Feu vert pour le test de véhicules autonomes sur l'A63

 |  | 792 mots
Lecture 4 min.
Les premiers véhicules autonomes devraient pouvoir rouler en 2021 sur une portion de l'A63, avec un conducteur derrière le volant.
Les premiers véhicules autonomes devraient pouvoir rouler en 2021 sur une portion de l'A63, avec un conducteur derrière le volant. (Crédits : Egis)
Coup d'accélérateur dans le cadre du projet de création d’une zone de test pour les véhicules autonomes sur l’A63 dont le coût global s’élève à 1,5 million d'euros. Alors que la Région Nouvelle-Aquitaine vient d’apporter son soutien financier, l'étape de la preuve de concept va pouvoir commencer. Les premiers boîtiers communicants de l'entreprise girondine NeoGLS seront déployés dès janvier 2021 sur le bord de route. Fin de cette première phase en mars 2022. Il s’agirait, à terme, de faire payer les tests sur cette route. Aucun test ne se fait aujourd’hui en France sur route ouverte.

L'A63 servira bien de zone d'expérimentation aux véhicules autonomes. En octobre, le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a annoncé son soutien financier au projet en finançant la moitié de l'investissement global de 1,5 millions d'euros. "Malgré quelques mois de retard, liés au fait que nous nous inscrivions dans le cadre de l'Appel à manifestation d'intérêt mobilité innovante de la Région Nouvelle-Aquitaine, nous nous préparons désormais à accélérer", commente André Perpey, directeur général de la société girondine NeoGLS qui pilote le programme. "Le congrès ITS de 2015 qui avait lancé l'idée de créer une zone d'expérimentation grandeur nature ne fera pas pschitt" se réjouit, pour sa part, Cedrik Ferrero, directeur associé de Geosat, basée à Pessac.

Lire aussi : Bordeaux, territoire d'expérimentation de la mobilité connectée (3/4)

La preuve de concept d'ici mars 2022

Concrètement, la zone d'expérimentation sera donc développée...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/12/2020 à 17:53 :
Décidément, on entre vraiment dans l'ère de la déresponsabilisation! Ce n'est pas de ma faute s'il y a un accident, c'est celle de l'algorithme.
a écrit le 10/12/2020 à 14:19 :
Utiliser une route publique pour des essais potentiellement accidentogène est une atteinte à la sécurité des usagers consentie par l'Etat. Une fois de plus, nous sommes considérés plus comme des cobayes-sujets que comme des citoyens. Serons-nous au moins informés des dates de ces essais scandaleux pour que nous puisions rester maître de nos choix et donc, de nos vies?
a écrit le 10/12/2020 à 11:36 :
Les américains ont mit en veilleuse leurs tests sur des véhicules autonomes qui ne pourront jamais être parfaits, du fait de deux morts directs.

On est bien dans une époque dans laquelle on met en service un avion de ligne officiellement défectueux hein...

Le fric à tout prix.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :