La startup girondine Lum1 veut mettre plus de liant dans le sanitaire et social

 |   |  448  mots
La réinsertion sociale après un accident (sur notre photo le CHU de Bordeaux), une maladie ou la perte de son domicile sont des sujets traités au quotidien par les assistantes et assistants sociaux.
La réinsertion sociale après un accident (sur notre photo le CHU de Bordeaux), une maladie ou la perte de son domicile sont des sujets traités au quotidien par les assistantes et assistants sociaux. (Crédits : Appa)
Fluidifier la circulation de l’information entre acteurs du secteur sanitaire et social, c’est l’objectif de la startup Lum1, créée à Talence (Bordeaux Métropole) par un assistant social qui veut en finir avec la galère des répertoires introuvables.

Mal connue du grand public, la sphère sanitaire et sociale englobe un très grand nombre de structures, et il semble que les acteurs de cette vaste filière soient parfois en bute à des problèmes de communication. C'est en tout cas le constat qu'a fini par dresser Maxime Duval, assistant social depuis une douzaine d'années, qui vient de créer un site dédié au rapprochement des professionnels de ce secteur baptisé Lum1, qui se définit comme "le 1er réseau collaboratif des professionnels du social et de la santé".

"J'ai suivi mon épouse dans de nombreux endroits différents et à chaque fois je devais me réapproprier de nouveaux réseaux dans le sanitaire et social à l'endroit où j'arrivais. Le secteur médico-social compte plus de 80 professions qui vont du psychologue à l'assistant social. Pour être efficace, il faut pouvoir faire appel à toutes les compétences qui sont requises par le champ médico-social. Ce qui veut dire qu'il faut recenser tous les acteurs avec lesquels on doit travailler. Je parle en tant qu'acteur individuel, mais il y a aussi les services sociaux, les entreprises, les services liés, les caisses de retraites... Bref, il y a énormément d'institutions et chacune d'entre elles a sa façon de lister ses partenaires, ses logiciels" expose Maxime Duval.

Des échanges de contacts sécurisés

L'objectif de Lum1 est de fluidifier au maximum la circulation des informations au sein de cet énorme écosystème sanitaire et social qui représente la bagatelle de 100.000 établissements. Le site Internet de Lum1 est en phase de bêta-test, autrement dit il s'agit d'une première mouture qui sera améliorée au fur et à mesure. Elle s'articule sur une stratégie freemium, mixant services en ligne gratuits et payants pour les plus sophistiqués. Lum1 propose trois types d'abonnement : membre (gratuit, pour les salariés des établissements du secteur sanitaire ou social), libéral (payant : professionnel à son compte) et administrateur (payant : représentant un établissement ou un service).

"Nous proposons tout un ensemble de services gratuits et des application avancées payantes. Pour les employeurs c'est payant. Il s'agit de mutualiser les répertoires de contacts pour permettre aux plus jeunes d'être dans le bain. Toutes les données qui passent par Lum1 sont sécurisées. Nous pouvons avoir affaire à des gens dangereux donc pour les professionnels qui cherchent du travail, on ne met pas de photo et l'on anonymise, en ne conservant que des initiales" déroule Maxime Duval.

Le service apporté par cette startup créée à Talence, qui touche au cœur des différentes structures, devra pour réussir parfaitement rassurer ses utilisateurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :