffisamment compacte pour pouvoir aller sur l'humain. Les technologies les plus pointues doivent être mises au service du plus grand nombre en simplifiant les dispositifs et leur usage", affirme François Salin.

D'ici là, une nouvelle levée de fonds devrait avoir lieu au moment de la commercialisation, c'est-à-dire dans un an. François Salin se veut confiant et surtout satisfait du montage de la dernière opération conclue avec des business angels bordelais et un fonds régional. Avec une expérience de plus de 40 ans d'investissement à tous les stades de développement des entreprises du Sud-Ouest de la France, Irdi Capital Investissement gère plus de 420 millions d'euros à travers plusieurs fonds dont Irdinov 2.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.