L'Ademe apporte 3,8 millions d'euros à Toopi Organics pour recycler l'urine humaine

La startup girondine Toopi Organics, qui transforme l'urine humaine en engrais, vient de répondre avec succès à un appel à manifestation d'intérêt lancé par l'Ademe. Alors qu'elle ne pourra pas attaquer commercialement son marché avant le deuxième semestre 2021, pour cause d'autorisation de mise sur le marché, Toopi Organics est assurée de participer aux JO de Paris 2024 dans le cadre d'un bâtiment zéro déchet.

4 mn

Urinoirs secs et fixes de Toopi Organics installés au stade de rugby R.Abribat de La Réole.
Urinoirs secs et fixes de Toopi Organics installés au stade de rugby R.Abribat de La Réole. (Crédits : Toopi Organics)

Engagé dans une innovation de fond, qui consiste à collecter et à transformer l'urine humaine en engrais, en particulier pour l'agriculture, la startup Toopi Organics, installée en Sud Gironde à Loupiac-de-La-Réole, annonce la signature d'un accord majeur avec l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie). Toopi Organics, qui coche toutes les cases de l'économie circulaire, a été retenue dans le cadre d'un appel à manifestation d'intérêt (AMI) de contrat à impact lancé par l'agence.

Lire aussi : Toopi Organics lève plus de 1 M€ pour transformer l'urine humaine en engrais bio

L'Ademe s'engage ainsi à financer Toopi Organics à hauteur de 3,8 millions d'euros sur cinq ans, soit un apport annuel de 760.000 euros. La contrepartie à cet AMI est globalement contenue dans la raison sociale de la startup, mais dans le détail Toopi Organics s'engage "à créer une filière de recyclage de l'urine, en s'appuyant sur des fabricants de toilettes, des bureaux d'études, des installateurs (BTP) et des collecteurs", souligne l'Ademe.

Toopi Organics sélectionné pour les JO de Paris 2024

Avec en bout de course l'émergence d'un écosystème capable de traiter deux millions de litres d'urine humaine par an.

"Notre stratégie consiste aujourd'hui à multiplier les points de collecte d'urine en France. Nous avons été choisis en février dernier pour assurer la collecte et la transformation d'urine humaine pendant les Jeux Olympiques de Paris 2024 ! Nous allons opérer dans un bâtiment zéro déchet", rembobine pour La Tribune Sarah Fondeville, porte-parole de la startup cofondée et codirigée par Pierre Huguier (directeur scientifique) et Michaël Roes (président).

Ce bâtiment démonstrateur zéro déchet sera installé au cœur du village olympique parisien, qui va compter 3.500 logements.

Encore près de six mois d'attente pour l'AMM

"Notre objectif, poursuit Sarah Fondeville, c'est de créer des installations d'urinoirs fixes pour les femmes et les hommes, dans les écoles, les aires d'autoroutes, les installations sportives... ".

Labélisée par le ministère de la Transition écologique et solidaire, la startup girondine a déjà remporté une dizaine de prix à l'innovation, dont le prix I-Nov en août 2020 dans la catégorie industrie et agriculture éco-efficiente.

Toopi Organics panneau

Des toilettes désormais révolutionnaires (Toopi Organics)

"Nous avons envoyé notre demande d'homologation en décembre dernier. Autrement-dit nous sommes dans l'attente de l'autorisation de mise sur le marché (AMM) pour notre urine recyclée et transformée en engrais. C'est moins long que pour les médicaments mais ça devrait prendre huit mois. En attendant nous continuons à créer des points de collecte d'urine et à gagner des concours, ce qui nous aide. Etre lauréats d'I-Nov ça représente par exemple entre 300.000 et 400.000 euros de prix. Sachant par ailleurs que l'urine est facile à stabiliser : elle peut se conserver plusieurs mois sans aucun problème", déroule pour La Tribune Sarah Fondeville.

La ville de La Réole se lance dans la récup'

Bonne nouvelle pour la startup, la ville de La Réole, en Gironde, a décidé de lancer en décembre dernier un projet de collecte d'urine humaine, avec la pose par Toopi Organcis d'urinoirs mobiles dans des établissements scolaires (collège Paul Esquinance, lycée Jean Renou) mais aussi dans les locaux de l'entreprise « Cuisines Sagne ». Quant au stade de rugby Abribat, il est désormais équipé d'urinoirs fixes.

Lire aussi : Biotechnologies : contrat de Treefrog avec l'EFS pour lutter contre les maladies du sang

La première unité de traitement construite par la startup devrait être en mesure de traiter 750.000 litres d'urine pour produire de l'engrais. Il reste encore du chemin à faire puisque, comme l'a déjà souligné Michael Roes, chaque année en France notre urine souille plus de 200 milliards de litres d'eau potable... Dans le détail, la transformation de l'urine en engrais opérée par Toopi Organics relève de la biologie. L'urine collectée par la startup sert ainsi de support à la culture de micro-organismes d'intérêt agronomique.

Une urine aussi efficace que les engrais de synthèse

"Notre procédé permet de cultiver des bactéries à grande échelle capables, par exemple, de fixer l'azote atmosphérique, afin de remplacer les engrais azotés issus de ressources fossiles. Testé en champs dans une dizaine d'études, le premier produit Toopi a montré une efficacité agronomique similaire aux engrais de synthèse, et ce avec un coût inférieur pour l'agriculteur", déroule Pierre Huguier, directeur scientifique.

Lorsque Toopi Organics se verra attribuer son AMM, probablement au mois d'août ou de septembre prochain, la startup devrait disposer des stocks d'urine nécessaires pour alimenter le marché.

"Nous avons reçu des lettres d'intention de clients qui ont besoin de tant de litres. Oui, je vous confirme qu'il y a déjà des distributeurs intéressés pour revendre cet engrais", souligne Sarah Fondeville.

Le décollage de la jeune entreprise n'en sera que plus rapide.

Lire aussi : Biotechnologie : Fermentalg signe avec DDW, coloriste alimentaire de Pepsi et Coca

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.