Qarnot crée une première mondiale avec son chauffage gratuit produit par des calculs informatiques

 |   |  793  mots
Vue d'artiste de la future résidence Florestine, à livrer en 2019.
Vue d'artiste de la future résidence Florestine, à livrer en 2019. (Crédits : Agence d'architecture et d'urbanisme Moon Safari)
C’est une première mondiale : à Bordeaux, le Conseil départemental de la Gironde a commandé la construction d’un immeuble structuré autour du chauffage gratuit fournit par la récupération de l’énergie produite par des radiateurs, qui sont en fait des calculateurs bourrés de micro-processeurs.

Le Conseil départemental de la Gironde, présidé par Jean-Luc Gleyze (PS), va permettre aux habitants des 49 logements de la résidence bordelaise Florestine, en construction au Grand Parc à Bordeaux le long de la voie de tramway, conçue par l'agence d'architecture et d'urbanisme Moon Safari et livrable en 2019, de ne pas payer de chauffage. Ceci grâce à l'innovation de la société francilienne Qarnot Computing, à Montrouge (Hauts-de-Seine), qui emploie une trentaine de salariés pour un chiffre d'affaires de 2 M€.

Ses cofondateurs Paul Benoît, président, et Miroslav Sviezeny, directeur général, étaient déjà venus à Bordeaux présenter en 2015, leurs radiateurs du troisième type (développés à partir de 2010) à l'initiative du Département de la Gironde. Si Qarnot a déjà implanté un millier de ces radiateurs numériques dans des bâtiments rénovés et notamment dans plusieurs agences BNP Paribas, c'est la première fois au monde qu'un bâtiment neuf est équipé et structuré à partir d'un système de chauffage qui recycle la chaleur produite par l'activité des ordinateurs.

Quand les calculateurs remplacent l'électricité et le gaz

Cette activité innovante, soutenue par l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), impacte le cadre juridique en vigueur pour les dispositifs de chauffage et Qarnot a été accompagné par le CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment) pour pouvoir bénéficier d'une dérogation à la réglementation thermique 2012.

"Au lieu de dépenser de l'énergie et de l'argent à refroidir les data center, ces centres de traitement des données qui regroupent d'énormes serveurs qui chauffent beaucoup, nous avons préféré jouer sur la dissipation de la chaleur. C'est à ce besoin que répondent nos radiateurs, qui sont en réalité des mini data center, avec des microprocesseurs et des cartes mères", déroule Quentin Laurens, ex-membre du cabinet du président Jean-Luc Gleyze devenu responsable des relations publiques de Qarnot.

Grâce au Département de la Gironde, au bailleur social Gironde Habitat, présidé par Martine Jardiné, à Qarnot et à la direction régionale de BNP Paribas, cette énergie, baptisée chaleur fatale parce qu'elle est le sous-produit d'une activité principale et qu'elle est destinée à être perdue, est valorisée en devenant l'élément central du chauffage d'un immeuble. Car ce sont les calculs informatiques confiés par BNP Paribas à Qarnot qui permettent de chauffer le bâtiment et de rémunérer Qarnot, dont les tarifs sont inférieurs à ceux d'une ferme de données standard.

BNP Paribas étroitement lié à cette opération

"Que nos clients se rassurent, nous ne faisons traiter par Qarnot que des données réglementaires destinées au régulateur, pour qu'il puisse vérifier que nous sommes bien dans les clous. Aucun fichier client n'est traité dans ces calculateurs. Nous confions pour le moment 25 % de nos calculs réglementaires à Qarnot", précise Vincent Thiéry, directeur régional de BNP Paribas en Nouvelle-Aquitaine, banque étroitement liée à cette prometteuse opération de recyclage de l'énergie fatale au côté de Qarnot.

Pour être alimentés en continu par des commandes de traitement de données, les radiateurs de Qarnot sont reliés par la fibre optique à Internet, ce qui permettra en outre aux habitants de la résidence de bénéficier gratuitement d'un accès à très haut débit au réseau. Cerise sur le gâteau, ces radiateurs seront également capables d'analyser la qualité de l'air. La résidence Florestine se développe sur quatre étages. En plus des 49 logements cet immeuble, elle disposera de deux étages dévolus au Pôle territorial de solidarité du conseil départemental.

Qarnot assure la maintenance et le remplacement

La résidence construite par Gironde Habitat sera équipée de 346 radiateurs numériques représentant un investissement d'un peu moins de 1 M€ pour un coût d'exploitation qui devrait être nul. Chaque radiateur est capable de chauffer une surface qui peut aller jusqu'à une trentaine de mètres carrés.

"Ces radiateurs nous reviennent à 2.700 euros pièce mais nous n'avons pas à nous occuper de la maintenance ni de leur remplacement. C'est l'affaire de Qarnot qui remplacera aussi les machines en cas de panne. Pour avoir plus de chauffage, il suffit de demander à Qarnot davantage de calculs...", sourit Sigrid Monnier, directrice générale du bailleur social Gironde Habitat, qui évoque une durée d'amortissement de près de huit ans.

Cette avancée technologique pourrait faire date tant le poids du chauffage pèse sur les ménages les plus modestes et que les besoins de refroidissement des centres de traitement des données, toujours plus nombreux et plus producteurs de chaleur, sont importants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/10/2018 à 9:43 :
Pas convaincu par l'impact environnemental et énergétique global...
Sujet intéressant par le côté innovant lié à la délocalisation, mais en sachant :
- Qu'en été et à mi-saison les calculateurs devront être éteins et qu'il faudra donc d'autres calculateurs ailleurs pour prendre le relais.
- Que l'impact de l'IT (calculateur) se trouve essentiellement dans les phases de fabrication et de fin de vie : la phase d'exploitation ne représente par grand chose (mais peut être que les calculateurs consomment bien plus ? des infos ?).
Le risque serait alors d'augmenter et de délocaliser le problème en ayant l'impression d'y répondre localement...
a écrit le 23/10/2018 à 12:00 :
Véritable bonne idée? Oui sur le fond , mais pas sur la forme. Débourser 2700€ par radiateur (ils disaient 2900€ le 8 mars 2018 dans la pressse ) , ça fait un TRES cher, je trouve. A ce tarif, j'aurais un superbe PC hyper rapide. Et en plus, ils demandaient une prise Ethernet récemment, pour les raccorder à Internet, comme si on avait ça dans toutes nos pièces, y compris cuisine, salle de bains... Et acheter leur radiateur-PC ne vous gêne pas? Ils auraient dû acheter ou louer leurs data-centers pour faire leurs calculs, non? Et ce PC-radiateur, est-il à eux ou à vous, après avoir déboursé près de 3000€ ?
Qu'en pensez-vous?
a écrit le 23/10/2018 à 8:44 :
Une véritable bonne idée inscrite dans une pensée à long terme et donc au succès assuré.

L'écologie c'est l'économie, du verbe économiser. Mais par contre ce n'est pas nouveau, ici même j'ai vu qu'un gars sur Paris récupérait la chaleur des serveurs pour chauffer les bâtiments. On est dans le même principe.

Mais par contre du coup l'été ces supercalculateurs font comment pour être refroidis ?
a écrit le 22/10/2018 à 15:57 :
Et l'été, les radiateurs continuent donc de chauffer !?! Ou on arrête de calculer ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :