Réalité augmentée : Diota lève 3 M€

 |   |  325  mots
Implantée à Pessac en Gironde, la société Diota édite des solutions de réalité augmentée destinée au monde de l'industrie. L'entreprise annonce avoir bouclé sa première levée de fonds, à hauteur de 3 M€. Safran entre à son capital.

Créée en 2009 à Massy en région parisienne, Diota est également présente à Pessac depuis 2015 où elle a installé un important bureau de R&D. L'entreprise compte parmi ses clients quelques grands comptes tels que Dassault Aviation, Safran, SNCF, Total et Air Liquide. Elle développe des logiciels utilisés dans les chaines de production, de maintenance et de contrôle qualité de l'aéronautique, du ferroviaire ou de l'automobile. Ses solutions s'appuient notamment sur des technologies de rupture, pour partie issues d'un laboratoire commun avec le CEA. Elles permettent par exemple de projeter en 3D une fiche d'instruction des travaux à réaliser sur une pièce, les informations virtuelles se superposant - aux bons endroits - sur les éléments du monde réel.

La levée de fonds, la première de son histoire, a réuni tout d'abord 3 fonds d'investissement : Calao Finance, Safran Corporate Ventures et CEA Investissement, puis Bpifrance. Diota a été accompagnée dans cette opération par l'Agence de développement et d'innovation de la Nouvelle-Aquitaine. Les 3 M€ de financements obtenus vont permettre à Diota d'accélérer le déploiement, technique et commercial, de ses solutions à l'échelle européenne, avec pour objectif d'affirmer son leadership à cette échelle, puis mondial.

"Cette entrée au capital permet à Safran d'accélérer le développement de solutions de Diota bien adaptées aux besoins des activités du groupe et de l'industrie aéronautique", explique Eric Dalbiès, directeur de la stratégie et M&A de Safran.

"Diota, avec qui nous travaillons depuis 2015, apporte une brique technologique complémentaire dans notre stratégie de continuité numérique. Les données des maquettes 3D sont mises à la disposition des opérateurs dans les usines et sur les chaines d'assemblage clients ce qui génère des gains de qualité significatifs tout en réduisant les contrôles manuels", déclare Alain Sauret, président de Safran Electrical & Power.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :