Imagerie haute résolution : le groupe bordelais i2S a bien résisté au confinement

 |  | 845 mots
Lecture 4 min.
Les écrans souples en polymères sont aussi un sujet abordé par i2S.
Les écrans souples en polymères sont aussi un sujet abordé par i2S. (Crédits : DR)
Le groupe i2S a réussi à freiner la baisse de son chiffre d'affaires au cours de l'année 2020. Gêné par des appels d'offre en retard dans son activité patrimoniale de conservation, i2S a surtout souffert de la baisse des ventes de matériels de vision industrielle.

Le groupe girondin i2S, spécialiste en imagerie de haute résolution (vision industrielle), conservation patrimoniale (numérisation de livres) et santé/bien-être (diagnostics in vitro...), a amorti en fin d'année le choc provoqué sur ses marchés par la pandémie de Covid-19. C'est ainsi qu'en 2020 son chiffre d'affaires a reculé de 21,2 % sur un an, à 13,3 millions d'euros (16,92 millions d'euros en 2019), avec à la clé un résultat net négatif à -96.000 euros.

Lire aussi : Imagerie : le groupe i2S termine l'année 2019 sur les chapeaux de roues

Cofondé en 1979 par deux ingénieurs de l'Aérospatiale, Jean-Jacques Blouin et Alain Ricros, qui le préside toujours, le groupe i2S est piloté par Xavier Datin, son directeur général et pourrait être résumé par l'une de ses innovations les plus populaires. Il s'agit de la caméra inaugurée en son temps par Canal +, qui glisse au ras du gazon pour vérifier que le ballon a bien traversé la ligne de but pendant un match de football.

Mais i2S c'est aussi la caméra du Nautile, qui a pour la première fois filmé l'épave du Titanic. Depuis, l'entreprise n'a pas cessé d'innover, jusqu'à lancer l'an dernier un automate de surveillance des embryons dans le cadre de la fécondation in vitro (FIV).

Une baisse du CA presque annulée au 4e trimestre

Ce qui est rassurant en 2020 pour i2S c'est qu'au lieu de s'intensifier au cours de l'exercice, alors que l'année a connu deux périodes de confinement -la dernière ayant frappé en novembre, au 4e trimestre-, la baisse du chiffre d'affaires de l'entreprise n'a cessé de ralentir, jusqu'à devenir presque nulle. Le recul amorcé en début d'année, avec une baisse d'activité de -17,8 % à la fin du 1er semestre (soit -8,9 % par trimestre), a ainsi été contenu à -20,7 % sur les neuf premiers mois de l'année ( soit -2,9 % au 3e trimestre), avant de s'achever à -21,2 % au 4e trimestre (soit -0,5 %).

Lire aussi : Vision industrielle et numérisation : i2S bénéficiaire en 2018 crée une division santé

Tout en étant significative, la perte enregistrée par i2S au cours de cet exercice 2020 ne représente pas plus de 0,7 % de son chiffre d'affaires. C'est l'activité patrimoniale de DigiBook (numérisation de livres) qui, avec un chiffre d'affaires annuel de 5,6 millions d'euros (42 % du CA), a le moins souffert pendant l'année, enregistrant un recul de -12,5 % essentiellement dû "à des ajournements des commissions de dépouillement des appels d'offres des différentes bibliothèques et archives nationales", précise le groupe girondin.

Irisolution : une boîte à outils high tech en plein développement

Cette spécialité de numérisation des livres s'est beaucoup développée jusqu'à se rapprocher de celle historiquement dominante du négoce de matériel (partie "produits") du département Vision (vision industrielle), dont l'activité a reculé de -21,4 % l'an dernier à 5,7 millions d'euros (43 % du CA). La partie projets de l'activité Vision pesant quant à elle 11 % du chiffre d'affaires global du groupe, à 1,4 million d'euros. L'activité Santé/bien être (Medcare), la plus récemment créée, encaisse la plus forte baisse, avec un recul du chiffre d'affaires de -49,3 %, à 532.000 euros (4 % du CA).

"Cette dernière activité à fortement ralenti car il y a eu de nombreux reports de livraisons chez les dentistes, ainsi que des reports de lancements de projets clients significatifs", relève la direction. I2S, dont l'effectif de 70 salariés est constitué à 50 % d'ingénieurs, innove beaucoup et propose désormais à ses clients des kits très de très haute technologie en vision via sa plateforme Irisolution "du photon au cloud".

"Irisolution nous permet de concevoir des appareils, sur table ou portables, intégrant la capture d'images et leur restitution au niveau de qualité, format 2D ou 3D et fréquence attendus par l'application donnée. L'appareil peut être sans fil, connecté au cloud si nécessaire et doté de capacités d'apprentissage", éclaire en substance la direction.

Le groupe s'adosse à une trésorerie positive de 7,5 millions d'euros

Cette plateforme est une boite à outil ultra sophistiquée à l'origine de la création par le groupe girondin d'un automate pour la surveillance numérique du développement embryonnaire dans le cadre de la FIV (fécondation in vitro).

"Destiné aux centres de procréation médicalement assistée, ce micro-automate intelligent d'observation permet de raccourcir le délai du diagnostic et d'augmenter le taux de réussite des grossesses", souligne la direction d'i2S.

Le groupe, qui a clôturé l'exercice 2020 avec une trésorerie positive de 7,4 millions d'euros, en très forte hausse par rapport à 2019 (3,1 millions d'euros) a également vu sa colonne "emprunts et dettes établissements de crédit" bondir à 5,7 millions d'euros en fin d'année, contre 2 millions d'euros fin 2019. Le groupe i2S annonce qu'il va continuer à innover au cours de l'année 2021 tout en poursuivant ses projets d'amélioration continue dans son usine et en enrichissant sa plateforme de vision intégrée.

Lire aussi : Spécialiste de la vision, le groupe i2S en forte progression

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :