Innovation : CEA Tech monte en puissance en Nouvelle-Aquitaine

 |   |  796  mots
Au cœur de la Cité de la photonique, à Pessac, près de Bordeaux, dans le showroom de CEA Tech
Au cœur de la Cité de la photonique, à Pessac, près de Bordeaux, dans le showroom de CEA Tech (Crédits : Pascal Rabiller)
Division du CEA (Commissariat à l’énergie atomique) dédiée à l’accompagnement des entreprises françaises sur le plan de l’innovation technologique, CEA Tech renforce sa présence en Nouvelle-Aquitaine avec l’installation à Pessac de 3 plateformes technologiques au service des PME et ETI locales.

"Vous complétez l'écosystème de l'innovation régionale." C'est par ces mots, entre autres, que le président de la Région Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, a inauguré ce midi, les trois plateformes technologiques mises au service des industriels dans les domaines de l'énergie, de la robotique-cobotique et des composants opto-électroniques innovants.

Il s'agit, pour CEA Tech, division du CEA, organisme jugé par Tomson Reuters comme "le plus innovant au monde", d'un nouvel épisode dans le déploiement en régions des compétences des 4.500 personnes qui composent son équipe.

CEA Tech, à la demande de l'Etat et de certaines collectivités locales, à l'image du Conseil régional d'Aquitaine, Nouvelle-Aquitaine désormais, assure depuis trois ans une mission d'accompagnement des entreprises françaises de toutes tailles et de tous secteurs, dans le but d'accélérer l'innovation et du même coup leur compétitivité.
Il a trois ans, CEA Tech, historiquement implantée à Grenoble, installait trois de ses collaborateurs dans la région. Aujourd'hui, son équipe compte 30 personnes.
A ce jour, elle a sensibilisé 350 entreprises pour leur proposer ses services et a déjà réussi à signer plus d'une cinquantaine d'accords de R&D avec des entreprises de toutes tailles et de tous secteurs.

Parmi les entreprises accompagnées figurent par exemple Dassault Aviation, Greenfield Technology, Babcock-Wanson, Keolis Bordeaux Métropole, SEIV ou encore des startups comme Symbiose ou Smartest Medical Devices.

"Nous ne sommes pas sur des grands programmes, mais nous sommes spécialisés dans la maturation technologique. Nous ne nous positionnons jamais en concurrent de l'écosystème local, mais nous écoutons les demandes des acteurs économiques locaux. Nous avons vocation à faciliter ainsi l'émergence de nouveaux bassins d'emploi", explique Vincent Coronini, en charge de la communication pour CEA Tech.

Des labos communs avec  EVTronic et I2S

Avec certaines entreprises, CEA Tech va encore plus loin puisqu'elle a construit deux labos communs avec des entreprises innovantes locales. L'un d'entre eux a été créé avec EVTronic (Canéjan), spécialiste des bornes de recharge rapides pour voitures, avec qui CEA Tech exploite une architecture de batterie innovante pouvant révolutionner le stockage d'électricité.

Le deuxième laboratoire commun a vu le jour officiellement ce mardi 13 septembre avec I2S, pour la maturation de technologies d'imagerie innovantes. L'accord de partenariat de trois ans, tout juste signé entre CEA Tech et I2S, société basée à Pessac (plus de 60 salariés) et spécialisée dans la vision numérique, porte sur la création d'un laboratoire dédié au développement de solutions d'imagerie Terahertz. Le but est de mettre en commun les résultats du LETI, institut de CEA Tech dans le domaine de l'imagerie  terahertz, et les capacités d'intégration et d'industrialisation des solutions d'I2S afin de mettre au point et de commercialiser les premières caméras industrielles Terahertz du marché.

Le laboratoire commun CEA Tech - I2S, installé au sein de la plateforme ISO de CEA Tech au cœur de la Cité de la photonique, fonctionnera comme un accélérateur de transfert technologique, capable de faire émerger de nouvelles applications dans le domaine du Terahertz. Selon I2S, une première caméra Terahertz sera présentée lors d'un salon professionnel (IRMMW) à Copenhague à la toute fin de ce mois.

Trois plateformes au service de la compétitivité

En attendant, Alain Rousset, président de la Région Nouvelle-Aquitaine, et Stéphane Siebert, directeur de CEA Tech, ont inauguré trois plateformes applicatives.
Elles visent, dixit CEA Tech "à densifier son offre technologique et toujours mieux répondre aux besoins régionaux".

La première est dédiée à l'intégration des systèmes optoélectriques... à l'image des caméras terahertz d'I2S. La seconde plateforme inaugurée ce midi concerne la téléopération robotisée pour des procédés industriels et le contrôle non destructif. En clair, des outils qui, sans écarter totalement l'opérateur humain, l'assistent dans son travail. Autant de caractéristiques au cœur de la problématique chère au président Rousset de l'"usine du futur."

La troisième plateforme concerne la fiabilité des systèmes énergétiques. Il est question ici d'optimisation des systèmes énergétiques par l'intégration de briques technologiques innovantes dans le domaine du stockage, de la maintenance prédictive et de l'exploitation de l'énergie.

Evalué positivement, selon nos informations, par la Région Nouvelle-Aquitaine qui envisage de nouveaux axes partenariaux, le travail réalisé par les équipes de CEA Tech se positionne aux côtés des entreprises en tant qu'interface entre leurs usines et les laboratoires de leur territoire. Un positionnement complémentaire, en termes d'innovation, qui n'a pas échappé à Alain Rousset...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :