Le linge basque obtient son Indication géographique

Trois fabricants basques peuvent désormais revendiquer la provenance régionale de leurs torchons et nappes. Cette appellation Indication géographique a été décernée à seulement onze autres produits non-alimentaires en France et vise notamment à convaincre les fabricants de relocaliser leur activité.

3 mn

Après la pierre d'Arudy, la porcelaine de Limoges ou encore la charentaise de Charente-Périgord, c'est au tour du linge basque de bénéficier d'une Indication géographique.
Après la pierre d'Arudy, la porcelaine de Limoges ou encore la charentaise de Charente-Périgord, c'est au tour du linge basque de bénéficier d'une Indication géographique. (Crédits : Sébastien Arnouts)

Benjamin Moutet n'est pas peu fier de recevoir ce mardi 22 juin des mains de Pascal Faure, directeur général de l'Institut national de la propriété industrielle (Inpi), le label Indication géographique (IG) pour son linge basque. La cérémonie au Parlement de Navarre, à Pau, concrétisera l'obtention de ce label en novembre dernier par l'ensemble des adhérents du syndicat des tisseurs de nappes et autres torchons prisés des touristes comme des grands restaurants. L'ensemble, soit trois entreprises de Pyrénées-Atlantiques : Tissage Moutet, à Orthez, Tissages Lartigue et Lartigue 1910, avec leurs ateliers à Bidos et Ascain, représentant au total une cinquantaine d'emplois et un chiffre d'affaires de 4 millions d'euros. "Nous ne sommes plus que trois fabricants, contre une quinzaine à la création de notre syndicat en 1953", rappelle Benjamin Moutet, représentant de la cinquième génération de son entreprise fondée en 1874 et par ailleurs président du syndicat.

Authenticité du savoir-faire

L'Indication géographique a été créée en 2014 pour les produits industriels et artisanaux ainsi que les ressources naturelles, et a, comme son équivalent pour les produits alimentaires, trois vertus.

Elle "assure aux consommateurs l'origine et l'authenticité des produits, permet aux entreprises de valoriser leurs produits et de protéger leur savoir-faire de la concurrence déloyale et de la contrefaçon, et aux collectivités locales de mettre en valeur des savoir-faire territoriaux", énumère l'Inpi.

"Ce label, que nous ajoutons tous les trois au label public « d'entreprise du patrimoine vivant", nous aidera à faire de la pédagogie sur le tissage auprès de nos clients", souligne Benjamin Moutet. Depuis qu'il a succédé à sa mère en 2010, il a multiplié les initiatives, comme l'ouverture de l'atelier au public, et les collaborations avec des designers, tels que Samuel Accoceberry.

Samuel Moutet linge basque

Le designer Samuel Accoceberry (crédits : Clément Herbaux).

Incitation à la relocalisation

Les trois tisserands basques espèrent surtout que ce label incitera leurs pairs à relocaliser leur production, en l'occurrence chez eux. Car, plus que la composition de la toile basque, réalisée en coton ou en lin - sa matière d'origine pour laquelle les trois tisserands tentent de recréer une filière locale -, ses motifs et couleurs si caractéristiques, le critère dominant de l'IG est la fabrication dans les Pyrénées-Atlantiques. C'est pourquoi Tissage de Luz, qui a un partenaire lyonnais, ou encore Jean Vier, de Saint-Pée sur Nivelle, qui fait fabriquer au Portugal, ne peuvent y prétendre et s'exposent même à une amende.

Pas étonnant que les fabricants de couteaux Laguiole, de savon de Marseille et d'espadrilles de Mauléon tentent depuis des années d'obtenir le précieux label que seuls une poignée de fabricants de douze produits peuvent utiliser. Avec l'ajout du linge basque et la pierre d'Arudy - un marbre typique qui orne l'Opéra Garnier, l'Empire State Bulding et aussi le sol du Connecteur construit par le Crédit Agricole à Biarritz -, la Nouvelle-Aquitaine compte désormais six spécialités dans cette liste éclectique, rassemblant la pierre d'Arudy, le tapis et la tapisserie d'Aubusson, la porcelaine de Limoges ou encore la charentaise de Charente-Périgord.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.