Covivio et Onepoint dévoilent leur futur campus numérique de Bordeaux

 |   |  596  mots
Les travaux débuteront en 2021.
Les travaux débuteront en 2021. (Crédits : Valode & Pistre Architectes)
Covivio, Ex-Foncière des Régions, et Onepoint, entreprise spécialisée dans la transformation numérique des entreprises ont détaillé, à Bordeaux, le projet qu’ils ont co-conçu, le futur campus du Jardin de l’Ars dont la livraison est prévue en 2023. A l’intérieur : des bureaux pour Onepoint, une académie, des espaces de coworking, des services et des hébergements. Ce campus XXL servira à tester de nouvelles organisations. Le montant de l’investissement pour Covivio, propriétaire du foncier, s’élève à 100 millions d’euros.

C'est une opération emblématique qui avait été annoncée en juin dernier. Le projet de campus du Jardin de l'Ars, près de la gare de Bordeaux, a été officiellement présentée, début décembre, par deux acteurs qui se connaissent bien et l'ont co-conçu : Covivio, ex-Foncière des Régions, qui investit 100 millions d'euros dans cette opération et Onepoint, architecte de la transformation numérique des entreprises et des organisations, qui en deviendra en partie locataire.

3 espaces

Le projet signé Valode & Pistre Architectes s'étendra sur 20.000 m2, dont 9.000 m2 de bureaux dédiés à Onepoint, déjà présente à la Cité numérique de Bordeaux. Pour le reste, une académie est annoncée sur 3.000 m2. "Elle permettra de former nos collaborateurs et nos clients. Nous ne nous déplaçons plus chez nos clients depuis 4 ans, nous les faisons venir et cela marche bien. Nous prévoyons également de former, sur une courte période, six mois environ, des personnes éloignées de l'emploi et en reconversion. Nous accueillerons également des sessions de notre propre école", commente Erwan Le Bronec, pour Onepoint, qui entend bien tisser des partenariats localement. Ce sera notamment le cas avec Microsoft. "C'est en ce sens que nous avons décidé de nous implanter à Bordeaux, devenu un hub numérique."

Sur 11.000 m2, un troisième espace coanimé par Onepoint et Wellio, l'entité co-working de Covivio, est destiné à accueillir des "digital factories" et du co-working, "c'est-à-dire pour résumer les entreprises qui auront été formées au sein de l'académie", explique Olivier Estève, directeur général délégué de Covivio. "C'est un modèle de service que nous allons tester", complète Erwan Le Bronec.

A cet ensemble, il faudra enfin ajouter 7.000 m2 de logements et de services tels qu'une conciergerie pour les salariés à proximité du premier immeuble.

Un campus pour tester

L'idée est de pouvoir tout trouver sur place pour travailler sur la transformation numérique. "Cela ne s'arrête pas au digital. Onepoint définit et met en œuvre les outils numériques pertinents, mais avec des organisations et des modes de management repensés et adaptés. Nous travaillons sur les sciences cognitives. Nous testons tout en interne et proposons ce qui marche aux clients. Nous avons par exemple supprimé la hiérarchie et mis en place une organisation horizontale", explique Erwan Le Bronec.

Onepoint teste donc. "On est notre propre laboratoire." Le Campus XXL de Bordeaux en sera un. Mais Erwan Le Bronec n'a pas de doute : "Cela va fonctionner."

"C'est un projet majeur pour nos deux sociétés avec un niveau d'ambition élevée. C'est un produit résilient et réversible, un immeuble de bureau qui pourra évoluer dans le temps, le plus abouti de la métropole. Il a été pensé comme un outil de travail", confie pour sa part Olivier Estève, directeur général délégué de Covivio. Les bâtiments devraient être livrés au cours du premier trimestre 2023. Les travaux débuteront en 2021.

Un développement en région

Onepoint envisage d'ores et déjà de dupliquer le modèle dans d'autres villes en France. A Lyon notamment. La société dont le siège social est basé à Paris le redit : elle s'intéresse aux régions. Dans le Sud-Ouest (Toulouse et Bordeaux), Onepoint a l'ambition de passer de 350 à 1.000 collaborateurs dans les 4 ans. En Nouvelle-Aquitaine, la société n'est présente qu'à Bordeaux mais regarde déjà du côté du Pays basque.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :