maforet.fr, le bûcheron numérique

 |   |  683  mots
maforet.fr, le premier outil numérique les petits propriétaires privés de bois en manque d'information en professionnels de la gestion du patromoine forestier.
maforet.fr, le premier outil numérique les petits propriétaires privés de bois en manque d'information en professionnels de la gestion du patromoine forestier. (Crédits : DR)
Comment gérer durablement son bout de forêt quand on n’y connaît rien ? Cette question, près de 3,5 millions de français se la posent, et un site Internet, maforet.fr, apporte une réponse sous la forme d’une plateforme numérique de gestion forestière unique en France.

Les 15, 16 et 17 juin, le plus grand salon d'Europe du Sud, des professionnels de la foret, le Forexpo 2016, a lieu à Mimizan dans les Landes.
400 exposants venus de toute l'Europe et représentant plus de 500 marques du secteur exposeront et feront des démonstrations sur les 70 hectares du site situé en pleine forêt. 30.000 visiteurs professionnels devraient faire le déplacement.
Au milieu des matériels d'élagage, véhicules 4x4, pelles mécaniques et autres gyrobroyeurs forestiers, les visiteurs vont pouvoir faire connaissance avec un... bûcheron numérique. Plus simplement un exploitant forestier numérique, présenté par une startup, Actiforest, qui aimerait bien révolutionner la relation entre les propriétaires et les professionnels du bois.
Cette révolution s'appelle maforet et elle prend, depuis sa création en février 2015, la forme d'une plateforme Internet imaginée par Olivier Forsans.
Cet ancien spécialiste des innovations numériques, passé par TF1 et Lagardère Interactive, s'est retrouvé, au gré d'un héritage, propriétaire de 3 hectares de bois en Bourgogne.

"Sur le coup je ne savais pas du tout quoi faire de ce bois. Et si j'ai eu la chance d'être bien entouré, de gens qui s'y connaissaient et m'ont aidé à bien gérer cet héritage, cet épisode de ma vie m'a fait prendre conscience de la problématique du morcellement forestier français", explique Olivier Forsans.

En France, en effet, la forêt est à 70 % privée, et elle compte plus de 3,5 millions de propriétaires, dont l'immense majorité ne sait pas du tout quoi en faire...

"Ici, dans la grande région Aquitaine, et surtout dans le massif des Landes de Gascogne, cela peut sembler surréaliste tant la filière est organisée, mais ailleurs, en France, il n'en est pas du tout de même."

Et c'est ce manque d'organisation et aussi de connaissance de la filière pour la majorité des propriétaires forestiers qui a donné l'idée de maforet.fr, un site, une application et un réseau social entre forestiers.

"J'ai imaginé un outil numérique au service de tous. Les propriétaires bien sûr, surtout ceux qui comme moi n'avaient rien demandé et n'y connaissent rien mais qui, en s'inscrivant sur le site, peuvent bénéficier d'une localisation et d'une cartographie précise de leur bien, d'un audit de leur patrimoine effectué par un vrai spécialiste. Celui-ci fait une évaluation précise des quantités de bois qui peuvent être retirées de la parcelle sans en hypothéquer la valeur", explique le fondateur et dirigeant de la startup installée au sein de l'écosystème Darwin, situé à Bordeaux, où elle emploie 5 personnes actuellement.

"Mais maforet.fr est aussi un site qui est au service des professionnels de la filière, qui ont besoin d'interlocuteurs, de sécuriser leurs approvisionnements, et qui ont là l'occasion de pouvoir entrer en contact directement avec des propriétaires. Il faut savoir qu'actuellement, on recense 5 acheteurs pour un vendeur..."

Après avoir levé 130.000 euros auprès d'un fonds dédié à la forêt, Forinvest, et d'Aquiti Gestion et de Bpifrance, la société maforet.fr a pu mettre au point cet outil de conseil, d'évaluation du patrimoine forestier. Une seconde levée est à l'étude. Elle devrait porter sur 200.000 euros.

"Elle va nous permettre de mettre au point un nouveau service, très important pour la filière car, notamment, il sécurisera les transactions. Ce sera un outil "place de marché" qui garantira également les bonnes conditions d'achats de bois."

Le site bordelais, qui vise les propriétaires de surfaces de bois situées entre 1 et 100 hectares, pense pouvoir séduire 10 % d'entre eux d'ici trois ans, soit 110.000 propriétaires privés. Le modèle économique repose sur le partage de revenu des ventes de bois. A ce jour le tout premier outil numérique de conseil forestier que l'on peut mettre dans sa poche via son smartphone sort tout juste... du bois. Mais sa commercialisation devrait pouvoir connaître un sérieux coup d'accélérateur après Forexpo 2016.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :