Treefrog Therapeutics se voit attribuer près de 3 M€ de financements

 |   |  469  mots
Kevin Alessandri et Maxime Feyeux
Kevin Alessandri et Maxime Feyeux (Crédits : DR)
Grâce à l’aide de l’Etat et de l’Union européenne, la startup bordelaise Treefrog Therapeutics (Thérapies de la Rainette) va pouvoir financer la mise en place opérationnelle de sa technologie de rupture de production de cellules souches.

Porteuse d'une innovation révolutionnaire de production de cellules souches, la startup bordelaise Treefrog Therapeutics, annonce avoir reçu près de 3 M€ en financements non dilutifs de la part de programmes français et européens. Cette jeune entreprise innovante à très fort potentiel est codirigée par ses cofondateurs, tous deux normaliens : le biologiste Maxime Feyeux (président) et le physicien Kévin Alessandri (directeur général). Treefrog Therapeutics s'est ainsi vu attribuer 450.000 euros de la part du gouvernement, dans le cadre de la phase 2 du concours d'innovation i-Nov, ainsi qu'un apport de 2,4 M€ sur la phase 2 du dispositif Instrument PME, transformé en EIC Accelerator, dans le cadre du programme d'innovation Horizon 2020 de l'Union européenne.

"La reconnaissance et le soutien financier de la Commission européenne et du gouvernement français marquent le début d'un nouveau chapitre pour Treefrog Therapeutics. Au cours de l'année écoulée nous avons sécurisé notre propriété intellectuelle, finalisé une levée de fonds de série A et mis en place l'équipe opérationnelle et la gouvernance de la société. Nous avons maintenant deux ans pour entrer sur le marché afin de donner aux patients un accès à des thérapies cellulaires sûres et abordables" déroule Maxime Feyeux, également directeur scientifique.

Lire aussi : Santé : à Bordeaux la startup Treefrog Therapeutics lève 7,1 M€

Treefrog Therapeutics Atelier 1

L'atelier de Treefrog Therapeutics à l'université de Bordeaux

Livrer des produits conformes dès 2021

Cet apport de capitaux doit permettre à Treefrog Therapeutics d'accélérer sa certification BPF, pour Bonnes pratiques de fabrication, ainsi que l'industrialisation de sa technologie C-Stem, qui permet la fabrication en masse de cellules souches conformes à la demande et qui s'impose donc comme la clé de voûte d'une nouvelle phase décisive de développement pour les thérapies cellulaires. Grâce à C-Stem, la startup bordelaise peut produire 5.000 capsules de culture de cellules souches pluripotentes (CSP : capable de fabriquer n'importe quel organe) à la seconde ! Il n'est pas inutile de rappeler que la pénurie de CSP et l'énormité de la demande médicale font qu'actuellement le kilo de cellules souches pluripotentes s'échange à 10 M€...

"Notre objectif actuel est d'accélérer nos programmes. Pour cela nous travaillons au recrutement de cadres expérimentés en charge de la certification BPF, ainsi qu'à l'extension de notre capacité de production, en vue de livrer des lots cliniques à nos partenaires d'ici le premier trimestre 2021" éclaire Kevin Alessandri, également directeur technique.

Treefrog Therapeutics veut ainsi imposer C-Stem, compatible avec les bioréacteurs conventionnels, comme une plateforme de bio-production conforme à la réglementation, capable de délivrer à l'industrie liée aux thérapies cellulaires des cellules souches pluripotentes mais aussi des cellules thérapeutiques différenciées (donc différentes des CSP). La startup a levé 7,1 M€ en mai dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :