L’appli Prof en poche embauche Watson, le “cerveau” d'IBM

 |   |  622  mots
L'application de soutien scolaire paloise Prof en Poche souhaite bénéficier de l'intelligence de Watson pour assister ses profs tout en apportant à l'intelligence artificielle d'IBM de notions de pédagogie.
L'application de soutien scolaire paloise Prof en Poche souhaite bénéficier de l'intelligence de Watson pour assister ses profs tout en apportant à l'intelligence artificielle d'IBM de notions de pédagogie. (Crédits : Pascal Rabiller)
Créée en Béarn et révolutionnant le secteur du soutien scolaire, l'application mobile Prof en poche ne s’appuie plus uniquement sur 50 professeurs pour assurer son service. Elle devrait prochainement bénéficier de la super intelligence artificielle d’IBM : Watson.

Installée dans le secteur du soutien scolaire depuis 32 ans, la société familiale Pieber, basée à Pau, a compté jusqu'à 12 sites en France. La dernière génération à reprendre la société, incarnée par Paul et Vincent Escudé depuis trois ans, a décidé tout récemment de faire évoluer l'activité historique sans pour autant la tuer en prenant le virage du cours en ligne, notamment sur tablettes et smartphones.
Pieber a donné naissance à PlaneteProfs, logiciel de visioconférence spécialisée dans le soutien scolaire, puis, dans la foulée, a mis au point l'application Prof en poche.
Celle-ci, téléchargeable sur smartphone IOS et Android, offre la possibilité, via un abonnement qui permet de réduire les coûts du soutien scolaire par deux pour les utilisateurs, de rester en contact avec des professeurs capables de répondre, presque dans l'instant, à toutes les questions en maths, physique-chimie, français et langues de la 6e au baccalauréat, et ce toute la semaine entre 9 h à 22 h.

Watson, prof mais aussi élève ?

Actuellement en pleine levée de fonds (500.000 euros à 1 M€ recherchés) sur la plateforme de financement Hoolders, elle vient d'intégrer le programme IBM PartnerWorld.
En clair, la société paloise qui avait été approchée par IBM lors de l'évènement Biznext et de la cérémonie des Talents de l'année organisé par La Tribune à Bordeaux, va pouvoir appuyer son innovation sur la puissance de Watson, programme informatique d'intelligence artificielle mis au point par les équipes d'IBM.
Watson, qui a déjà été choisi par des établissements de santé pour aider les praticiens à établir des diagnostics, est un outil d'aide à la décision. Il est notamment capable de comprendre et d'analyser le langage naturel et devrait donc booster le robot éducatif francophone au cœur de la recherche et du développement de Prof en poche.

Alléger la mission des profs de 30 %... dans un premier temps.

"Plutôt que de partir de zéro, nous préférons bénéficier de la technologie aboutie d'IBM pour accélérer notre R&D dans le domaine de l'intelligence artificielle. Nous disposons de la data, des questions que posent les élèves, des contenus des programmes éducatifs..." explique Vincent Escudé, "nous avons donc la possibilité d'entraîner Watson afin d'améliorer ses capacités en termes de pédagogie éducative. Watson nous apporte en contrepartie, sa formidable capacité d'analyse des problématiques des élèves. Il peut nous aider à comprendre pourquoi un élève n'a pas compris tel ou tel enseignement, telle ou telle formule... "

Prof en Poche espère pouvoir entraîner Watson pour lui permettre de devenir pédagogue.

"Nous savons d'ores et déjà que les capacités de Watson devraient à court terme soulager nos professeurs à hauteur de 30 % de leur travail. Il n'est pas exclu, à l'avenir, que Watson devienne même un super prof, capable d'assister de manière plus importante encore nos enseignants, et modifie de fait notre modèle économique en diminuant de manière drastique nos coûts", glisse Vincent Escudé qui n'envisage pas, pour autant, le remplacement pur et simple des enseignants par l'intelligence artificielle.

"Le remplacement du professeur peut être plus facilement envisageable pour certaines matières comme l'histoire ou la géographie, mais pour les maths, la physique... la relation homme-homme, même avec l'aide de la machine, reste à mon sens incontournable pour résoudre les soucis de compréhensions et de raisonnement des élèves."

Des élèves qui, sans savoir qu'un de leurs futurs profs pourrait s'appeler Watson, sont actuellement 2.000 à avoir choisi de bénéficier de l'aide de l'application béarnaise pour améliorer leurs résultats scolaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :