Hydroliennes : Blue Shark Power System signe avec Djibouti et entre en Bourse

 |   |  565  mots
(Crédits : Blue Shark Power System)
Djibouti ambitionne de devenir d’ici 2020 l’un des pays pionniers à utiliser 100% d’énergie verte pour la production de l’électricité́. Blue Shark Power System va en bénéficier. La société bordelaise a annoncé la signature d’un protocole d’accord majeur avec la République de Djibouti, qui porte sur la vente de 495 hydroliennes. D’autres accords vont suivre, annonce le dirigeant de la société qui s'introduit par ailleurs à la Bourse de Paris.

Après 15 ans de recherche et de développement, Blue Shark Power System passe à la vitesse supérieure. Les premières hydroliennes conçues et assemblées par la société bordelaise seront déployées dès l'année prochaine. "Quatre ou cinq pour commencer en 2019, puis une centaine l'année suivante", avance Philippe Rebboah, président fondateur de Blue Shark Power. En attendant, la cleantech signe ses premiers contrats.

Ainsi après la Chine, Blue Shark Power System vient officiellement d'annoncer un protocole d'accord majeur avec la République de Djibouti. "Djibouti qui ambitionne de devenir d'ici l'an 2020 l'un des pays pionniers à utiliser 100% d'énergie verte pour la production de l'électricité́", précise Philippe Rebboah. Ce protocole porte sur la vente de 495 hydroliennes fournissant chacune 240 KW soit un total de 120 MW. La livraison d'une première ligne de 80 machines est prévue dès le premier semestre 2020.

"Ce protocole d'accord consacre la pertinence de la rupture technologique, écologique et économique qu'apportent nos hydroliennes. Notre technologie de rupture va changer la donne du marché de l'hydroélectricité et permettre à de nombreux pays émergents d'accéder à une énergie verte et peu chère, avec pour conséquence un accès plus facile à l'énergie pour de nombreux habitants. L'amortissement est réalisé en 3 ans."

Deux modèles

D'un point de vue technique, Blue Shark Power System a mis au point deux modèles d'hydroliennes. La première pour les rivières et les fleuves jusqu'à 12 m de profondeur. La seconde pour les mers et les océans.

"La particularité de notre hydrolienne est d'être composée de pâles et diffuseurs en fibre de carbone qui lissent la force du courant tout en l'attirant. Cela permet de limiter les vibrations, enjeu majeur des problèmes de détérioration des pâles sur les hydroliennes. L'ensemble du dispositif possède également un haut niveau de conversion de l'énergie cinétique du courant en électricité. Concrètement, notre hydrolienne peut produire 2 à 3 fois plus d'électricité qu'une hydrolienne conventionnelle", affirme Philippe Rebboah.

Des garanties financières

Les objectifs de la société sont clairs : "Nous entendons déployer nos hydroliennes en partenariat avec des opérateurs énergétiques dans le monde entier, avec une action orientée dans un premier temps en direction de pays émergents." Dans cette optique et pour gagner en notoriété mais aussi pour diversifier ses sources de financement et ainsi investir dans son développement, la société vient également d'annoncer son introduction à la Bourse de Paris.

"Sur la question du financement, nous avons fait le choix de ne pas lever d'argent auprès de fonds. En revanche, pour une vente de 200 hydroliennes, par exemple, nous demandons le versement de 30 à 50 % de la commande. Pour le reste, nos clients nous fournissent des garanties bancaires."

Blue Shark Power System est composée d'une équipe de 10 personnes qui occupent notamment des postes de coordinateur pour faire le lien avec les sous-traitants. La société bordelaise travaille en effet avec une dizaine d'entreprises pour la conception des machines. "Cela veut dire une centaine d'emplois derrière." Le pré-assemblage est ensuite fait à Bordeaux. "Nous nous étions installés en Nouvelle-Aquitaine en 2013. Nous ne le regrettons pas, avec un bémol toutefois. On espère pouvoir continuer à exporter des containers depuis le port de Bordeaux." L'armateur MSC s'est en effet retiré en juillet dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/11/2018 à 6:55 :
Bravo à ces créateurs
Espérons que leur développement sera soutenu par l état français pour en faire un leader dans le domaine et nous éviter de de faire tourner les industries allemandes et danoise.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :