Le whisky bordelais Moon Harbour réussit sa levée de fonds de 1 M€ avec Tudigo

 |   |  535  mots
Ce bunker réservoir de fioul pour les sous-marins allemands, qui n'a jamais servi, va être utilisé pour le vieillissement du premier whisky bordelais.
Ce bunker réservoir de fioul pour les sous-marins allemands, qui n'a jamais servi, va être utilisé pour le vieillissement du premier whisky bordelais. (Crédits : Agence Appa)
Les fondateurs de la distillerie de whisky bordelaise viennent de boucler avec succès la levée de fonds lancée il y a quelques semaines sur la plateforme de financement participatif Tudigo.

La société Moon Harbour (port de la Lune), à l'origine de la première distillerie bordelaise consacrée au whisky, vient de boucler avec succès la levée de fonds de 1 M€ qu'elle a lancé en avril dernier sur la plateforme de financement participatif Tudigo. Les cofondateurs de Moon Harbour, Jean-Philippe Ballanger, PDG du groupe agroalimentaire Jock, à Bordeaux, et Yves Médina ont ainsi largement atteint leur objectif puisque pour cette levée de fonds, ils s'étaient fixé un plancher à 100.000 euros et plafond à 1 M€.

"Nous sommes vraiment heureux du résultat de cette levée, confirme Yves Médina. Avec plus de 1 M€, poursuit-il, les montants collectés dépassent sensiblement nos attentes. Ce résultat traduit la solidité de notre projet et le très vif intérêt qu'il a suscité auprès des investisseurs sur la plateforme Tudigo, notamment de la part d'un grand nombre de personnes de la région".

Cet apport de fonds, qui devrait être suivie par un emprunt bancaire complémentaire, va permettre à Moon Harbour d'atteindre plusieurs objectifs.

Un whisky fumé aux algues en cours de développement

"Nous allons utiliser une partie de cette levée de fonds pour financer nos investissements en recherche et développement, à commencer par la mise au point d'un whisky iodé. Il s'agira d'un whisky fumé aux algues d'Arcachon, ce qui implique la maîtrise de réglages très fins puisqu'il faudra ensuite transférer cette méthode pour l'appliquer à un process industriel" éclaire Jean-Philippe Ballanger, codirigeant de Moon Harbour avec Yves Médina.

Cette levée de fonds va également servir à booster les ventes du whisky Moon Harbour Pier 1 (Quai 1) à l'export et à soutenir la diversification de la distillerie, qui va aussi produire du rhum. "Nous prévoyons un rhum blanc, à sortir en octobre, et un rhum ambré prévu pour le premier trimestre 2019" précise Jean-Philippe Ballanger, qui va faire avec son associé de Moon Harbour une marque ombrelle. La terrasse-restaurant qui doit voir le jour sur le toit du bunker de la Seconde guerre mondiale où s'est installée la distillerie, tout près de la base sous-marine de Bordeaux, portera également le même nom. Ce gros projet, qui devrait coûter près de 1,5 M€, doit en principe faire partie d'une deuxième tranche de financement, sous forme d'emprunt bancaire.

"Nous allons attendre les devis des architectes pour avoir tous les éléments financiers d'ici la fin de cette année. Nous établirons le budget et le montant de l'emprunt dont nous avons besoin à partir de ces données. Nous commencerons à traiter avec les banques à partir du début de l'année 2019" éclaire Jean-Philippe Ballanger. Grâce à ses premières ventes de Moon Harbour Pier 1 (médaille d'argent 2016 au concours de Chicago des meilleurs whiskys français -IWC-), la distillerie bordelaise a réalisé un chiffre d'affaires de 700.000 euros en 2017 pour 30.000 bouteilles vendues (contre 10.000 en 2016). Ce whisky pas encore tout à fait bordelais a été vieilli dans des fûts de Sauternes ou de Château La Louvière Pessac-Leognan et Château Pipeau, Saint-Emilion. Quant au premier whisky 100 % Bordeaux, fabriqué à partir de matières premières purement locales, il devrait arriver sur le marché en 2020.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :