Jeux vidéo : la Nouvelle-Aquitaine numéro deux du secteur en France (6/9)

 |   |  754  mots
David Dedeine et Sebastian Wloch cofondateurs et codirigeants d'Asobo.
David Dedeine et Sebastian Wloch cofondateurs et codirigeants d'Asobo. (Crédits : Agence Appa)
Le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine soutient activement l’émergence de la filière du jeu vidéo. Une évolution qui a pris encore plus de vitesse avec la fusion des trois anciennes régions Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes, qui a permis à Bordeaux et Angoulême, devenue une référence internationale de l’image, de se rapprocher.

L'épopée de Kalisto, premier studio d'envergure internationale qui ait vu le jour à Bordeaux en 1990, à l'initiative de Nicolas Gaume, est un lointain prologue à l'émergence actuelle d'une filière régionale du jeu vidéo. La liquidation en 2002 de Kalisto a provoqué un premier essaimage. Comme dans toutes les grandes sagas, des compagnons rescapés ont continué le combat. C'est ainsi que Sebastian Wloch et David Dedeine, compagnons de route de Nicolas Gaume, ont créé dès 2002 leur studio de jeux vidéo à Bordeaux, échangeant le grec Kalisto (Les meilleurs) pour le japonais Asobo (Amusons-nous).

Lire aussi : Jeux vidéo : comment Bordeaux mène le jeu (1/9)

Seize ans plus tard Asobo Studio (13 M€ de chiffre d'affaires -160 salariés) très impliqué dans la réalité virtuelle, augmentée et mixte, commence à s'attaquer aussi au marché des entreprises, tout en annonçant la sortie imminente d'un nouveau jeu vidéo baptisé A Plague Tale (Histoire d'une épidémie) : Innocence (PS4, Xbox One et PC). L'arrivée à Bordeaux en septembre 2017 du géant mondial Ubisoft n'a fait que confirmer la force de cette évolution de long terme.

L'énorme apport de Poitou-Charentes

Convaincu du rôle clé joué par l'innovation dans le développement des entreprises Alain Rousset, président de la Nouvelle-Aquitaine, ne pouvait que s'intéresser à l'économie numérique, dont il a fait l'une de ses priorités. Un dossier piloté par le conseiller régional Mathieu Hazouard. Le binôme image/jeu vidéo est ainsi l'un des quatre secteurs d'excellence dont la Région veut accélérer l'émergence d'ici 2021 dans le cadre de l'Objectif 2 de sa politique numérique, au côté du couple intelligence artificielle/robotique, des logiciels libres et de la cybersécurité.

La Délégation numérique, dont Yann Pennec est le directeur, précise qu'une politique régionale du jeu vidéo s'est mise en place depuis la création en 2016 de la Nouvelle-Aquitaine. Parce que la fusion des trois anciennes régions (Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes) a permis d'intégrer le pôle image d'Angoulême dans le même périmètre que les studios de jeu vidéo bordelais. En plus de son Festival de la BD Angoulême abrite le puissant Pôle de l'image Magelis et la Cnam-Enjmin (Ecole nationale du jeu et des médias interactifs numériques), établissement public du Conservatoire national des arts et métiers, qui se classe comme l'un des plus pointus centres de formation aux métiers du jeu vidéo en Europe.

Plus de 2.000 joueurs à la "Gamers Assembly"

Angoulême ne compte pourtant pas plus de 45.000 habitants et se situe à 120 kilomètres de Bordeaux. Une orbite proche que le conseil régional ne veut pas voir se solder par une aspiration des atouts de la ville charentaise par le port de la Lune. L'ex-région Poitou Charentes a également réussi à prendre pied sur un créneau prometteur, celui de l'eSport avec l'accueil à Poitiers de la Gamers Assembly (l'assemblée des joueurs : jeux vidéo et eSport).

equipe asobo jeux videos

L'équipe d'Asobo en plein air à Bordeaux

Lors de sa 19ème édition (du 31 mars au 2 avril 2018) qui a, selon les organisateurs, mobilisé 2.019 joueurs, 23.800 visiteurs, plus de 2.100 PC, avec la bagatelle de 76.500 € de prix en cash, la Gamers Assembly a fait l'objet de tests menés par le Creps (Centres de ressources, d'expertise et de performance sportives) sur la gestion par les joueurs du stress et des réflexes... Miracle des fusions réussies, le SNJV (Syndicat national du jeu vidéo) a classé la Nouvelle-Aquitaine comme deuxième région la plus importante pour le jeu vidéo après l'Ile-de-France.

-------------------------

Au cours des prochains jours, nous publierons notre enquête complète, "Ces Bordelais qui cartonnent dans le jeu vidéo" dédiée à l'écosystème du jeu vidéo à Bordeaux et en Nouvelle-Aquitaine et parue dans La Tribune Hebdo datée du 23 novembre 2018. Il est possible de consulter la version numérique en format pdf ici.

Les autres volets du dossier sont accessibles ici :

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :