La startup rochelaise Citybay fluidifie les liens entre les villes et leurs habitants

 |   |  652  mots
Citybay propose un site web et une application pour faciliter la communication entre les citoyens et les services municipaux sur tous les sujets.
Citybay propose un site web et une application pour faciliter la communication entre les citoyens et les services municipaux sur tous les sujets. (Crédits : Citybay)
Inscription à la crèche, paiement de la cantine ou signalement d'un dysfonctionnement : Citybay propose de numériser et de simplifier ces interactions basiques mais trop souvent archaïques entre les usagers et les services municipaux. Avec près de 30 communes séduites et 190.000 € de chiffre d'affaires, la petite entreprise, basée à La Rochelle, cherche à lever 400.000 € et à recruter sept salariés.

A l'heure où la concertation et les démarches participatives sont plébiscitées par les maires des 35.000 communes françaises, petites et grandes, la jeune pousse Citibay, créée début 2017, commercialise auprès des villes de moins de 20.000 habitants une offre dédiée pour fluidifier les relations entres les habitants et les services municipaux. "Pour chacune de nos prestations, nous poursuivons un double objectif : simplifier la vie des citoyens dans leurs démarches quotidiennes et diminuer les tâches chronophages des agents de la collectivité", assure Marie Cueff, 34 ans, fondatrice et dirigeante de Citybay. Cette équipe de sept personnes dont quatre femmes, est installée à La Rochelle.

Un large panel de services

De Villedoux (2.300 hab., Charente-Maritime) à Villefontaine (19.000 hab., Isère), 28 communes font déjà appel à ses services. "Chaque ville peut opter soit pour le site web, soit pour l'application mobile, soit pour les deux. Elle choisit ensuite les services qu'elle souhaite y intégrer en fonction de ses choix politiques et de ses équipements. Nous opérons en marque blanche", détaille Marie Cueff. Un temps envisagé, le modèle économique retenu n'est pas celui d'un abonnement mais d'un investissement initial, "permettant à la collectivité de récupérer la TVA", associé à une maintenance annuelle "de l'ordre de 10 % du montant de l'investissement". Le coût varie en fonction de la taille de la commune et des services sélectionnés.

Parmi les services proposés par Citybay figurent la communication municipale, les inscriptions aux différents services publics (école, crèche, cantine, bibliothèque, etc.), le paiement de ces services, un système d'alertes, un espace pour les associations ou encore la possibilité pour les citoyens de signaler et géolocaliser des dysfonctionnements et dégradations directement aux services techniques mais aussi de leur suggérer des améliorations. Les paiements sont sécurisés via le système Tipi, géré par l'Etat, et les données, hébergées en France, sont respectueuses du Règlement européen sur la protection des données personnelles. Citybay permet également aux collectivités de facilement ouvrir leurs jeux de données, conformément aux objectifs de l'open data.

Citybay Marie Cueff

Marie Cueff (en haut à gauche) et l'équipe de Citybay (crédits : Citybay)

Levée de fonds et cycle électoral

De quoi générer un chiffre d'affaires de 190.000 € l'an dernier et d'envisager un doublement à 380.000 € en 2019 malgré la période de campagne électorale qui interdira les dépenses de communication à compter de septembre prochain.... et ce jusqu'au mois d'avril 2020. Un véritable trou d'air auquel il va falloir faire face. "On va très clairement avoir un gros besoin en fonds de roulement mais on a anticipé et, en plus de l'accompagnement sans faille de nos banques, nous travaillons actuellement à une levée de fonds qui devrait aboutir dans les prochains mois", explique la cheffe d'entreprise qui vise un tour de table de 400.000 €.

De quoi accélérer le développement de nouveaux services et assurer le doublement des effectifs de Citybay prévu d'ici au printemps 2020. "L'idée est d'abord de recruter des profils techniques pour peaufiner et approfondir notre offre puis d'attirer des profils commerciaux pour déployer nos produits au lendemain des élections municipales, sachant que chez nous les commerciaux sont davantage des chefs de projet puisqu'ils accompagnent le client de A à Z", avance Marie Cueff, qui sourit : "2020 promet d'être une grosse année pour nous car l'aspect participatif et la relation avec les citoyens devraient figurer en bonne place dans les programmes des candidats."

D'ici là, Citybay prévoit d'étoffer son offre en particulier dans deux directions : d'une part, l'amélioration de l'espace de gestion des agents municipaux en proposant davantage de fonctionnalités et, d'autre part, l'intégration des outils de Doctolib directement dans l'application pour faciliter la prise de rendez-vous médicaux.

Lire aussi : Comment la startup française Doctolib est devenue une licorne

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :