Les vélos à hydrogène de Pragma Industries prennent la route

 |   |  476  mots
Le premier vélo à hydrogène de la société Pragma Industries.
Le premier vélo à hydrogène de la société Pragma Industries. (Crédits : Pragma Industries)
Pas de temps à perdre pour Pragma Industries. Alors que la société biarrote vient de mettre sur le marché les premiers vélos à hydrogène qui se rechargent en un éclair au moyen d’une borne, la deuxième génération de vélo est prévue pour 2020. Et là, plus besoin de station de recharge. Pragma Industries travaille sur une solution innovante de recharges en sachets.

"On espère qu'on aura des concurrents parce que si on est seuls, cela veut dire qu'il n'y a pas de marché. L'enjeu est en revanche qu'ils n'aillent pas plus vite que nous. Pragma Industries a aujourd'hui une avance technologique. Il ne faudrait pas perdre l'avance économique."

Pierre Forté, PDG de la société Pragma Industries basée à Biarritz, a officiellement mis sur le marché la première génération de vélo à hydrogène, en clair le premier vélo à assistance électrique de série propulsé par une pile à combustible à hydrogène et non plus une batterie. "Pile que nous concevons et fabriquons, c'est notre cœur de métier chez Pragma" précise Pierre Forté

L'hydrogène créateur d'emplois

Sur les 100 premiers vélos produits, 70 sont d'ores et déjà en circulation à Saint-Lô, Cherbourg, dans l'agglomération de Bayonne, à Biarritz, Anglet et Boucau mais aussi près de Toulouse. Adaptés à un usage professionnel, tous ont été acquis par des collectivités ou des entreprises que Pierre Forté a su convaincre.

"C'est un vélo qui dispose de 100 kilomètres d'autonomie, et la recharge se fait en 30 secondes. N'oublions pas non plus qu'avec l'hydrogène on est dans la thématique de la transition énergétique. Les régions et l'Ademe subventionnent ce type d'équipement. Enfin, l'hydrogène est un gaz que l'on peut fabriquer localement et consommer localement avec différentes ressources : les déchets verts ou encore un barrage hydraulique. A terme, c'est de la création d'emploi. L'hydrogène a de gros avantages."

Mais à 7.500 euros, hors subvention, le prix du vélo reste élevé, sans compter la borne de recharge à 45.000 euros. Pour générer du volume de vente et faire baisser les prix, Pragma Industries cible donc le grand public à qui il proposera son vélo deuxième génération, sans borne de recharge.

"Nos ingénieurs travaillent aujourd'hui sur une solution innovante de recharges en sachets. Le vélo sera rechargeable en tout lieu, à tout moment et instantanément. Comme une machine à café ! Objectif, le commercialiser en 2020. Son prix ? Entre 4.000 et 5.000 euros."

1,6 M€ pour accélérer la R&D

D'où le lancement d'une campagne de financement participatif qui a pour le moment permis de collecter 1,6 M€.

"Nous avions prévu de collecter 400.000 euros sur la plateforme Wiseed et 400.000 euros dans nos propres réseaux d'investisseurs. On pense finalement clôturer à 2 M€ d'ici avril ou mai. Cela nous donnera des moyens supplémentaires pour consolider notre propriété intellectuelle et nos travaux de recherche et développement" explique Pierre Forté.

Le chiffre d'affaires de Pragma Industries, qui compte aujourd'hui 6 salariés, s'élevait à 700.000 euros en 2017. L'objectif est de le doubler en 2018. L'ambition de la société, créée en 2004, est de devenir en cinq ans le leader mondial de la mobilité douce à hydrogène.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/09/2018 à 5:29 :
Bonjour.
J'ai eu l'occasion de voir un reportage sur TV5 Monde je pense. Je tenais a vous envoyer mes felicitations concernant votre concept et votre vision du futur. Outre votre velo a l'hydrogene, votre energie en sachet m'a completement bluffe. Je suis installe en Indonesie et soucieux aussi de l'environnement. Nous avons une entreprise qui construit des batiments et logements en bambou. Materiaux tres Green aussi. Encore bravo. Pour reprendre une phrase de Churchill : "Le succes n'est pas final, l'echec n'est pas fatal, c'est le courage de continuer qui compte". Avec tous mes compliments. Thierry Gillard
a écrit le 31/08/2018 à 20:37 :
A quand la première livraison pour particulier de la Côte Basque?
a écrit le 09/06/2018 à 23:46 :
Bonjour, en tant que particulier et amateur de vélo pour le voyage (et pas assez souvent pour le boulot), je trouve ce projet absolument génial ! Pas d'accord sur le prix excessif car à 50 ans, je préfère investir 5000€ dans un vélo comme celui-ci plutôt que cinq fois plus dans une voiture électrique avec des accus chinois ! Alors merci à toute cette équipe de nous faire rêver avec une technologie "verte" et made in France. J'attends donc la prochaine version avec impatience.
a écrit le 05/04/2018 à 22:46 :
Ce vélo est Top ! j'ai visité les installations avant d'investir et je peux vous certifier qu'on est à l'aube d'une petite révolution. Très cher aujourd'hui (se rappeler le prix des premiers disques durs d'1 Go produits par Thomson en 1984 !!), il va devenir incontournable et son prix va baisser comme le reste. Quand on aura compris que les 2 roues électriques sont trop lourds et trop longs à recharger, on aura bien avancé. L'électrique n'a sa place au rang industriel que parce que l'Hydrogène n'est pas encore prete. Tout le monde l'utiliser bcp plus facilement, car aujourd'hui, recharger une batterie au Lithium, c'est super dangereux à cause des risques d'incendie.
A suivre... de très près
a écrit le 13/03/2018 à 9:50 :
Trop tard, beaucoup trop cher, trop compliqué pour ce vélo moche comparé à ses cousins purement électriques et le pire, c'est que l'hydrogène, çà fait "branché", futuriste, etc....
Effectivement, il n'y a pas de marché. Après, s'il y a des communes pour balancer l'argent du contribuable... Désolé.
Réponse de le 16/03/2018 à 16:07 :
Un peu cher pour l'instant.
Mais souvenez vous du prix des premiers ordinateurs individuels, téléphones portables, télévisions, etc...
Réponse de le 13/08/2018 à 19:50 :
Une réponse de ce genre est sans fondement, et rétrograde.
C'est bien l'hydrogène pour l'avenir et non les batteries dont on ne sait même pas les recycler dans un avenir proche ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :