Pôle emploi Gironde se rapproche des startups numériques de Bègles

 |   |  472  mots
Pendant la réunion, qui s'est tenue le 6 février dernier.
Pendant la réunion, qui s'est tenue le 6 février dernier. (Crédits : DR-Pôle emploi)
Pôle emploi se rapproche des startups installées à Bègles pour mieux se préparer à l'ouverture de la Cité numérique. Objectif : faire comprendre aux startuppers du numérique que Pôle emploi peut leur être utile, et vice-versa.

La première tranche de la Cité numérique, qui va prendre la place de l'ancien centre de tri postal de Bègles (Bordeaux Métropole), sur 27.000 m2, doit être livrée en juin prochain pour sa première tranche. Cette friche industrielle grand format, qui a commencé à accueillir ses premières startups en 2013 avant le début des travaux, s'inscrit dans la dynamique du nouveau quartier béglais des Terres Neuves, centré sur l'économie créative, dont elle est limitrophe.

Si la Cité numérique a pris du retard sur son programme initial et par rapport à d'autres projets sortis de terre depuis cinq ans, ne serait-ce qu'à Bordeaux avec Darwin, le projet reste à l'ordre du jour. Et puis avec pour voisin le nouveau pôle urbain des Terres Neuves, centré sur l'économie créative, de nombreuses startups ont eu le temps de s'implanter dans ce périmètre urbain contigüe du cours Jean-Jacques Bosc, longtemps dominé par la cité Yves Farge. Dans ce cadre, Pôle emploi Gironde a commencé à mener depuis fin 2017 des actions de sensibilisation dans le monde des startups.

"Tout le monde ne parle pas le numérique"

"Nous avons organisé le deuxième afterwork ressources humaines du numérique. Le premier s'est tenu en novembre 2017. Il y a la Cité numérique, qui va arriver, et puis aussi les Terres Neuves. Nous avons des contacts avec les entreprises du numérique. Parce que les startups ont du mal à recruter des profils pointus. C'est pourquoi, en plus de Corinne Castaing, qui dirige Pôle emploi Bègles, il y avait Laurent-Pierre Gilliard, qui est le responsable communication d'Unitec, en charge de la préfiguration de la Cité numérique", éclaire pour La Tribune Bordeaux Benoît Meyer, directeur territorial Pôle emploi Gironde.

Ce dernier explique qu'il ne s'agit pas de gérer la création d'entreprises, comme avec French Tech, mais des besoins en ressources humaines que les patrons de startups doivent absolument combler pour espérer pouvoir se développer.

"Il est important d'échanger sur le sujet et de faire réagir les représentants des startups. D'autant que c'est une occasion de faire connaître nos services et ceux de la Région aux startups, avec notamment les services de formation, illustre Benoît Meyer. Les startups ont trop l'habitude de se débrouiller toutes seules, poursuit-il, elles n'ont pas l'idée d'aller voir Pôle emploi. Et de notre côté nous avons conscience que nous avons besoin de nous mettre à niveau : chez nous tout le monde ne parle pas le numérique, les métiers ne sont pas bien connus d'autant qu'il y a des spécificités qui changent avec l'évolution de la technologie".

Ces "afterworks numériques" semblent donc avoir encore de beaux jours devant eux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :