Microalgues : Bordeaux invente le saumon végétal marin !

 |   |  391  mots
Pierre Calleja, fondateur et ex-PDG de Fermentalg (Libourne - Gironde), vient de créer la société Odontella qui est à l'origine de la mise au point d'un saumon végétal marin produit à base de microalgues et qui devrait être commercialisé dans quelques mois.
Pierre Calleja, fondateur et ex-PDG de Fermentalg (Libourne - Gironde), vient de créer la société Odontella qui est à l'origine de la mise au point d'un "saumon végétal marin" produit à base de microalgues et qui devrait être commercialisé dans quelques mois. (Crédits : Pascal Rabiller)
Si pour le réveillon 2017 vous voulez surprendre vos convives, il se pourrait que vous ayez l’occasion de leur servir du saumon végétal marin. Et ce sera sûrement grâce à un acteur bordelais majeur de la microalgue, Pierre Calleja, qui se lance dans une nouvelle aventure après celle de Fermentalg (Libourne-Gironde) dont il a été le créateur et le PDG.

Pierre Calleja, fondateur, ancien PDG et toujours actionnaire (il reste le plus important actionnaire particulier, ndlr) de la biotech libournaise Fermentalg spécialisée, depuis 2009, dans l'industrialisation de production de microalgues, s'est lancé dans une nouvelle aventure scientifique et entrepreneuriale.
En juin dernier, lui et ses compagnons de recherche que sont le pionnier des micro-algues, Claude Guden, et Alain Guillou, spécialiste des biotechnologies marines notamment, ont créé une nouvelle société : Odontella.

Saumon et steack végétal marin bientôt au menu

Chapeautée par la holding de Pierre Calleja, Planet Forever, la société Odontella emprunte son nom à une microalgue dont les spécificités conviennent parfaitement au dessein des trois hommes.
La société Odontella est en train de mettre au point des produits agroalimentaires à partir des microalgues du même nom.

"Après une année de travaux, et au terme d'un planning qui a été totalement respecté, nous venons de mettre au point un saumon végétal marin à partir de cette odontella connue pour la richesse de ses Omega 3", assure Pierre Calleja. "Ce produit sera sans doute disponible sur le marché dès 2017. Nous travaillons avec des partenaires de l'industrie agroalimentaire régionaux, mais aussi des partenariats scientifiques québécois qui nous ont permis d'avancer vite sur ce dossier."

Une rapidité qui compense sans doute la frustration ressentie par le chercheur et entrepreneur tout au long de l'aventure Fermentalg.

Trop éloigné du marché avec Fermentalg

"J'ai tout à fait confiance dans la capacité de Fermentalg à concrétiser la recherche et à signer les premières ventes très rapidement désormais sur un marché des EPA et DHA (correspondant aux Omega 3, ndlr). Mais j'ai vécu comme une souffrance le fait que notre technologie soit, finalement, restée longtemps éloignée du marché", souligne l'ancien PDG de Fermentalg qui est actuellement en train de préparer une nouvelle thèse consacrée... aux microalgues.

"Avec Odontella, nous sommes là sur des produits qui vont potentiellement adresser le marché des consommateurs rapidement. Nous travaillons également sur une boisson, et même un steack végétal marin."

Vous avez des amis vegan ? et/ou vous voulez tout simplement profiter des ressources de la mer sans impacter sa biodiversité ? Normalement, pour le réveillon du passage de 2017 à 2018, vour devriez avoir la possibilité de proposer quelques mets originaux...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/09/2017 à 15:19 :
Petite analyse, l'odontella ( famille des diatoms)
Premièrement aucune étude long terme sur l'organisme...
Pas de steak de Saumon crée mais un patté ( peut être le journaliste).


Encore une Petite analyse:
1) Nous somment plus de 7 milliards, 132 milliards de tonnes de poisson consommé chaque année.
2) les diatoms produisent 25% de l'oxygène mondiale!
3) Le phytoplancton (nourriture animale océanique) est produit à 50% sur terre grâce aux diatoms , et participe au passage à la photosynthèse pour le renouvellement de l'oxygène grâce au CO².

Donc si je comprend bien, vous voulez préserver l'écosystème marin et sauver la planète en:
1) réduisant la part d'oxygène sur terre et augmentant la quantité de CO²!
2) Qui dis CO², dis éffet de serre, dis impossibilité de renvoyé le rayonnement solaire, donc réchauffement climatique globale...
3) réchauffement climatique = modification du cycle de l'eau = sécheresse = perte de nourriture agricole car une partie des aliments de bases ne supportes pas ces changements.
4) Réduire la part de phytoplancton, nourriture animale, et par conséquent réduire la faune des océans! car moins il y a de nourriture, moins il y à organisme vivant, c'est un fait!
5) De ce fait, des espèces vont disparaître et modifier la chaîne alimentaire non pas océanique, mais mondiale ( je rappelle les oiseaux mangeant aussi du poisson et du diatom).
6)dans une quantité de plusieurs dizaines voir centaines de tonnes par ans!
7) Et donc vous voulez produire, un poisson carnassier à base de produit végétal!?O_o

Donc, pour vôtre steak de saumon végétal ( donc pas du saumon...) je récapitule:
1) Oxygène en moins, plus de CO² et plus de gaz à effet de serre
2) réchauffement climatique.
3) Impact sur la production agricole.
4) baisse conséquente de la nourriture des réseaux trophiques et réduction voir extinction de certaines espèces ( dont celle de notre propre chaîne alimentaire).
5)Faire un carnassier avec une algue végétal!?! O_o

Au final moins de nourriture, mois d'oxygène, plus de de Co² et plus chaud!! pour un patté ( l'addition vas être salé, même avec un gros réacteur à micro algues).

Et bien..., je vais resté au bœuf nourris au foin, basé sur un cycle de reproduction...
Gardez vôtre d***e...
Il sera jolie sur le mur le doctorat^^
Réponse de le 08/09/2017 à 11:00 :
Les microalgues ne sont pas prélevées dans le milieu naturel mais cultivées spécifiquement pour les besoins dans des systemes fermés et controlés...
C'est donc tout l'inverse de votre grande démonstration basée sur une méconnaissance du sujet.
On cultive des microalgues, on consomme du CO2, on produit de l'oxygène et on nourrit l'homme avec, sans perturber la vie océanique.
a écrit le 24/12/2016 à 18:17 :
vite, vite, vite !
a écrit le 21/12/2016 à 21:52 :
Super nouvelle! Hâte de découvrir le steack végétal marin :) J'espère que les distributeurs seront au rdv pour accéder facilement aux produits...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :