KapitalSharing échange parts de capital contre prestations

 |   |  345  mots
Les startups ont besoin de compétences et pour mieux les connaitre à Bordeaux Métropole il existe Le Startupper édité par La Tribune
Les startups ont besoin de compétences et pour mieux les connaitre à Bordeaux Métropole il existe "Le Startupper" édité par La Tribune (Crédits : LTB / ML)
Depuis Biarritz KapitalSharing propose aux jeunes entreprises d’échanger une partie de leur capital contre des prestations intellectuelles quand elles n’ont pas le cash nécessaire pour les payer.


Avec la création de KapitalSharing Didier Marchal et Jonathan Demazy entendent ouvrir une nouvelle voie dans le développement des jeunes entreprises.

"Sans chiffre d'affaires ce n'est pas toujours évident d'être crédible, de convaincre une plateforme de financement participatif de lancer une souscription, sur un projet qui n'est pas forcément complètement mûr" juge Didier Marchal.

Un sujet qu'il connait. Assurer la réussite de l'application Goozty, qui permet en deux clics sur son smartphone de trouver la meilleure offre tarifaire en restauration rapide (kebabs, pizzas, sandwichs...), qu'il a développée avec Jonathan Demazy, a vite posé des problèmes imprévus.

"Nous avions besoin de compétences en marketing, car il était absolument nécessaire d'aller voir les chaînes impliquées dans la restauration rapide pour pouvoir faire fonctionner l'application. Problème : nous ne pouvions pas rémunérer ce service. Je me suis renseigné auprès de mon expert comptable qui m'a alors parlé des apports en industrie. Ce type de contrepartie consiste à échanger une fraction du capital de la société contre un service spécifique : l'apport en industrie" explique Didier Marchal.

En contact avec une banque

Cette mise en avant de l'humain change selon lui la donne et ouvre un nouveau champs d'action en parallèle aux plateformes de financement participatif. Ce Biarrot d'origine landaise a créé en 2014 le site web Gustomember.com, à Biarritz, et l'entreprise Gustomember, dont l'objectif est de présenter l'offre la plus étendue de produits fins (vins, épicerie, cigares...) à partir d'un partage "des adresses et produits gourmands" entre Internautes.

C'est en amateur de bonne chère qu'il s'est impliqué dans la création de Goozty, pour proposer une offre complémentaire à la première en restauration rapide. Consultant de son métier, Didier Marchal n'a pas eu trop de mal à trouver des prestataires pour de jeunes entreprises et serait en passe de conclure un accord avec une banque impliquée dans les startups. Ainsi le contact des prestataires sélectionnés par KapitalSharing avec les jeunes entreprises s'en trouverait facilité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :