Un résultat 2019 peu brillant pour Immersion qui signe avec l’Europe et Bpifrance

 |   |  663  mots
Immersion développe de nombreuses applications pour l'industrie en réalité virtuelle, augmentée ou mixte, comme ici pour Renault Trucks.
Immersion développe de nombreuses applications pour l'industrie en réalité virtuelle, augmentée ou mixte, comme ici pour Renault Trucks. (Crédits : Immersion)
Après le début d’embellie du précédent exercice, le bilan 2018-2019 d’Immersion n’est pas franchement brillant. Pour autant la société bordelaise spécialiste de la réalité virtuelle va être appuyée à l’export par Bpifrance et a convaincu l’Union européenne de la qualité de son expertise.

La société Immersion, à Bordeaux, pionnière française de la réalité virtuelle, actrice reconnue du marché de la réalité augmentée et cotée en bourse vient de publier ses résultats annuels 2018-2019. A cheval sur deux années civiles, Immersion, cofondée et dirigée par Christophe Chartier, boucle son exercice au 30 juin. Sortie du rouge au cours de l'exercice précédent, Immersion fait à nouveau face à des turbulences. Son chiffre d'affaires a ainsi reculé de 8,06 M€ à 7,03 M€ entre les deux derniers exercices, tandis que son résultat net passait de +310.000 euros à -310.000 euros.

"Notre activité a été plombée par le glissement à une date ultérieure de deux projets dimensionnants. Je ne peux pas en dire plus, mais ces gros projets, même s'ils sont remis à plus tard, ne sont pas perdus" prévient Christophe Chartier.

La baisse de chiffre d'affaires d'Immersion s'accompagne d'un léger alourdissement des charges d'exploitation, dont le montant passe de -3,3 M€ à -3,7 M€, tandis que le résultat financier ne bouge pas et reste très légèrement négatif comme l'an dernier, à 0,02 M€.

Pousser les ventes de la nouvelle version de Shariiing

Le compte de résultat est affecté par un résultat exceptionnel négatif de -0,27 M€, alors que le résultat net passe au rouge à -310.000 euros (-0,31 M€). Soit l'inverse du précédent exercice qu'Immersion avait clôturé avec un résultat net positif de 310.000 euros.

"Nous avons conservé notre niveau de marge, à 3,5 M€, et le déficit que nous avons enregistré est le fait d'un résultat exceptionnel, à une dette de 270.000 euros que nous avons dû rembourser dans des délais très réduits et qui pourrait se retransformer en résultat prochainement. Nous comptons neutraliser cet élément exceptionnel dès le premier semestre" éclaire Christophe Chartier.

Le patron d'Immersion ne veut pas donner de détails chiffrés sur la question mais souligne qu'il a réalisé d'importants investissements commerciaux au cours de cet exercice pour pousser la nouvelle version de Shariiing, cette solution collaborative virtuelle aux trois i, pour « immersion, imagination, interaction » - devise des produits développés en propre par Immersion- , qui reste le produit phare de la société. Cette plateforme qui permet notamment à des interlocuteurs éloignés les uns des autres, équipés de casques virtuels, de se retrouver dans un même lieu pour y communiquer en temps réel et d'y échanger des documents, est un outil puissant sur lequel Immersion a dû retravailler.

Immersion dans le programme européen "Tactility"

"Nous avons sorti une toute nouvelle version de Shariiing en janvier dernier, avec plus de robustesse et davantage de capacités collaboratives. L'objectif est vraiment de travailler à distance comme si l'on était dans un même lieu, de façon pluridisciplinaire, etc. Cette nouvelle, version nous allons l'étendre à de nouveaux marchés à l'étranger, à commencer par l'Afrique du Sud où nous étions cet été et où nous avons conclu un accord avec un partenaire local. Pour élargir nos marchés à l'export nous allons être appuyé par Bpifrance, après l'accord signé cet été, également au Cap, avec eux. Et puis Shariiing, nous l'avons doté d'extensions et nous allons nous en servir pour attaquer le marché de la formation distancielle" déroule le PDG.

Malgré ses résultats en demi-teinte, Immersion n'a rien perdu de son image d'expert en réalité virtuelle et réalité augmentée. En 2017, avec une autre société bordelaise d'avant-garde dans le monde virtuel, Asobo Studio, Immersion a été l'une des deux premières entreprises françaises sélectionnées par Microsoft pour son programme Hololens Agency Readiness. Et cet été, toujours en juillet, Immersion a été retenue pour le programme de recherche européen Tactility (littéralement sensation tactile/ programme axé sur le développement de la rétroaction tactile dans le champ virtuel -NDLR), doté de 3,8 M€ sur trois ans. Des signaux qui sont encourageants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :