Bordeaux Pitch Contest : qui sont les lauréats de la 6e édition ?

 |   |  1113  mots
(Crédits : Max Peltier)
Année après année, le Bordeaux Pitch Contest prend de l'ampleur. L'événement organisé hier jeudi à l'Athénée municipal l'a prouvé à nouveau. Voici les noms des projets entrepreneuriaux lauréats et finalistes.

Organisée par l'association Bordeaux Entrepreneurs, qui fédère autour d'elle des entreprises en forte croissance autour de rendez-vous réguliers, la 6e édition a fait le plein. Animée par La Tribune, la manifestation a permis au public présent de découvrir plusieurs startups en émergence, présentées sur scène par leurs dirigeants en 3 minutes chrono. "Nous avons reçu cette année une soixantaine de candidatures, indique Alexandre de Roumefort, dirigeant de Urself et président de Bordeaux Entrepreneurs. Une vingtaine de candidats ont été retenus. En matinée, ils ont été coachés par Ingrid Rigeade, directrice de Booster Academy Bordeaux, avant l'après-midi de présenter leur projet devant plusieurs jurys d'entrepreneurs. Chacun a sélectionné un finaliste, invité à pitcher ensuite sur scène dans l'une des deux catégories : Etudiant entrepreneur et Startup." Le public avait ensuite carte blanche pour voter et choisir les lauréats.

MyTwiga

Dans la catégorie Startup, c'est MyTwiga qui a été choisi par les spectateurs. La jeune pousse, suivie par Unitec, a pour totem la girafe (twiga en swahili) car cette dernière est considérée comme étant le mammifère qui dort le moins sur Terre. Des sociologues ont comparé la génération née avec les outils numériques, connue sous le sobriquet discutable de Millenials, à cet animal toujours un peu dispersé. Fondateur de MyTwiga, Arnaud Gheysens a déroulé cette comparaison et expliqué le but de son entreprise : fournir un accompagnement face à l'évolution des usages numériques chez les adolescents impréparés par leurs parents, souvent démunis, aux enjeux de cyber-harcèlement, d'agression en ligne, de contenus choquants... L'âge moyen du premier smartphone est aujourd'hui en France établit à 11 ans et demi, et 89 % des enfants de 12 à 17 ans possèdent un smartphone, rappelle la startup. Cette dernière développe une application, en cours de test, destinée à aider les adolescents et les parents à se former et à se protéger dans leur vie numérique pour en tirer des bénéfices en évitant pièges et dangers.

La catégorie Startup opposait également deux autres finalistes. InHeart évolue dans l'univers médical. Projet né dans le giron de l'IHU Lyric et de l'Inria, la startup se résume comme "le Google Maps des interventions sur les troubles électriques du cœur ». Elle a pour but de rendre ces interventions plus simples, rapides et efficaces en créant grâce à sa technologie de pointe un "cœur virtuel" en 3D du patient, qui contient notamment la localisation des sites à l'origine de l'activité électrique anormale et qu'il faut traiter. De son côté, Strap4you a présenté un strap innovant et réutilisable. Conçu en silicone, ce dispositif médical est destiné à soulager et immobiliser les blessures aux doigts et orteils, qu'il s'agisse d'entorses, de luxations ou de fractures en fin de consolidation et en reprise sportive. Il remplace avantageusement une attelle ou une bande adhésive.

S&C Innovation

Dans la catégorie Etudiant Entrepreneur, c'est S&C Innovation qui est sorti vainqueur. La jeune pousse couvée par l'incubateur de l'Université de Bordeaux, Ubee Lab, met au point une lampe qui détecte les chutes des seniors, Sunrise. Sur un marché très encombré par une multitude d'offres, S&C Innovation entend se distinguer grâce à son détecteur de chute capable de distinguer une situation de danger, y compris une chute "lente", d'une fausse alerte, lorsque la personne âgée se baisse par exemple. La lampe communique via fréquences radio avec un boîtier que la personne porte sur elle (en bracelet, en collier, en broche, dans la poche, à la ceinture, etc...) dans un diamètre de 15 mètres. Quand le boîtier semble proche du sol de manière anormale, une alerte est envoyée au premier numéro de téléphone sur une liste de contacts de confiance (voisins, proches, etc...). Si personne sur la liste n'est disponible, les urgences sont alertées. S&C Innovation vient tout juste de lancer une campagne de financement participatif pour financer l'industrialisation.

Plug'heur était finaliste de cette catégorie Etudiant Entrepreneur. Elle vise à lancer le premier service de location de batteries externes pour smartphone. Un bref appel des porteurs de projets, au micro, a suffi à montrer que la plupart des spectateurs se retrouvaient quotidiennement en situation de panne de batterie de leur mobile. Plug'heur développe un dispositif qui permet à l'utilisateur de télécharger une application, de localiser la borne de recharge la plus proche, de scanner le QR code une fois arrivé devant cette borne pour libérer une batterie qui s'éjecte automatiquement, équipée de trois connecteurs pour recharger son téléphone. Une fois la recharge réalisée, la batterie peut être replacée dans n'importe quelle borne de la ville, ce qui n'oblige pas l'utilisateur à rester sur place.

Les lauréats des deux prix bénéficieront d'une adhésion d'un an à Bordeaux Entrepreneurs ainsi qu'à un accompagnement des partenaires du Bordeaux Pitch Contest sur les volets RH, commercial et financier.

La qualité des dossiers en hausse, édition après édition

La mairie de Bordeaux, Altaïde, BNP Paribas, Booster Academy et le Journal des entreprises, partenaires, ont tous souligné que d'année en année, le niveau du concours augmente, prenant comme exemple Rhinov, startup lauréate l'an dernier et qui vient d'être rachetée par Maisons du monde, ce qui va lui permettre de doubler de taille en créant 60 emplois.

"Cet événement contribue à fédérer, à créer du lien et aide à mûrir de petites fleurs", observait avec une touche de poésie Yohan David, adjoint au maire de Bordeaux en charge de l'emploi et de l'insertion professionnelle. "Et c'est notre rôle, en tant que mairie, d'accompagner ce type d'initiative." Patrice Boyer, représentant BNP Paribas et particulièrement de sa branche WAI dédiée aux entreprises innovantes, a rappelé l'importance pour cet acteur bancaire de continuer à apprendre à travailler avec cette typologie de jeunes pousses, après avoir déjà fait bouger des lignes ces dernières années avec des chargés d'affaires dédiées. Dirigeante de Booster Academy Bordeaux, centre de formation et d'entraînement à la vente, Ingrid Rigeade s'est dit impressionnée par le niveau "très élevé" des candidats et.... boostée par leur créativité. Quant à al, il a pointé la part de plus en plus importante du secteur médical dans les projets présentés et rappelé l'importance de "la seule recette qui marche : la qualité de l'équipe".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :