Snapp' se réorganise pour mieux structurer ses activités numériques

 |   |  492  mots
Jean-Benoît Charreton, président de Snapp Group
Jean-Benoît Charreton, président de Snapp Group (Crédits : Agence Appa)
Connu principalement pour son application FidMe qui embarque les cartes de fidélité de 6 millions de consommateurs sur leur smartphone, Snapp' vient de boucler une phase de restructuration. Snapp Group voit ainsi le jour avec la création de deux filiales, dissociant les deux activités principales : l'édition de FidMe et le développement d'applications mobiles sur-mesure pour des tiers.

2018 aura été chargée pour Snapp'. Fondée en 2005, la société a quitté ses locaux de Bruges pour s'installer dans un immeuble bordelais à deux pas de la place Pey-Berland et de la mairie. Un abandon de la périphérie bordelaise pour l'hyper-centre qui n'a rien de surprenant pour une entreprise technologique, tant on sait que tous les moyens sont bons pour offrir de satisfaisantes conditions de travail à une population de profils techniques hyper-sollicités sur le marché du travail.

Tout en déballant les cartons, Snapp' s'est aussi réorganisée. Historiquement, la société s'est créée autour de FidMe, application mobile utilisée par près de 6 millions de personnes qui l'utilisent pour dématérialiser leurs - nombreuses - cartes de fidélité. Progressivement, FidMe s'est transformée en plateforme de solutions de marketing mobile permettant aux marques, enseignes et petits commerçants de tisser un lien direct avec leurs clients. Parallèlement, l'entreprise a aussi développé une activité de services numériques.

"Avec ces deux métiers au sein de Snapp', nous avions du mal à communiquer à l'extérieur et clarifier notre organisation devenant nécessaire pour une meilleure lisibilité, explique le président Jean-Benoît Charreton. Par ailleurs, une entreprise de services numériques n'évolue pas à la même vitesse qu'un éditeur logiciel. Nous avons donc fait le choix de créer une holding, Snapp Group, à même d'offrir à ces deux entités filiales l'autonomie nécessaire à leur développement."

FidMe se réoriente

 Aujourd'hui, Snapp' emploie une vingtaine de personnes, surtout des développeurs et des chefs de projet, et s'oriente vers un cœur de métier axé sur la création d'applications métiers. "C'est notamment pour nous renforcer sur cet aspect que nous avons racheté la société basque Neomades, spécialisée dans les technologies mobiles BtoB. Cette division est en croissance raisonnable, affichant 1,7 M€ et une bonne rentabilité", assure Jean-Benoît Charreton. Quant à FidMe, cette filiale emploie aussi une vingtaine de personnes et est, elle, "en forte croissance avec un chiffre d'affaires 2017 - 2018 multiplié par deux, à 1 M€. L'activité se structure et nous la réorientons vers la gestion de tickets de caisse plus que sur l'agrégation de cartes de fidélité. L'idée est de permettre au consommateur de sauvegarder ses cartes, ses réductions, ses tickets de caisse facilement, ces derniers permettant de gagner des points et des réductions. Par exemple, lorsque le client prend en photo son ticket de caisse via son smartphone, les marques achetées sont automatiquement repérées et se traduisent automatiquement par des réductions sur les produits Brossard, si c'est ce groupe qui pilote l'opération. FidMe est proche de l'équilibre, Snapp' semble passer un véritable cap en développant notamment des applications de soutien opérationnel. On y apporte une partie ergonomie qui est souvent laissée de côté dans les applications métiers."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :